Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La revanche d'un mulâtre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 12 - 2002

Deux cents ans après sa naissance, les cendres de l'écrivain Alexandre Dumas ont été transportées, samedi 30 novembre, au Panthéon. Une revanche posthume pour ce descendant d'esclave vilipendé de son temps pour ses origines africaines.
Trop pisse-copie pour être bon écrivain, trop croqueur dans la vie pour être cérébral, trop affabulateur pour être conséquent, trop solliciteur de nègres pour avoir un style, trop facile à lire pour ne pas être suspect, Alexandre Dumas a souffert, tout au long de sa vie, de nombreux préjugés et de propos condescendants qui lui ont longtemps maintenu la porte de la république des lettres à moitié fermée. L'université l'a délaissé pendant près d'un siècle, les manuels scolaires l'ont écarté. L'auteur français le plus lu dans le monde a toujours souffert d'un alliage jugé impur. À commencer par sa filiation. Petit-fils d'esclaves et fils d'un général de couleur pendant la révolution, le premier procès fait à Alexandre Dumas se rapporte à son physique. C'est un mulâtre.
Plusieurs caricatures de l'époque insistent sur la physionomie négroïde de l'intéressé. L'un de ses détracteurs, Mirecourt, le décrit dans un pamphlet ainsi : « Le physique de M. Dumas est assez connu : stature de tambour-major, membres d'Hercule dans toute l'extension possible, lèvres saillantes, nez africain, tête crépue, visage bronzé. Son origine est écrite d'un bout à l'autre de sa personne ; mais elle se relève beaucoup plus encore dans son caractère. Grattez l'écorce de M. Dumas et vous trouverez le sauvage. »
Tous les préjugés relatifs au « nègre » sont appliqués à Dumas. Un dévorateur de femmes, un brûleur de chandelle par les deux bouts ou « l'écrivain qui pue » comme se plaisaient à l'appeler les hommes de lettres dans certains salons. Dumas va de surcroît donner à ses détracteurs un jeu de mots facile : le Noir qui a recours à des nègres. Ce reproche fait à Dumas par ses contemporains continue d'opérer jusqu'à ce jour. Il ajoute un autre élément à cette composition impure dont on a fait grief à l'écrivain. Ses romans sont apparentés à des fils naturels ou aux enfants d'une mère qui prête généreusement ses joues à qui veut y apposer sa marque. La paternité partagée des livres de Dumas est le motif du ressentiment de plusieurs personnes. Elle a contribué à la mauvaise image de l'écrivain, ignoré de l'Université et méprisé par beaucoup de critiques.
L'œuvre à la paternité unique est très chère à l'Occident. Il faut qu'elle soit attribuée à une seule personne pour être digne d'intérêt. Le partage était pourtant fréquent. Les grands peintres laissaient souvent à leurs élèves sinon le loisir d'honorer une commande à leur place, du moins le soin de la réaliser à moitié. Cela n'a pas empêché les historiens d'art de désigner un seul auteur à ces œuvres. En plus, si les nègres demeurent d'habitude dans l'anonymat, ceux de Dumas ont une identité, un nom. Le principal “co-auteur” des romans de l'écrivain s'appelle Auguste Maquet. Claude Schopp, le plus connu des biographes de Dumas, défend ce dernier en ces termes : « Il savait qu'en se lançant dans la littérature feuilletonesque, il était fichu car il entrait dans l'impureté littéraire, comme si la littérature était pure ! » Impureté, nous revoici dans cet alliage de sang qui a donné lieu aux railleries des contemporains de l'écrivain.
Cet alliage a contaminé donc ses livres. Un homme à la filiation impure ne peut produire des livres racés. De tous les préjugés dont on crédite généreusement les hommes de couleur, on ne retrouvera pas pourtant celui de la paresse appliqué à Dumas. Il était un infatigable travailleur. Il a publié 600 volumes et créé plus de 37 000 personnages. Fleuve torrentiel et intarissable de mots, il ne pouvait tout écrire lui-même. Mais cet alliage que l'on reconnaissait comme une tare à l'homme n'est pas palpable dans les romans qui ont fait la réputation de l'écrivain : « Les trois mousquetaires», « Le Comte de Monte-Cristo » ou « La Reine Margot ».
Dumas imposait son écriture éclatante, et ses nègres marchaient au pas en l'imitant. La voix qui traverse d'un bout à l'autre ses romans lui a valu plusieurs admirateurs dont Feu Hassan II qui a restauré la salle maure de son château à Marly-le-Roi (Yvelines).
Avec le transfert de ses restes au Panthéon, Dumas a une vengeance encore plus flamboyante que celle de son personnage Monte-Cristo. L'écrivain, né en 1802, rejoint ainsi les 61 « grands hommes », dont Jean-Jacques Rousseau, Emile Zola, Jean Moulin ou Pierre et Marie Curie, qui reposent déjà dans ce lieu. Une revanche pour ce petit-fils d'une ancienne esclave noire, longtemps méprisé en raison des alliages d'où il tire sa force.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.