Elle est décédée mardi soir : Zhour Maamri s'en va    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Plan de relance. Ça va décarboniser    Fruits et légumes : Les exportations marocaines en hausse    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit les organisations de la jeunesse des partis politiques    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Microcrédit : 10 millions d'euros de prêt de la BEI à Jaïda    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    Législation : Un bilan maigre se profile    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington et Moscou se désarment
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 05 - 2002

Les Etats-Unis et la Russie sont parvenus lundi à un accord historique sur une réduction de leurs arsenaux nucléaires respectifs d'ici 2012. Un traité marquant «une nouvelle ère» qui sera signé fin mai à Moscou.
Washington et Moscou se sont engagés à réduire des deux tiers leur armement dans la décennie à venir. Une décision qu'ils ratifieront noir sur blanc lors du Sommet Bush-Poutine prévu en Russie, à la fin du mois de mai. «Les Etats-Unis et la Russie se sont mis d'accord sur un traité qui réduira de manière substantielle nos arsenaux nucléaires dans une fourchette acceptée de 1.700 à 2.200 têtes nucléaires».
En intervenant lundi depuis les jardins de la Maison- Blanche, le président américain a précisé que ce traité «rendra le monde plus pacifique et tournera la page une fois pour toutes sur la Guerre froide».
Son homologue russe Vladimir Poutine a lui aussi certifié la nouvelle. «Le ministre des Affaires étrangères Igor Ivanov m'a confirmé que les négociations russo-américaines de Moscou avaient abouti à un accord sur le texte d'un des principaux documents du sommet, l'accord sur la réduction des armements nucléaires stratégiques», a déclaré le chef du Kremlin. Un texte de trois pages, «court, (...) honnête et simple pour (un accord) sur le contrôle des armements» comme noté par le secrétaire d'Etat américain Colin Powell, qui annoncerait donc à lui seul la naissance d'une «nouvelle ère». Une évolution qui mettrait officiellement un terme à plusieurs décennies d'oppositions, nées au lendemain de la Deuxième guerre mondiale. Le monde avait alors dû choisir son camp et vécu au gré des périodes de gel et de dégel entre les deux blocs d'alors, l'URSS et les Etats-Unis, bientôt rejoints par celui des «des non-alignés».
Ce face à face n'a pourtant jamais empêché les négociations entre Washington et Moscou. Des ententes qui, malgré la course à l'armement, entendaient fixer un équilibre dans la terreur. Ainsi dès 1963, le premier d'une série de onze traités, celui de Moscou, entre MM. Khrouchtchev et Kennedy, déterminait l'interdiction partielle des essais nucléaires.
Cinq ans plus tard, un second traité signé à Londres, celui de non-prolifération des armes nucléaires (TNP), mettait à nouveau les deux géants d'accord. SALT I, signé en 1972, sur la limitation des systèmes de missiles intercontinentaux, a été prolongé par SALT II en 1979. Mais l'histoire retient surtout les accords START dont découle directement l'actuel accord sur le désarmement. START I («Strategic arms reduction talks») a été signé le 31 juillet 1991 à Moscou par Mikhaïl Gorbatchev, président d'une Union soviétique qui devait s'effondrer quelques mois plus tard, et George Bush, le père de l'actuel chef de la Maison blanche. Cet effort de désarmement nucléaire était alors le plus ambitieux réalisé : il prévoyait de réduire de 9.986 à 8.556 le nombre d'ogives nucléaires américaines et de 10.237 à 6.449 le nombre d'ogives soviétiques.
Le 3 janvier 1993, le président George Bush et le nouveau président russe, Boris Eltsine, ont signé le traité START II, prévoyant que le nombre total d'ogives nucléaires de chacun soit réduit à 3.800 - 4.250, puis à 3.000 - 3.500. START II devait entrer en vigueur d'ici fin 2003. Mais le nouveau traité, qui ne porte pas encore de nom, pousse encore plus loin la stratégie des deux Etats qui possèdent actuellement 5.000 à 6.000 têtes nucléaires (chacun) opérationnelles déployées. La fourchette, 1.700 à 2.200, autorise cependant une certaine souplesse, de même que le terme «réduction» en lui-même. Car réduire ne veut pas dire détruire. En l'occurrence, il s'agit ici de démanteler, stocker et « mettre en réserve». Inquiet sur une possible réutilisation de ces armes, Moscou s'est pourtant plié à l'exigence américaine, le traité laissant aux deux parties une latitude entière sur les modalités de cette «réduction».
Tout comme le projet américain de «bouclier antimissile» auquel aucune clause ne fait référence dans le traité, et ce malgré les souhaits de Moscou en ce sens. Cet accord, signé lors du Sommet Poutine-Bush, prévu du 23 au 26 mai prochains en Russie, devra être ratifié par le Sénat américain et la Douma russe pour entrer en vigueur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.