Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Maroc: les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    Botola Pro D2 : L'Union Touarga accompagne le MAT en première division    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Youssef En-Nesyri assure la qualification de Séville pour la Ligue des champions (VIDEO)    Avant le derby, le Raja ne se rassure pas face à Oued Zem (VIDEO)    Maroc : L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% du trafic aérien    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Coupe de la CAF : La Renaissance Berkane qualifiée pour la finale    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Le PIB agricole devrait baisser de 14% en 2022    Terrorisme : 6 morts dont 3 enfants dans un attentat-suicide au Pakistan    Al Hoceima / Communes : Remise de 18 bus scolaires et 7 ambulances    Sidi Kacem / CRM : La création d'un centre de formation requise    Maroc : la demande de sécurité et de l'ordre social en des mains sûres, grâce à la DGSN    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à SA Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane    «La voix de la Palestine», enterrée à Jérusalem    SM le Roi félicite le Président du Paraguay à l'occasion de la fête nationale de son pays    Réélection de Mohamed Khalidi à la tête du parti de la Renaissance et de la Vertu    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    Policy Center for the new south: La plus grande flambée des prix en 50 ans    Coronavirus au Maroc: 89 contaminations et zéro décès ce dimanche    DGSN: 66 ans de sacrifices et d'engagement renouvelé au service du citoyen et de la patrie    Températures prévues pour lundi    Voyages au Maroc. Levée de la double exigence « test PCR » plus « pass vaccinal » avant l'opération Marhaba 2022    Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»    Marathon de Marrakech : L'Ethiopien Dida et la Marocaine Gardadi remportent la 32ème édition    Le dirham se déprécie de 0,61% face à l'euro du 5 au 11 mai    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    France. Zouhair Bennani, « le prince du supermarché marocain » qui inquiète    Coupe de la CAF : La RSB veut rééditer son exploit de 2020    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    DGSN: 66 ans de sacrifices infinis au service du citoyen et de la patrie    Commémoration : Allal El Fassi, le leader à la pensée plurielle    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Paris: Rencontre sur les perspectives des écosystèmes économiques au Maroc    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    25.000 festivaliers et 5.000 écoliers à la 20ème édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rice : Une «fauconne» parmi les faucons
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 11 - 2004

La nomination de Condoleezza Rice à la tête du Département des Affaires étrangères par George Bush signifie que ce dernier a opté pour le renforcement de l'approche conservatrice dans la gestion des affaires internationales.
Elle a été conseillère à la Sécurité nationale depuis quatre ans et en même temps une proche confidente et une amie personnelle de George Bush. Cette célibataire est traitée comme un membre de la famille, passant souvent le week-end à Camp David avec le couple Bush. Il se murmurait pourtant que Condoleezza Rice allait reprendre sa brillante carrière universitaire si Bush avait perdu les élections présidentielles.
Quelques années plus tôt, et après avoir pris congé de son poste de doyen de l'Université de Stanford, Rice est chargée de définir les orientations en matière de politique extérieure et de défense du candidat Bush Jr. L'on disait aussi qu'elle briguait les clés du Pentagone, mais elle a succédé finalement à Colin Powell. Agée d'une cinquantaine d'années, Mme Rice est le deuxième membre de la communauté noire et la deuxième femme à être nommée secrétaire d'Etat après Madeleine Albright.
De nombreux commentaires et articles relevaient mardi que Mme Rice a, ces dernières années, souvent fait pencher la balance en faveur des « faucons » de l'Administration Bush, comme le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, ou le vice-président Dick Cheney, laissant M. Powell isolé, en particulier sur l'Irak. Elle s'est tenue constamment aux côtés de George Bush dans les moments difficiles qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001 et qui ont précédé les guerres en Afghanistan et en Irak. Le président américain n'a pas mâché ses mots en déclarant que la présence de Mme Rice, dans son sillage, lui a été d'une grande utilité. « Au cours des quatre dernières années, je me suis appuyé sur ses conseils, bénéficiant de sa grande expérience et appréciant son discernement fiable et équilibré », a-t-il déclaré. D'ailleurs, il l'appelle souvent par son surnom, « Arroz », qui signifie « riz » en espagnol. Condoleezza Rice est née le 14 novembre 1954 à Birmingham, dans l'Alabama, et elle rappelle souvent qu'elle a connu la ségrégation raciale en perdant l'une de ses amies dans l'attentat raciste qui a coûté la vie à quatre jeunes filles noires dans une église baptiste de Birmingham, en 1963. Ses parents, le révérend John Rice et son épouse Angelina, sont décédés.
Spécialiste de l'ex-URSS, conservatrice à l'allure froide, Mme Rice tranche avec l'image de l'ex-général Powell, le contact facile du vieux soldat et adepte d'une diplomatie ménageant les alliances et la négociation. Le célèbre journal américain « The Washington Post » estime dans un article d'analyse que ce changement à la tête de la diplomatie américaine « traduit le triomphe d'une conception tranchante de la diplomatie adoptée par le vice-président Cheney et le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld ». Les épreuves en perspective sont nombreuses pour Mme Rice une fois qu'elle prendra ses fonctions. En premier lieu le dossier irakien avec les élections prévues en janvier, et menacées par la violence. Une autre priorité attend la nouvelle secrétaire d'Etat, l'Iran en l'occurrence. La ligne à suivre envers ce pays n'a jamais fait l'unanimité au sein du staff Bush.
Elle sera également confrontée au dossier épineux du Proche-Orient, qui va certainement entamer une nouvelle phase de post-Arafat. Et enfin, Mme Rice aura à trouver comment décrisper les relations avec les anciens alliés européens que la politique de George Bush a sérieusement tendues. Tout compte fait, la nomination de Condoleeza Rice confirme une chose : les faucons ont désormais la mainmise sur la politique internationale des Etas-Unis d'Amérique pendant au moins quatre années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.