Casablanca : Inauguration de l'annexe du tribunal de commerce réservée au registre de commerce    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    Vaccination Covid au Maroc: les derniers chiffres    Evolution du coronavirus au Maroc : 684 nouveaux cas, 502.961 au total, mardi 13 avril 2021 à 18 heures    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    David Govrin, représentant d'Israël au Maroc, nous ouvre son coeur (TEASER)    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Maroc/Covid-19: nouvel horaire pour le bulletin quotidien durant Ramadan    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    Ramadan: voici les nouveaux horaires des cours diffusés à la télévision    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Transport: la nouvelle flotte de bus fait le bonheur des Casablancais    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Le mois sacré de Ramadan débutera mercredi au Maroc    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Ramadan: Joe Biden adresse ses vœux aux musulmans    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cancer n'est pas une fatalité
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 30 - 09 - 2003

Les quatrième journés internationales du Centre d'oncologie Al Azhar ont eu lieu samedi à Fès. Son directeur, Dr Faouzi Habib, cancérologue, nous livre son évaluation de la progression des maladies cancéreuses au Maroc.
Aujourd'hui Le Maroc : Le Centre Al Azhar a organisé ce week-end ses quatrième journées internationales, quel est l'intérêt de ce genre de manifestation?
Dr Faouzi Habib : Les journées internationales d'automne du centre d'oncologie Al Azhar se sont tenues samedi dernier à Fès. Cette quatrième édition a été consacrée à trois types de cancers : le cancer du sein, le cancer du col de l'utérus et les cancers digestifs. Nous tenons régulièrement à organiser ce genre de manifestations pour plusieurs raisons.
La première a un rapport direct avec le niveau atteint par le Maroc dans le domaine de la cancérologie.
La présence d'experts de renommée internationale qui ont répondu favorablement à notre invitation ne pourrait que nous être bénéfique. La seconde se rapporte avec la qualité scientifique de ces médecins. Leur présence représente une occasion inespérée pour les praticiens formés localement d'être en contact direct avec les dernières avancées technologiques en la matière. Et nos médecins sont conscients de l'importance de ces rencontres.
Le succès que rencontre cette manifestation de plus en plus est là pour le prouver. Pour la première édition, ils étaient une vingtaine de médecins à formuler leur souhait d'être des nôtres. Ce week-end, ils étaient nombreux à se bousculer devant notre portillon puisque nous avons reçu plus de 200 demandes de participation.
Quels sont les cancers les plus répandus au Maroc ?
C'est d'ailleurs un autre aspect important des rencontres du week-end puisqu'elles en ont justement traité. Le premier cancer qui sévit, non seulement au Maroc mais à travers le monde, est le cancer du sein. Arrivent par la suite les cancers digestifs, qui touchent de plus en plus de monde notamment celui du colon et du rectum, et le cancer du col de l'utérus. Il ne faut également pas omettre le taux très élevé du cancer des poumons contractés dans notre pays. Ce type de cancer est essentiellement dû à la consommation massive de cigarettes.
Qu'en est-il de leur dépistage?
De nombreux cancers peuvent être guéris s'ils sont découverts précocement, chose qui ne s'effectue généralement pas au Maroc. Dans notre société, cette maladie est perçue comme une fatalité. Les mentalités commencent à changer, et grâce aux efforts de la société civile, de plusieurs associations médicales et des différents centres spécialisés dont bien sûr le centre Al Azhar.
Je voudrais citer à ce sujet l'exemple de plusieurs tournées d'information et de dépistage collectif organisées par notre centre à travers différentes régions du Royaume. Les femmes rurales qui étaient notre première cible ont très bien accueilli notre initiative. Je me rappelle d'une dame à Azrou qui a non seulement très bien assimilé les notions de base que les médecins lui ont inculquées, mais qui s'est mise par la suite à les transmettre par la suite, chez elle, à d'autres femmes.
Comment évaluez-vous la prise en charge des malades cancéreux au Maroc ?
Vous savez, la cancérologie est une discipline multiple qui fait appel à plusieurs spécialités. Disposer d'un véritable outillage thérapeutique et de dépistage revient très cher. D'où la cherté des traitements de cancers dans notre pays. En plus, le dispositif de prise en charge mis en place par le ministère de la Santé reste insuffisant.
Deux hôpitaux publics spécialisés en cancérologie ne peuvent prendre en charge les 20.000 nouveaux cas estimés par l'OMS au Maroc. C'est dans ce contexte que la création du centre Al Azhar est intervenue au début des années 90. A l'époque, les gens ne croyaient pas à la guérison du cancer. Aujourd'hui, et malgré les moyens très limités dont nous disposons, nous arrivons à guérir un cancer sur deux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.