CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Covid-19: le Maroc enregistre un 40ème décès    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Adieu Si Fadel    Dette : Quel geste politique demandé au Maroc ?    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Balance commerciale : Le déficit s'aggrave à 2%    Commerce extérieur : Les indices reculent au quatrième trimestre 2019    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Des sans-abris hébergés par des ONG de Tanger    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le Maroc n'y échappera pas    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Courrier-des-lecteurs : Vous dites «Cliniques bon marché»?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 07 - 2004

Je réagis à votre dossier spécial ( journal du week-end du 25 juin 2004) sur la médecine privée au Maroc, pour interpeller les différents intervenants et fournir aux lecteurs de ALM, les vrais honoraires payés par les patients marocains, surtout s'ils sont résidents à l'étranger.
Je réagis à votre dossier spécial ( journal du week-end du 25 juin 2004) sur la médecine privée au Maroc, pour interpeller les différents intervenants et fournir aux lecteurs de ALM, les vrais honoraires payés par les patients marocains, surtout s'ils sont résidents à l'étranger.
Admis le 15 juin 2004 pour trois jours, dans une clinique casablancaise (récemment ouverte, donc exonérée de la patente), pour une opération chirurgicale suite à une fracture de l'humérus gauche (bras) et du poignée du même bras, sans complication, dixit le rapport du médecin traitant de la clinique, j'ai payé 54 800 dirhams de frais d'hospitalisation !
Je mets à la disposition de messieurs les docteurs, Saâd Benmansour, président du Syndicat régional des médecins du secteur libéral de la wilaya du grand Casablanca, Rachid Choukri, président de la Fédération nationale des médecins généralistes privés, Farouk Iraqui, président de l'Assocition des cliniques privées au Maroc, le rapport du chirurgien détaillant l'opération effectuée et les actes accomplis, copie de la prise en charge par la Mutuelle avec les détails des tarifs pratiqués : 20 000 dh pour le chirurgien, 6 000 dh pour l'anesthésiste, 9 000 dh pour la pharmacie ( 3 jours d'antibiotiques et d'analgisants ) dont le coût réel pour un traitement de dix jours est de 508 dh ( facture délivrée par la pharmacie de la clinique), matériels osthosynthèses pour 2 500 dh et 17 300 dh pour les frais de la clinique (locations plateau et personnel, radios avant et après opération, 3 nuits avec repas).
Où est l'esprit de la loi 14/94 , organisant la profession libérale dans le milieu médical ? Cette loi et la convention collective qui régissent le milieu libéral de la médecine au Maroc, préconisent elles, la remise d'un chèque de garantie à la clinique, d'un montant équivalent, malgré une prise en charge totale de tous les frais, délivrés par une Mutuelle de renom international ?
A lire les différents intervenants, l'agonie de la médecine privée au Maroc, est la résultante d'une faible tarification des honoraires pratiqués, avec le culot d'affirmer que les prix sont quatre fois moins chers au Maroc qu'en France !
Puisque les tarifs sont préétablis à 99% par la Convention collective, la facturation de 54 800 dh, pour une opération banale et sans complication, nécessitant trois jours d'hospitalisation est elle normale? Affirmer dans ce cas que les frais de clinique sont quatre fois moins chers au Maroc (54 800 dh) qu'en France ( c'est-à-dire 219 200 dh), c'est méconnaître les tarifs pratiqués par les centres hospitaliers français, avec une qualité meilleure.
Demandez aux malheureux marocains , victimes de l'accident de Poitiers en France à cause de l'irresponsabilité du transporteur, ce que leur a coûté les frais d'hospitalisation, d'assistance médicale in sit et les moyens déployés ( hélicoptères entre autres) pour les évacuer sur les hôpitaux de Poitiers ?
• Mohamed Bokhamy


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.