Tunisie: Nabil Karoui recouvre la liberté    Ikea France condamné pour avoir espionné ses salariés    Al Ahly : Badr Banoun déja sur le départ ?    Retour des MRE: scènes de joie à l'aéroport de Casablanca (VIDEO)    Usage légal du cannabis: le projet de loi définitivement adopté    L'ASMEX prépare un Plan stratégique pour réussir le défi de la croissance économique régionale    Message Royal de félicitations au nouveau Premier ministre israélien    Affaire Raissouni : selon le parquet, l'accusé retarde l'échéance de son procès    « African Lion 2021 »: Une opération de décontamination au port militaire d'Agadir pour évaluer la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    Nouveau modèle de développement : le rapport de Benmoussa présenté à des diplomates à Rabat    « African Lion 2021 »: une opération de décontamination au port militaire d'Agadir    Algérie : le FLN remporte les législatives, le Hirak craint le retour de «la prétention dictatoriale»    Le nouveau gouvernement israélien compte quatre ministres d'origine marocaine    À Paris, Saïd Chengriha enterre «le supposé non interventionnisme» de l'armée algérienne    Maroc-Espagne: Une "gestion calamiteuse" et une crise qui demeure    Melilla : tentative échouée d'entrée de 150 migrants clandestins grâce à la collaboration du Maroc    Hilale: le développement socio-économique est un droit inaliénable au Sahara marocain    RAM : forte affluence des MRE sur les agences [Vidéos]    Début imminent de la construction du gazoduc Maroc-Nigéria    Evolution du coronavirus au Maroc : 476 nouveaux cas, 524.475 au total, mardi 15 juin 2021 à 16 heures    Murcie. Un marocain abattu par un espagnol sur la terrasse d'un café    Environ 14 tonnes de drogue incinérées à Dakhla    M'Art Studio démarre ses activités avec Marie Bugnon & Jennifer Sormani    Festival universitaire de musique de l'ENCG Kénitra : Une troisième édition pour aiguiser l'art de l'écoute    Le théâtre du Studio des arts vivants reprend ses activités    [ Interview Anas El Filali ] La première production en 3D, 100% marocaine, prête en septembre    Pays de l'Otan : la politique envers la Chine à renforcer, selon le SG de l'OTAN    Entretien entre Erdogan et Biden    La gifle américaine !    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 15 juin    L'Inter Milan prend une décision au sujet de Hakimi    France : vers la levée de l'obligation du masque en extérieur    Les Lionnes de l'Atlas s'offrent le Mali    1,1 milliard d'euros de pertes pour les clubs de Premier League    Retour à la maison pour Buffon ?    La Bourse de Casablanca ouvre dans le vert    «JOY» : 11 artistes livrent leur perception de la joie    Flo Arnold dans ses œuvres    Le nostalgique et l'artistique    Le Maroc réélu au comité des Nations unies sur les disparitions forcées    BKGR: BAM devrait maintenir le taux directeur inchangé    Nomination : Salima Amira, nouvelle DG Maroc chez Microsoft    Euro 2020 : La Suède neutralise l'Espagne    Relance économique : OBG et l'AMDIE préparent un nouveau rapport    La Hongrie soutient le plan d'autonomie au Sahara marocain    Ce qui s'est passé lundi sur l'autoroute de Kénitra (DGSN)    Basket : Labib El Hamrani nommé sélectionneur national des seniors    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Reportage, marché de l'art au Maroc: Galeries, ventes aux enchères et dangers du faux
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 07 - 2014

S'il n'est pas encore complètement mûr, le marché de l'art au Maroc n'en est pas non plus à ses premiers balbutiements. Les professionnels le jugent à 600 millions de dirhams, mais estiment tous que son potentiel est «énorme» et qu'il reste «beaucoup à faire». Et pour cause, le Maroc a vu se succéder des générations d'artistes de renom, dont les tableaux sont aujourd'hui estimés à des prix exorbitants. Dès lors, le patrimoine artistique national, qui devient de plus en plus convoité et prisé, prend l'allure d'une véritable manne financière.
