Presse marocaine: une perte sèche de 240 millions dhs en 3 mois de pandémie    Coronavirus : priorité au tourisme    Une opération «exceptionnelle» qui ne signifie pas une ouverture des frontières    De succès en succès!    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Glovo étoffe son portefeuille de partenaires    Premier League: Manchester United renaît de ses cendres    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Le Maroc érige une voie express de plus de 1000 km en plein désert    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Alerte météo: la canicule se poursuit dans ces villes du Maroc    Serie A L'inter Milan accroché par Verone    La médina d'Asilah renoue avec l'art contemporain    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 115 nouveaux cas, 15.194 au total    25 ans déjà pour l'Université Al Akhawayn : 6.000 lauréats et un nouveau cap stratégique    Le soutien des entreprises conditionné par la conservation d'au moins 80% des déclarés    La 2ème session du bac sera-t-elle annulée au Maroc ?    L'Homme refuse d'être libre    Covid-19 : Privatisation, «dommage collatéral»    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Casablanca: un inspecteur de police et une femme interpellés pour falsification et usage de documents officiels    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Dialogue social : Les partenaires sociaux préparent un nouveau round    Fonds Innov Invest : Un plan d'urgence pour les start-up lancé    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    Prévisions météorologiques pour la journée du vendredi 10 juillet 2020    Le nouvel ordre mondial post-Covid-19: Quel positionnement pour le Maroc?    Débat sur la réforme du Code électoral    La responsabilité de l'Algérie dans le détournement de l'aide humanitaire destinée aux camps deTindouf est patente    City se balade, Wolverhampton s'égare    Formation pour l'obtention de la licence A CAF d'entraîneur    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le Maroc rouvre partiellement ses frontières    Débat en commission parlementaire sur le projet de loi relatif au ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Préparation des prochaines échéances électorales    Le trompettiste Ibrahim Maalouf relaxé en appel    Le 51ème Festival national des arts populaires aura lieu en octobre    Agadir se prépare pour relancer l'activité et accueillir les touristes nationaux    Nouvelle édition en ligne des Nuits blanches du cinéma et des droits de l'Homme    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    De nouveaux jalons pour l'écriture poétique proposés par Salah Boussrif    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen dépose un projet de résolution    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberia : Taylor aux abois
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 06 - 2003

Ebranlé par les offensives rebelles, le gouvernement libérien a appelé mercredi à une trêve. Les insurgés du LURD sont aux portes de la capitale Monrovia.
A défaut de répondre aux exigences des rebelles, qui réclament le départ pur et simple du président Taylor, le gouvernement libérien s'est dit prêt mercredi à observer un cessez-le-feu. C'est ce que le ministre de la Défense, Daniel Chea, a déclaré à la presse au moment où les troupes des Libériens unis pour la réconciliation et la démocratie se font plus menaçantes. Depuis le début de leur offensive, il y a tout juste une semaine, les rebelles ont en effet nettement progressé en direction de la capitale malgré la présence de l'armée loyaliste. Mercredi, Monrovia était tout simplement en état de siège et des tirs y étaient même entendus au nord-ouest. L'évacuation lundi de plus de 500 ressortissants étrangers, diplomates, représentants de l'ONU et personnel du HCR en dit aussi beaucoup sur l'ampleur des combats dans ce pays frappé par une nouvelle guerre civile depuis 1999. Il s'agit des affrontements les plus intenses depuis que le LURD a pris les armes pour éliminer Charles Taylor, lui-même un ancien putschiste.
Forts du contrôle qu'ils exercent sur plus de la moitié de cet Etat voisin de la Côte d'Ivoire, de la Sierra Leone et de la Guinée, les rebelles semblent avoir concentré tous leurs efforts sur la capitale. Mais, sous la pression de la communauté internationale et notamment des appels au cessez-le-feu de l'ONU, ils ont assuré mercredi avoir stoppé leur progression. Ce même jour, alors que les médiateurs ouest-africains de la CEDEAO se faisaient toujours attendre à Monrovia, les pourparlers entre le pouvoir et la rébellion devaient reprendre au Ghana. «La communauté internationale doit être très stricte avec toutes les parties impliquées dans le conflit qui devraient à présent cesser les combats et se tenir prêtes à signer un accord de cessez-le-feu», a déclaré l'ambassadeur des Etats-Unis au Liberia, John Blaney, après avoir rencontré le président Taylor mardi.
Il faut dire que cette guerre civile rappelle à la population de tristes souvenirs. Fondé au 19ème siècle par des Afro-américains, le Liberia a vite viré du rêve au cauchemar lors des violents affrontements qui ont opposé immigrés et autochtones, les «natives». Les premiers, minoritaires, ont réussi à garder le pouvoir jusqu'au premier coup d'Etat de 1980 et l'installation d'un régime militaire. Mené d'une main de fer par le général Samuel Doe, ce dernier a à son tour été confronté à une terrible guerre civile déclenchée en 1989 par Le Front national patriotique du Liberia (NPFL) de Charles Taylor ! Terribles, ces combats et massacres se sont terminés avec l'accord de paix de 1996… et un bilan de 250.000 morts et de centaines de milliers de déplacés. L'année suivante, le chef de guerre Taylor a remporté l'élection présidentielle, déclenchant l'émergence de nouveaux groupes opposés, comme le LURD au nord. Accusé d'alimenter la guerre en Sierra Leone et de profiter du trafic d'armes et de diamants, le président libérien est sanctionné, comme l'ensemble de son pays, depuis plusieurs années par l'ONU. Jusqu'au 4 juin dernier, jour où il a été inculpé pour crimes de guerre en Sierra Leone par le tribunal spécial de Freetown, M. Taylor a refusé toute mise en place d'un gouvernement d'unité nationale. Ce à quoi il est désormais officiellement favorable, mais jusqu'à quel point ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.