La Bourse de Casablanca ouvre en baisse    Hausse des cas de covid-19 au Maroc: les professionnels du mariage s'inquiètent    Melilla : Le CNDH crée une mission d'information à Nador et environs    Maroc. Africa Motors lance officiellement la marque automobile Chery    Une ministre israélienne brille en caftan marocain (PHOTOS)    African Lion 2022: une haute délégation maroco-américaine visite l'hôpital de campagne à Taliouine    Colombie : Des morts dans l'effondrement d'une tribune d'arène de corrida    Journée internationale contre la torture : Un fléau toujours présent    Affaire Fadel Breica contre Brahim Ghali : Le juge de l'Audience nationale rejette la demande loufoque de Ghali concernant ce qu'il nomme « un plan marocain pour « faire pression » sur l'Espagne », car sans preuve judiciaire    Khouribga / 21ème édition du Festival des Abidat Rma : Art vivant et patrimoine éternel    El Jadida / Moussem Moulay Abdellah Amghar : 3600 cavaliers et 500.000 visiteurs sont attendus    Voici le prix de la dernière tenue de Saad Lamjarred (PHOTO)    Migration illégale: Sanchez qualifie le Maroc de "partenaire stratégique" qui se bat contre les mafias internationales    Allemagne/aéroports: des travailleurs étrangers pour pallier la pénurie de mains-d'œuvre    Infrastructure: Biden annonce une initiative mondiale de 200 milliards $    Le CFCM 20 ans après : l'institution ressemble davantage à une vitrine qu'à une réalité    Contrôle de l'immigration illégale : Sanchez salue les efforts déployés par le Maroc    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux de l'Atlas hérite du groupe 6    Oran. Des boxeurs croates victimes d'intoxication alimentaire    HealthTech: Southbridge A&I lancent I3, en faveur des startups africaines    Maroc : Mise en échec d'une opération collective d'immigration près de la clôture de Ceuta    L'ANRE et la PUA d'Israël jettent les bases d'une forte coopération dans le domaine de la régulation de l'électricité    Melilla : Des associations marocaines se mobilisent pour le respect de la dignité humaine    Migration: Des ambassadeurs africains expriment leur disposition à collaborer avec le Maroc    Maroc : Six nouveaux monuments historiques d'El Jadida inscrits patrimoine national    Latifa Akharbach plaide pour un dialogue inclusif et égalitaire à Sofia    Le cri d'alerte de la société civile    Rapport : La baignade déconseillée sur 23 plages au Maroc    Centre national de l'arganier: Sadiki donne le premier coup de pioche    Tourisme : Rabat mise sur son attractivité culturelle    Festival Gnaoua : La 24ème édition à partir du 22 juin 2023 à Essaouira    6,17 millions DH accordés à 14 festivals    Marathon de pétanque de Casablanca: Le Stade Marocain (hommes) et Chabab Khénifra (dames) remportent le titre    L'AMIC publie son rapport sur l'impact du capital-investissement au Maroc    Algérie: séisme de magnitude 5,1 près d'Oran, panique générale    Baccalauréat : 573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude (DGSN)    Botola: résultats complets et classement (28ème journée)    Classement mondial futsal : le Maroc se hisse à la 10e place (VIDEO)    Jeux Méditerranéens : La sélection marocaine de football U18 s'incline devant la France (1-0)    JM Oran 2022 : Les Lionceaux de l'Atlas battus par les Bleuets (vidéo)    À quoi s'attendre du sommet de l'OTAN à Madrid    RNI : les membres du parti de la colombe réitérent leur soutien à Aziz Akhannouch    Des députés marocains arrivent en Afrique du Sud pour une session du Parlement panafricain    Cannabis médicinal: l'expérience israélienne rayonne à Casablanca    La récession serait inévitable pour certains pays, prévient la Banque mondiale    Météo: les prévisions du lundi 27 juin    TPME: Plus de 2.500 projets appuyés par Maroc PME en 2021    Quand Rabat vibre aux rythmes de Gnaoua et Musiques du monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Baltasar Garzon voit des kamikazes partout
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 07 - 2004

Des sources proches du juge Garzon auraient démenti, samedi, les propos attribués au magistrat espagnol sur la présence au Maroc d'un millier de kamikazes. Pourtant, ses déclarations ont été diffusées en direct par la première chaîne de télévision espagnole.
C'était prévisible. Le témoignage du juge de l'Audience nationale espagnole, Baltasar Garzon, devant la commission parlementaire d'enquête sur les attentats du 11 mars à Madrid ne pouvait pas passer sans faire parler d'elle. Les quelques minutes que le célèbre juge d'instruction a passées au siège du Congrès des députés (Parlement espagnol) ont été suffisantes pour qu'il provoque un tournant dans le débat sur la détermination des responsabilités politiques et techniques avant les attentats de Madrid et durant les jours qui suivirent la catastrophe.