Les galeries d'art se multiplient
Il faut dire que la multiplication continuelle de galeries d'art dans les grandes villes du Royaume témoigne d'un engouement qui existe. Jusqu'à il y a une quinzaine d'années, il n'y avait à Casablanca que deux ou trois galeries d'art dites « sérieuses » (entre autres Venise Cadre et Dawliz, qui cartonnaient littéralement dans les années 80-90). Ces galeries, en plus de vendre de l'art, proposaient également des antiquités à des collectionneurs, ou à des férus d'objets anciens. Aujourd'hui, galeries et espaces d'exposition et de vernissage commencent à pulluler un peu partout dans le Royaume. On en compte actuellement une centaine au total, voire plus. Pour Aicha Amour, galeriste à l'Atelier 21, «le marché commence à être plus mature et il commence à y avoir des galeries. Les artistes commencent à être de plus en plus soulagés quant à la question de la vente de leurs œuvres, car auparavant, c'étaient les artistes qui prenaient eux-mêmes en charge la vente de leurs propres toiles, tableaux ou créations». Un avis qui n'est pas partagé par tout le monde. En effet, selon l'artiste-peintre Abdelaziz Berhili, «il ne suffit pas de multiplier les galeries et les musées, encore que ces institutions soient nécessaires pour susciter l'intérêt des gens pour l'art !». Et d'ajouter que «ces institutions ne seront jamais suffisantes, tant qu'une culture artistique n'est pas instaurée. C'est aux écoles spécialisées, aux collèges, aux lycées et aux universités de s'acquitter de cette noble tâche».
Un domaine de moins en moins élitiste
Derrière cette évolution exponentielle qui a transformé un domaine très embryonnaire en véritable marché, un engouement très fort pour l'art et la naissance d'une nouvelle clientèle composée de connaisseurs. Mais pas toujours ! L'art n'est plus réservé qu'à une élite de spécialistes. Preuve en est la crise économique qui a transformé les objets d'art en valeur refuge pour des gens «peu éclairés» dans le domaine artistique. Ces derniers commencent à acquérir massivement des objets d'art, y plaçant leurs économies, pour une conversion future en liquidités une fois que ces objets auront pris encore plus de valeur. Une forme de spéculation sur le long terme en somme, qui est devenue de plus en plus prisée et utilisée au Maroc, mais aussi à travers le monde.
2.500 amateurs d'art au Maroc
Les professionnels estiment aujourd'hui que la clientèle de l'art se chiffre à quelque 2.500 personnes, avec une capacité d'achat se situant entre 100.000 et 140.000 dirhams. Des chiffres qui restent encore en deçà des tarifs utilisés dans des pays comme la France, où l'on estime le nombre d'acheteurs à 90.000, pour des ventes dont les tarifs se situent entre 10.000 et 1million d'euros ! Les ventes accomplies dans l'Hexagone restent même très timides comparées à des pays comme les Etats-Unis, qui s'apparentent à de véritables «géants de l'art». Ainsi, le tableau le plus cher vendu aux enchères américaines, par exemple, a atteint les 100 millions de dollars.
Au Maroc, les Casablancais restent les plus gros acheteurs d'art, suivis de quelques Européens. Ces 10 dernières années, une clientèle plutôt «huppée», en provenance des pays du Golfe, commence à montrer un engouement palpable pour l'art marocain très proche de la culture arabe, notamment les tableaux reproduisant une médina, ou des ambiances marocaines issues de la vie traditionnelle ou historique du Royaume.
Un marché très opaque
Bien entendu, il est difficile de quantifier ce qui se passe réellement sur le marché de l'art au Maroc.
Aucune étude n'a été menée par les milieux universitaires ou par l'Etat. De plus, aucune maison de vente ne publie ses résultats. Parfois même si des données sont rendues publiques, souvent de faux chiffres sont avancés pour brouiller les pistes et donner de l'importance au volume des transactions accomplies par ces maisons de vente, ou le contraire pour des raisons fiscales.
«Le milieu de l'art est un environnement très fermé où toutes les données peuvent être sujettes à caution», explique Houcein Talal, président de la galerie d'art Alif Ba. Une situation de non transparence qui encourage le développement de transactions clandestines.
Un marché parallèle de l'art ?
De fait, c'est un véritable marché parallèle qui s'est développé à côté du marché régulier. Et les cas d'arnaques sont devenus légion. Souvent, c'est un amateur qui se fait avoir sur le prix d'une fausse pièce d'art. Une autre fois c'est une victime qui paie des vendeurs imaginaires. Une fois la transaction accomplie, ces faux vendeurs disparaissent dans la nature.
Autre aberration, l'absence de textes de lois adaptés.
La loi actuelle continue à assimiler toute production artistique nationale à un patrimoine public dont l'exportation est interdite, ce qui est de nature à empêcher le développement du marché.
Siham Oukhit
Journaliste stagiaire
Reportage photos de Chafik Arich


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.