Retirez vos aides sociales dès le 6 avril chez Cash Plus    Le bilan de l'épidémie de coronavirus au Maroc à 18h00 : 70 cas et 26 rémissions en 24 heures    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Harit renonce à une partie de son salaire    Cadavres des Marocains décédés à l'étranger : Le ministère délégué prend en charge les frais d'inhumation    Violences à l'égard des femmes en confinement : L'appel des associations féministes    Rapatriement des corps de défunts pour être inhumés au Maroc : L'Ambassade du Maroc en France apporte des précisions    Chelsea, la Juve, le Bayern et le PSG lorgnent Hakimi    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Total Maroc plutôt pessimiste pour 2020    Des cellules de communication à la disposition des personnes autistes    Surpression des examens du bac : Pas de décision prise, mais le ministère travaille sur plusieurs scénarios    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    «Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon    Patrick Lowie: Autoportrait onirique    Crise du Venezuela: Le nouveau plan de Washington    Coronavirus : L'administration publique accélère sa dématérialisation    Coronavirus : la banque mondiale débloque 160 milliards de dollars pour combattre la pandémie    Condition physique et mode alimentaire au profit des joueurs et joueuses : Le programme individuel spécial de la FRMF    Les agents d'autorité de la capitale s'estiment insultés par le Wali de Rabat-Salé Kénitra    Edito : Bonne gestion    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Frontières maritimes : Entrée en vigueur et réserves espagnoles    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    RAM: El Othmani promet des aides urgentes    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Le dernier délai pour renouveler l'assurance automobile fixé au 30 avril    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Mohamed El Youbi: On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie au Maroc    Trois inventions des étudiants de l'EMSI pour lutter contre le coronavirus    Omniprésence de l'Intérieur dans la gestion de la crise    L'économie marocaine à l'épreuve d'un choc inédit    Rummenigge : La crise va stopper l'inflation malsaine dans le foot    Une amende pour Boateng après avoir quitté Munich sans autorisation    Des communes d'El Jadida mettent la main à la pâte    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    Léa Seydoux : Pour moi, un héros ça pardonne    Un sosie d'Elvis donne un concert depuis sa fenêtre    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Coronavirus : Décès à Paris du musicien marocain Marcel Botbol    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le régisseur du marché de gros épinglé
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 10 - 2003

Le régisseur du marché de gros, Aziz Touillila, qui est en même temps 4ème vice-président du conseil de la ville de Casablanca, deux employés du marché et sept mandataires sont poursuivis devant la Cour spéciale de Justice pour détournement de près d'un milliard de centimes.
Le dossier des détournements qui s'opéraient depuis des mois, voire des années, au marché de gros de Casablanca arrive enfin devant la justice. Au cours de la semaine passée, le régisseur du marché Aziz Touillila, deux employés du marché et sept mandataires ont comparu devant la cour spéciale de justice. Et vendredi, il a été procédé à l'arrestation du régisseur Aziz Touillila, qui est en même temps quatrième vice-président du conseil de la ville de la capitale économique du pays. L'affaire remonte à juin dernier, lorsque le régisseur a accusé quatorze mandataires de détournement d'une somme de près d'un milliard de centimes. Ces mandataires, qui plaidaient non-coupables, ont dévoilé les circuits de pratiques en noir au marché et ont demandé l'ouverture d'une enquête de la police. Les transactions frauduleuses dans ce marché privent la recette municipale des sommes d'argent faramineuses.
Les systèmes de contrôle ne fonctionnent plus, le suivi des transactions sur des registres est suspendu depuis longtemps, le trafic au niveau du pesage est devenu monnaie courante, les fausses déclarations de la marchandise sont toujours de mise. En juin dernier, le régisseur du marché a demandé à quatorze mandataires de restituer à la caisse une somme de près d'un milliard de centimes. Selon le règlement du marché, les mandataires versent chaque jeudi la recette de la semaine. Comment des arriérés pourraient être enregistrés ? Les mandataires accusés indiquent que la somme réclamée ne figure nulle part dans les archives du marché, précisant qu'il ne s'agit que de pratiques de l'administration en vue de les acculer au silence. Dans ce cadre, une réunion avait eu lieu au niveau de la wilaya pour trouver une solution à l'amiable au problème. Sans résultat. Chaque jour des millions de centimes partent en fumée. Chaque jour, plusieurs fausses déclarations sont enregistrées. Par exemple : un camion chargé de poires est enregistré à l'entrée comme rempli de navets blancs. La taxe à verser à la recette est ainsi divisée par plus de dix. Le marché de gros de Casablanca reçoit chaque jour environ 1200 camions chargés de légumes et fruits. Si les fausses déclarations touchent uniquement une centaine de camions, la recette se trouve privée de millions et de millions de centimes. Les pratiques frauduleuses ne se limitent pas uniquement aux fausses déclarations, mais dans certains cas, les transactions s'effectuent sans aucun enregistrement au niveau des circuits du marché. Plusieurs magasins exposent uniquement les échantillons des fruits dont le prix est élevé. Le reste de la marchandise est stocké ailleurs pour échapper aux taxes. Le pire est que les patrons de magasins gèrent d'autres marchés informels en parallèle à Hay Hassani, Lahjajma, Aïn Chock, Bernoussi, Mediouna et Lissasfa. Ces derniers sont devenus de véritables petits marchés de gros concurrençant déloyalement le premier marché de la métropole. Situé dans la préfecture de Ben M'sik Sidi Othmane, le marché de gros de Casablanca s'étend sur une superficie de cinquante hectares dont vingt sont réservés au frigo. La marchandise est vendue selon deux circuits. Lorsque le conducteur du camion, transportant les marchandises, arrive à la porte principale, il passe par le système de pesage, dépose la carte grise du véhicule, prend son ticket, état de base dans le jargon professionnel, portant le poids de la marchandise, sa valeur totale et la taxe qu'il faut payer et se dirige ensuite soit vers les carreaux, soit devant les magasins.
Dans les carreaux, le vendeur verse à la caisse 7 % de la valeur totale de la marchandise, 6 % partent à la communauté urbaine de Casablanca, CUC, et 1 % pour les deux mandataires responsables du carreaux de vente, à raison de 0,5% chacun. Ces derniers, au nombre de quarante, versent chaque jeudi environ quatre-vingts mille dirhams à la communauté urbaine de Casablanca. Dans le cas où les transactions seraient effectuées devant les magasins, le vendeur verse une taxe de 6 % à la caisse et échappe au reste, le 1 % réservé aux mandataires. Il est à souligner que cet espace, environ 250 magasins, 20 carreaux et d'autres infrastructures, qui regorge des activités entre les fellahs et les grossistes, connaît également une abondance de marchands ambulants et autres vendeurs au détail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.