Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    Stupeur et condamnation en France après des actes ciblant les musulmans    Les Ligues régionales de football en réunion à Laâyoune : Les présidents pour un 3e mandat du président actuel de la FRMF    Covid-19: la troisième vague sera plus féroce que la deuxième, estime un expert en systèmes de santé    Justice: avec la pandémie, le secteur contraint d'accélérer les réformes    Ligue des champions : Le Zamalek accuse Attarajji et le Mouloudia d'entente illicite    La prestation d'Achraf Hakimi contre Cagliari    Future débâcle des Lions de l'Atlas : La procédure habituelle est lancée    Footballeurs marocains de l'étranger : Hamdallah convoqué devant la Commission de Discipline de la Fédération saoudienne    Covid-19: En France, la vaccination ouverte dès lundi aux 55 ans et plus    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un repris de justice dangereux    En Algérie, la pénurie d'huile à l'origine de scènes de chaos et de files d'attente interminables    Adoption d'un nouveau statut pour les enseignants chercheurs : Le démenti du ministère de l'Education    LDC Afrique : Les 8 équipes qualifiées pour les quarts de finale    Relance économique: la nouvelle charte de l'investissement, un dispositif suffisant ?    Interview avec Me Mohammed Mehdi Salmouni Zerhouni: "Le projet de la loi n°95/17 me semble être contraire à la Constitution"    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    «Des assassinats au goutte-à-goutte» : l'ONU condamne des exécutions extrajudiciaires au Tindouf opérées par l'Algérie    Nigeria : des djihadistes attaquent des installations humanitaires    L'Association marocaine des droits des victimes, contre l'impunité et la complaisance envers les bourreaux    Hamdaouia, les flammes d'une belle âme    Théâtre: Fedwa Misk et nos mères    Développement du sourcing local: Marjane Holding s'engage auprès des industriels locaux    Contribution professionnelle unique: La DGI annule les pénalités de dépassement des délais d'inscription au-delà du 4 avril    OCP Africa et la BID au chevet de la riziculture ivoirienne    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Covid-19 : Bientôt, le Maroc recevra 10 millions de doses du vaccin de Sinopharm    Combien y a-t-il de végans au Maroc ?    Réforme électorale : la Cour constitutionnelle inflige un revers au PJD, qui s'insurge    Heure légale GMT. Marocains, n'oubliez pas de régler vos montres !    Météo Maroc: les températures en hausse ce dimanche 11 avril 2021    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    Hamid El Aouni brigue un second mandat à la tête de la FRMSPSH    Liga: Real Madrid bat FC Barcelone 2-1 et s'empare du fauteuil de leader    19è festival du film éducatif de Fès : ''Hakakech'' remporte le prix de l'œuvre complète    La France, un «ennemi traditionnel et éternel», fulmine un ministre algérien    Somalie : un kamikaze se fait exploser, au moins six morts    Présidentielle au Tchad : 7,4 millions d'électeurs appelés dimanche aux urnes    Exemption de visa : Le journal colombien El Tiempo promeut le Maroc comme destination touristique post-pandémie    La BM disposée à apporter son appui financier et technique aux différents chantiers de réformes lancés par le Maroc    Lois électorales: la Cour constitutionnelle a tranché    Covid-19: Otmani attendu lundi au Parlement    Carol Moseley-Braun salue le rôle rassembleur du Maroc en Afrique    Marrakech : Une vente aux enchères d'oeuvres artistiques en hommage à l'artiste peintre Mohamed Melehi    Lamiaa Chraibi, productrice: "L'inégalité du genre dans l'industrie du film est systémique et non pas un simple phénomène "    Le dernier film de Naya Rivera, enregistré avant sa mort, va bientôt sortir    Tourisme patrimonial : Volubilis mènera son expérience «phygital»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La paix promise se fait attendre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 07 - 2002

Burundi. Plusieurs partis ont lancé mardi un ultimatum au président Buyoya pour que cessent les violences et que soit respecté le calendrier électoral prévu par les accords de paix signés voilà près de deux ans.
Les accords d'Arusha signés en août 2000 entre le gouvernement burundais et l'opposition ont aujourd'hui bien piètre allure. Au Burundi, la guerre civile opposant l'armée à majorité tutsie aux mouvements rebelles hutus perdure depuis pas moins de neuf années, mêlées de querelles inter-ethniques et de confrontations politiques meurtrières. Les violences, loin d'avoir cessé comme le prévoyait l'accord conclu en Tanzanie, se sont manifestement multipliées ces derniers jours. Au point que de nouvelles négociations ont été annoncées entre les deux parties, encore une fois en Tanzanie, pour la fin de cette semaine.
Il faut dire que le processus démocratique qui devait découler du premier cessez-le-feu est loin d'avoir été respecté. Le Burundi avait décidé voici deux années de répartir équitablement le pouvoir entre les deux communautés du pays, les Hutus, qui constituent 85 % de la population, et les Tutsis, qui représentent les 15 % restants. Le gouvernement d'alors comme les groupes opposants - à la fois tutsis et hutus - s'étaient entendus sur un exécutif de transition qui devait déboucher sur des élections municipales libres d'ici 18 mois. Sauf que les principaux mouvements rebelles hutus ont par la suite refusé d'adhérer aux accords et qu'aucun scrutin n'est pour l'instant à l'ordre du jour. Ce mardi, cinq petits partis tutsis signataires ont donc décidé de lancer un ultimatum au président Paul Buyoya, lui donnant «20 jours» pour cesser sa «violation massive et continue» des accords de paix.
Dans le cas contraire, les formations entendent «quitter les institutions de transition». Ce système temporaire -mis en place en novembre dernier et composé d'un gouvernement, d'une Assemblée nationale et d'un Parlement- est «dans son application constamment violé par le major Buyoya», a déclaré mardi Alphonse Rugambarara, porte-parole des cinq partis. S'appuyant sur les principes adoptés à Arusha, ces formations dénoncent surtout «la limitation politique des libertés politiques», autrement l'impossibilité de «faire des meetings, des manifestations» dans un pays censé organiser des élections.
Reste que, avant de décider d'un quelconque scrutin, le Burundi devra mettre un terme aux violences qui se multiplient, notamment dans l'est et le sud-est du pays. Mercredi dernier, le président Buyoya avait d'ailleurs annoncé que «des pourparlers sur le cessez-le-feu avec les rebelles (hutus) allaient avoir lieu dès la semaine prochaine en Tanzanie». Il avait ajouté que ces discussions seraient «suivies par un sommet des chefs d'Etats de la région, toujours avant fin juillet».
Cette guerre -qui a déjà fait plus de 250.000 morts en neuf ans- oppose l'armée aux Forces pour la défense de la démocratie (FDD) et aux Forces nationales de libération (FNL), deux groupes qui ont tendance à se radicaliser. Les FLN ont mené ces dernières semaines plusieurs attaques aux portes de la capitale, tuant une dizaine de personnes, tandis que les FDD ont violemment frappé les régions orientales. L'armée burundaise, impuissante face à ses percées rebelles, a accusé samedi dernier la Tanzanie de «faciliter» les déplacements des FDD vers le centre du pays. Selon le général-major Cyrille Ndayirukiye, «ces attaques sont menées par des rebelles en provenance de la Tanzanie». Les larges offensives rebelles lancées le 7 juillet dernier rendent en tout cas de plus en plus incertaine la tenue de pourparlers de paix dans ce pays voisin qu'est la Tanzanie, doublement impliqué dans le conflit…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.