De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    Le Gabon célèbre à Laâyoune le 62è anniversaire de son indépendance    Belle moisson de médailles pour les sportifs marocains    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Wydad de Casablanca. Houcine Ammouta promu entraîneur    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Le Pérou retire sa reconnaissance du Polisario    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Mercato : Mouhcine Moutouali tranche sur sa prochaine destination    Orages en France: trois morts en Corse    Après la touriste française, un octogénaire mutilé par des chiens à Tanger    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    PSG : régime strict pour Achraf Hakimi and co...    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Coupe d'Afrique des Nations U23 – Maroc 2023 : Tirage des éliminatoires    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Italie : Un enfant marocain de deux ans blessé par balle, sa vie n'est plus en danger    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Banques: La position de change s'améliore    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Événements de Nador : de la prison ferme pour 13 migrants (VIDEO)    La fusée américaine SLS arrive à son aire de lancement, avant son décollage vers la Lune    Actifs immobiliers au trimestre 2-2022 : Des indicateurs en dents de scie avec des signes encourageants    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    M'diq-Fnideq : L'incendie de la forêt « Kodiat Tifour » presque entièrement circonscrit    Hécatombe    La météo pour ce jeudi 18 août 2022    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie face à un nouveau vote
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 10 - 2002

Cinq mois après les élections législatives de mai, les Algériens retournent aux urnes ce jeudi pour un scrutin local sous haute tension, entre situation insurrectionnelle en Kabylie, risques d'abstention et de fraude.
«Par la nature et l'ampleur des enjeux qu'elles comportent en termes d'approfondissement de la démocratie locale et de dynamisation du développement local», les élections de jeudi «auront un impact déterminant sur le processus de l'édifice institutionnel du pays», a récemment souligné le président Abdelaziz Bouteflika. Plus de 16,7 millions d'électeurs algériens sont en effet appelés à renouveler près de 1.550 assemblées populaires communales (APC) et quelque 48 assemblées de wilaya (APW) ce 10 octobre. Mais la première question est : «qui ira voter ?».
Ce titre évocateur d'un climat de fracture et de tension a fait plus d'une fois la «Une» des journaux d'Alger cette semaine. Unanime, la presse annonçait d'ailleurs un scrutin identique à celui du 30 mai : «une campagne totalement illisible», «des panneaux d'affichage désespérément vides», «le citoyen complètement désabusé devant l'absence de débats». Et spéculait déjà sur un taux d'abstention record – celui des législatives avait atteint 54 % - «porteur de tous les dangers», malgré les programmes de «sensibilisation» élaborés par les autorités ou les candidats. Ces derniers sont pour leur part au nombre de 152.241 (119.614 pour les PAC et 32.627 pour les APW) à briguer un mandat de cinq ans, selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur. Parmi eux, les femmes restent – malgré une hausse par rapport au scrutin de 1997 - encore largement sous-représentées, avec une présence de 3,05 % dans les listes communales, et de 8,13 % pour les APW.
La plus grande nouveauté de ces élections sur le plan des partis en lice reste la décision, fin août dernier, du parti d'Hocine Aït Ahmed d'y participer, «parce que ces sièges sont les seuls à pouvoir encore représenter la population». Mais il a fallu au Front des forces socialistes affronter la colère de la Kabylie, son fief, qui relançait dans le même temps sa campagne anti-vote. Saccages, intimidations, lynchages ne semblent cependant ne pas avoir eu raison de la détermination du parti même si son leader a tenté d'alerter lundi les autorités algériennes, l'ONU et l'Europe. Désertant les meetings, l'ensemble des candidats semblaient avoir par ailleurs ignoré la proximité de ce scrutin. Le Matin constatait mercredi n'avoir «aperçu aucun candidat sur le terrain hormis ceux du FFS, qui tentaient vaille que vaille de convaincre qu'ils feront ce qu'ils n'ont pu faire auparavant», lorsqu'ils étaient dans le camps du boycott. Hormis cette inconnue qu'est la future performance du Front des forces socialistes, tout semblait par ailleurs indiquer une répétition du scénario de mai dernier. Selon la presse, ce scrutin devrait reconduire les mêmes formations au pouvoir, en particulier le Front de libération nationale du Premier ministre Ali Benflis. Ce qui n'a pas empêché certains partis de crier «gare à la fraude» et à «l'élimination illégale» des candidats. Des vols de bulletins de vote ont déjà été constatés dans plusieurs communes, notamment à Adrar, Illizi et Tarf. Cinq partis, le FLN, Ennahda, I'UDL, le FNA et le FFS, ont aussi menacé mercredi de se retirer de la compétition électorale à Alger-Centre, où ils accusent le RND d'organiser la fraude électorale. Le parti d'Ahmed Ouyahia, grand perdant des dernières législatives, aurait utilisé les moyens des communes pour ses besoins de campagne… «6.000 cartes de vote de personnes décédées sont (aussi) déjà prêtes pour un véritable bourrage des urnes» (Liberté).
Reste la situation explosive en Kabylie, où le rejet des élections par les délégués du «mouvement citoyen» a pris une tournure encore plus radicale lors de cette campagne. «Pour ce 10 octobre, rien n'a changé. Toute une région risque de basculer dans le chaos mais le pouvoir et ses commis feignent de ne rien voir», soulignait mercredi Le Matin. Dans la wilaya de Tizi-Ouzou mais aussi celle de Béjaïa, les affrontements se sont multipliés, l'arrivée de renforts sécuritaires ayant finalement envenimé un peu plus les tensions cette semaine. A Béjaïa, les retraits de candidats se sont même succédé, notamment dans les rangs du FFS et du FLN, après les défection déjà enregistrées dans de nombreuses communes, où le vote n'aura pas lieu faute de candidats. En campagne depuis plus d'un mois pour le boycott des élections, les coordinations Aârouch, Daïras et Communes ont pour le moins réussi à créer un climat insurrectionnel qui doit aboutir à l'empêchement pur et simple du vote ce jeudi. Une attitude qui n'est toutefois pas exclusive à la Kabylie puisque plus à l'ouest, du côté d'Oran notamment, la population, surtout les jeunes, semblait elle aussi décidée à tourner le dos au scrutin. Ce 10 octobre pourrait bel et bien tourner au cauchemar…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.