Le polisario sèchement recadré en Nouvelle-Zélande    Ramadan: Kaïs Saïed écrit au roi Mohammed VI    Le Maroc suspend les liaisons aériennes avec la Tunisie    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    SM le Roi félicite les Chefs d'Etat des pays islamiques à l'occasion du mois sacré de Ramadan    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine opérant dans le nord du Maroc    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Tayeb Hamdi: Sans respect strict et généralisé, les mesures restrictives ne seront jamais suffisantes    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    Ramadan/Maroc: Le renforcement des mesures restrictives dicté par la nature imprévisible du virus (El Otmani)    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    M. Rabbah : Le système électrique de la prochaine décennie sera basé sur des énergies propres et renouvelables    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Marocains de Montréal: Le Québec oui, mais pas en hiver !
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 02 - 2015

D'une durée de cinq mois environ, l'hiver au Canada est un élément marquant de la vie dans le pays de l'érable. Sa rudesse et son intensité avec des températures bien en-dessous du zéro pouvant atteindre -40° ressentis voire parfois -50°, fait que c'est ce qu'appréhende le plus le Marocain quand il débarque au Québec.
Il a beau être prévenu du froid polaire qui l'attend en hiver au Canada, il ne réalise vraiment combien le climat est rigoureux et pénible en cette saison qu'une fois sur place. Les premiers jours, l'immigrant est un peu excité de voir autant de neige, mais très vite il trouve l'hiver difficile et long.
Les plus anciens sur place comptent souvent leur vécu canadien en nombre d'hivers passés sur les lieux. «Cela fait 14 hivers que je vis ici», raconte Fatima, une jeune quadra qui a immigré en famille au Québec. A la question : est-ce que le Québec lui plaît? Elle répond: «Oui, mais pas en hiver!» Cette période de l'année est ainsi le moment où l'immigré ressent le plus le mal du pays et rêve à des lendemains plus ensoleillés en se demandant parfois ce qu'il fait là. Le plus dur pour la plupart, c'est se déplacer.
Les déneigements à vitesse variable d'un quartier à un autre, notamment cette année, ont causé de nombreux désagréments à la population. Avec des trottoirs enveloppés de glace, donc glissants, personne n'est à l'abri d'une chute. Et ce malgré de bonnes chaussures. «Quoi que vous fassiez vous allez tomber !», avise en riant Abderrahim Khouibaba, président de la Chambre de commerce et d'industrie Al Maghreb au Canada.
En effet, le nombre de réclamations liées aux conditions hivernales en atteste. Selon une source sure, depuis 2009 la ville de Montréal a dû débourser près de 900.000 $ pour dédommager les citoyens qui ont fait des chutes sur les trottoirs gelés. Cette année avec de gros problèmes de déneigement à travers la ville, il faut s'attendre aussi à de nombreuses demandes d'indemnisation. Pour le citoyen, l'hiver est aussi synonyme de grosses dépenses.
Et le nouvel arrivant comprend très vite (il suffit d'une sortie), que ni le manteau, ni les chaussures rapportés du Maroc ne feront l'affaire. Les activités dehors nécessitent en effet des habillements adéquats vendus sur place, conçus pour protéger des baisses de températures allant jusqu'à -20° et même -30°.
Nul besoin donc de mettre plusieurs pulls, un seul plus un manteau suffisent souvent. Mais pas question de faire une parade de mode, il faut penser pratique. Ce sont en fait des éléments que le nouvel arrivant assimile très vite dès son premier hiver. Mais ce n'est pas tout. L'hiver engendre d'autres dépenses telles que des charges d'électricité qui peuvent fortement doubler voire tripler en cette période comparativement à une autre saison.
A l'origine de cette situation, le faible usage du chauffage collectif au Québec et la consommation d'électricité, principal moyen d'énergie utilisé dans le pays. Il y a aussi, pour ceux qui disposent d'un véhicule, l'obligation d'équiper l'auto de pneus d'hiver avant le 15 décembre.
Et à ce niveau aussi ce sont de gros frais à débourser au minimum tous les quatre ans en raison de la durée de vie de l'équipement qu'il faut changer obligatoirement après cette période, sinon c'est l'amende garantie et l'accident assuré à tout moment. Et ce en raison des chaussées glissantes malgré toutes les mesures de déglaçage des routes mises en œuvre par la ville. Outre les pneus d'hiver, une voiture stationnée dans la rue en hiver durant la nuit nécessite un abri sinon il faut s'attendre à gratter et déblayer la neige le matin qui recouvre le véhicule avant de pouvoir s'y introduire.
Cela prend en moyenne 15 à 20 mn avant de pouvoir démarrer la voiture qui, bien sûr, ne réagit pas toujours du premier coup. Pour se faciliter la vie dès la fin de l'automne, nombre de Québécois mettent en place un abri temporaire devant leur maison pour profiter d'un emplacement de stationnement sans avoir à déneiger tous les matins leur entrée de garage. Mais l'hiver au Québec n'est fort heureusement pas uniquement synonyme de froid intense et de tracas, il y a aussi les plaisirs d'hiver. «Un vrai canadien aime vivre son hiver malgré sa rudesse», souligne Khouibaba.
La politique touristique locale met en avant au cours de cette période les stations de ski et les patinoires. Il y a aussi des sites dédiés à la pratique de la raquette à neige qui permet de marcher sur des couches épaisses de neige molle. Ce sport est particulièrement apprécié par les coureurs et les randonneurs. Les activités en fait lors de cette période ne manquent pas et génèrent de grosses retombées économiques. A elle seule, l'industrie du ski au Québec dépasserait 200 millions de dollars annuellement.
Il y a donc fort à faire pour ceux qui sortent malgré le grand froid. Les Marocains immigrants ne vivent pas cependant l'hiver comme les canadiens. Les sports d'hiver ne font pas véritablement partie de notre culture. Beaucoup d'immigrés subissent l'hiver au lieu de le vivre et attendent que cela passe. Les plus chanceux et qui disposent de moyens financiers optent parfois pour une semaine à Cuba en hiver pour se réchauffer et prendre un peu de soleil.
La destination reste en effet plus proche que le Maroc et le voyage en all inclusive est aussi moins coûteux au départ du Canada.
Par: Malika Alami
Montréal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.