Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    Sanction des camions marocains en Espagne : le Maroc contre-attaque    France: l'Assemblée nationale valide la prorogation de l'état d'urgence sanitaire    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Accès aux prépas: le ministère a fait une annonce    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Le message du roi Mohammed VI au président zambien    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Barça-Real: les buts de la première mi-temps (VIDEO)    Le Maroc rejoint la coalition internationale pour le renforcement de l'autonomisation économique des femmes    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Algérie/Covid-19 : Le président Tebboune confiné    Ahmed Rhassane El Adib : " la crise du coronavirus a provoqué une prise de conscience de l'importance des services d'urgence"    Namibie : Des milliers de bébés otaries retrouvés morts (vidéo)    Tanger: deux jeunes frères reçus par la DGSN (PHOTO)    Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    Islamisme en France: les éclairages de Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'IRIS [Vidéo]    LDC: Brahim Nekkach s'exprime après l'élimination du WAC    LDC: retour sur l'élimination du Wydad (VIDEO)    Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Khaoula El Filahi, ou le long voyage d' une jeune passionnée de lecture    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Londres signe avec Tokyo son premier accord commercial majeur post-Brexit    Julien-Vincent Brunie : SM le Roi, "un ardent défenseur de la co-connaissance et de la paix"    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Sahara marocain : les pays des Caraïbes soutiennent l'initiative d'autonomie et le processus politique    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Un artiste hors du temps et des canons    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Marrakech-Safi : Une saison culturelle qui s'annonce riche et diversifiée    Un 7ème pays africain ouvre son consulat à Dakhla    Maroc-Espagne : pour la mise en œuvre effective du partenariat stratégique global    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Fruit d'un partenariat entre OCP et la BAD : 4 millions de dollars mobilisés pour l'accès aux engrais en Côte d'Ivoire et au Ghana    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Viol collectif d'un mineur
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 11 - 2002

Salah, douze ans, errait dans les rues de son quartier à Khouribga quand cinq jeunes l'ont enlevé et violé à bord d'une voiture, dans un terrain vague.
Salah ne savait pas que ce mercredi du mois de septembre ne serait jamais comme les autres jours. S'il en avait eu la moindre idée, il ne serait pas sorti de chez lui. Il a seulement douze ans et il ne lui reste que quelques jours pour la rentrée scolaire afin de se préoccuper de ses leçons. Il est en sixième année de l'enseignement fondamental. Il est quinze heures.
Salah sort de chez lui après avoir pris son déjeuner. Ses amis du quartier sont encore chez eux. En les attendant, il se permet de marcher tout au long de la rue pour dévier vers une rue à droite, donnant sur le grand boulevard.
D'un pas à l'autre, Salah s'est trouvé de quelques centaines de mètres plus loin de sa demeure. Ce n'est pas la première fois qu'il fait un tel tour aux environs de son quartier. C'est la énième, au point qu'il peut y passer les yeux fermés. Mais cette fois-ci, le passage va marquer sa vie et la vie de la région. Les Khouribguis n'avaient jamais entendu parler d'une affaire similaire à celle qui allait arriver à Salah. Ils savent que leur ville est réputée pour les rabatteurs qui recrutent les jeunes candidats à l'émigration clandestine par les faussaires des documents administratifs nécessaires pour les rêveurs de l'Eldorado et des papiers des voitures volées. Enlever un mineur de douze ans, le torturer? Et par cinq jeunes hommes ?
Non, ils ne sont pas habitués à ces crimes crapuleux et sordides. Salah longeait le boulevard, prenait une petite ruelle qui donne sur la rue principale, tournait les yeux à gauche et à droite. La curiosité de son innocence l'encourageait à freiner de temps en temps pour regarder les autres enfants qui jouaient au ballon, qui couraient à droite et à gauche, qui jetaient des projectiles, qui criaient à haute voix…
«Regarde, regarde…», crie un enfant pour attirer l'attention de son ami qui jouait au ballon.
Une voiture, Mercedes 240, de couleur bleue, freine près des pieds de Salah, un des cinq jeunes qui étaient à son abord ouvre la portière de derrière, descend très vite, saisit le bras gauche de l'enfant, le tire en un clin d'œil pour le remonter. La voiture s'est lancée comme une flèche au point que les enfants ne sont pas arrivés à identifier au moins un élément des kidnappeurs. Salah criait, pleurait, résistait. Mais en vain. L'un des kidnappeurs le giflait, le frappait violemment et sans la moindre clémence.
Ils étaient cinq jeunes hommes, âgés de vingt-deux à vingt-six ans. Leurs têtes tournaient sous l'effet du vin rouge qu'ils buvaient depuis midi. Le chauffeur conduisait follement au point qu'il ne s'est rendu compte d'aucun feu rouge, ni des plaques de signalisation de Stop. Il n'a freiné qu'une fois arrivé à un terrain vague, à la périphérie de Khouribga. Salah pleurait encore. L'un des kidnappeurs l'a giflé une fois encore, lui a ouvert, avec violence, la bouche, et il en a versé un premier verre de vin rouge, puis un deuxième et un troisième. Il l'a obligé à boire d'autres verres alors qu'ils riaient et bavardaient.
Quand l'enfant a commencé à perdre conscience, quatre des kidnappeurs sont descendus de la voiture, laissant un seul avec lui, qui lui a ôté les vêtements et l'a sodomisé. Lorsqu'il a terminé, un deuxième est monté dans la voiture, puis le troisième, le quatrième et le cinquième. Une fois qu'ils ont terminé, ils ont rebroussé chemin pour jeter l'enfant dans une ruelle jouxtant celle où ils l'avaient enlevé. Découvert par des passants, l'enfant a été transporté vers les urgences de l'hôpital Hassan II. Ses parents ont porté plainte contre les kidnappeurs dont l'un n'habite pas loin de Salah. Ils ont été mis hors d'état de nuire et mis entre les mains de la justice. Une justice qui ne peut en aucun cas cicatriser ce malheur qui hante encore l'esprit de Salah et de la ville.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.