Parmi les déclarations du juge espagnol, ce sont celles relatives au Maroc qui ont provoqué le plus de controverse. En effet, le juge espagnol avait déclaré, lors de son témoignage devant la commission d'enquête, que le Maroc compterait quelque 100 cellules terroristes liées à Al-Qaïda et qui seraient prêtes à mener des attentats-suicide. Garzon a fait ces affirmations en se basant, selon ses déclarations, sur des rapports émanant des sources de la police et des services de renseignements. Aussi, a-t-il affirmé que chacune de ces cellules compte cinq à dix membres.
"Ce qui fait environ 900 ou mille personnes qui pourraient être recherchées par la police aujourd'hui au Maroc", a-t-il précisé avant d'ajouter : "à mon avis, c'est le plus grave problème auquel l'Europe doit faire face aujourd'hui avec cette sorte de terrorisme". Selon les déclarations de Garzon, plusieurs de ces cellules sont dans le nord du Maroc et leurs membres qui parlent parfaitement espagnol sont en mesure d'entrer et de sortir facilement d'Espagne, juste de l'autre côté du détroit de Gibraltar. "Les islamistes utilisent tous les moyens disponibles pour opérer dont le trafic de drogues ou de voitures de luxe volées qu'ils utilisent pour se financer ce qui crée un problème d'interrelation entre le terrorisme et le crime organisé", a-t-il dit. Les déclarations du juge Garzon, qui ont été diffusées en direct sur la chaîne de télévision espagnole publique, le jeudi 15 juillet, avaient immédiatement fait le tour du monde. La presse espagnole en faisait écho le lendemain en titrant sur la "menace terroriste" que le Maroc constituerait pour l'Europe.
Au Maroc, l'indignation de l'opinion publique a été forte et la presse nationale n'a pas manqué de critiquer les déclarations du juge espagnol jugées trop alarmistes, non conformes à la réalité et inamicales envers le royaume puisqu'elles portent atteinte à son image.
Côté gouvernement, aucune réaction officielle n'a été enregistrée. Pourtant, les déclarations du juge espagnol sont très graves. Pour ce qui est des formations politiques, aucun parti n'a pris l'initiative de réagir aux affirmations du juge Garzon. La seule exception a été celle du Parti de la Justice et du Développement (PJD) qui a "dénoncé les déclarations attribuées par certains médias au juge espagnol, Baltasar Garzon, en charge des affaires liées au terrorisme, selon lesquelles le Maroc abriterait un millier de kamikazes potentiels" et les a qualifiées d'être "sans fondement".
Certes, la réaction du parti islamiste est apparemment dictée par le fait qu'il se sent visé à chaque fois que la menace islamiste au Maroc est évoquée, mais il faut reconnaître qu'il a été le seul à manifester sa position face aux déclarations de Garzon. Par ailleurs, les affirmations du juge espagnol ont été modérées par des déclarations rapportées par la deuxième chaîne de télévision marocaine selon lesquelles, Garzon aurait démenti les propos qui lui ont été attribués. "Des sources proches du juge espagnol, Baltasar Garzon, en charge des affaires liées au terrorisme, ont démenti les propos attribués au magistrat selon lesquels le Maroc abriterait un millier de kamikazes potentiels", a rapporté samedi la deuxième chaîne nationale ajoutant que ces sources ont rejeté l'orientation et les interprétations données à ces propos qui ont été "isolés de leur contexte".
D'ailleurs, la presse espagnole a rapporté, vendredi, que le juge Garzon avait souligné, vendredi lors d'une intervention devant l'université d'été à Madrid, que le Maroc déploie, "depuis des années, des efforts considérables pour lutter contre le terrorisme qui ont débouché sur l'arrestation et le jugement de plus de 2000 personnes liées à ce phénomène international".
Il s'agit évidemment d'une tentative de la part du juge espagnol d'atténuer l'effet de ses déclarations de la veille. Car, dire que les affirmations du juge devant la commission d'enquête ont été isolées de leur contexte est une aberration puisque son intervention a été retransmise en direct sur la première chaîne de télévision publique espagnole TVE1 ainsi que sur la chaîne d'information continue "24 horas".
En tout cas, dire que le Maroc abriterait plus d'un millier de kamikazes prêts à s'immoler est une grave accusation de la part du juge Garzon. Certes, il avait effectué, quelques semaines auparavant, une visite de travail au Maroc durant laquelle il a été autorisé à accéder à tous les dossiers sur les attentats de Casablanca, mais, cela ne lui permet guère de faire des affirmations aussi graves et qui portent atteinte à l'image du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.