Gouvernement : Les contours de la majorité se préciseront au cours de la semaine prochaine    Production industrielle : Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    Sahel : Le chef de l'EIGS et mercenaire du « Polisario » tué par la force Barkhane    Attaque au Mali : L'ASMEX condamne les agressions contre les routiers marocains    JO et Jeux paralympiques : La Fondation Mohammed VI des champions sportifs rend hommage aux athlètes médaillés    Compteur coronavirus : 2.432 nouveaux cas, Casa, Rabat, Salé en tête de liste    Covid-19 : première baisse substantielle du nombre de cas hebdomadaires,    DGSN : Quatre responsables suspendus pour manquements dans l'exercice de leurs fonctions    Politique de vaccination : Le pragmatisme marocain    Covid-19: 2.432 nouveaux cas, plus de 17,2 millions de personnes complètement vaccinées    Technologie. Une nouvelle gomme increvable signée Michelin    Transport aérien: Emirates lance une campagne de recrutement mondiale incluant le Maroc    Elections du 8 septembre: la stratégie digitale des partis politiques disséquée    Les provinces du Sud connaissent un essor remarquable sur tous les plans    Attente...    PJD : après la déroute électorale, la dure thérapie de groupe    Libye : l'Egypte, le Maroc et la communauté internationale appellent les autorités à tenir les élections comme prévu    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    Le Maroc se dote d'une série de drones autonomes    M. Babou Sène, nommé Consul général de la République du Sénégal à Dakhla    ONDA : Plus de 3,56 millions de passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août    Technologie : Des fenêtres qui fournissent de l'énergie    L'économie mondiale va rebondir mais de manière inégale selon les régions    Initié par l'Ambassade des Pays-Bas au Maroc, un Demo Day pour couronner les 3ème Orange Corners Morocco    Contrôles continus: le ministère fait une annonce    La CDG intègre le programme DATA TIKA de la CNDP    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Covid-19 : plus de 70% de la population chinoise entièrement vaccinée    Le Maroc reçoit 5 millions de doses du vaccin Sinopharm    Pakistan: 7 soldats et 5 terroristes tués au Waziristan du Sud    Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Séquestrés de Tindouf : La fin du calvaire ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 01 - 2003

Lors de sa tournée maghrébine, James Baker aurait également évoqué avec ses interlocuteurs de nouvelles pistes pour mettre fin au drame humanitaire des 1262 soldats marocains encore détenus sur le territoire algérien. Ils sont considérés par l'ONU comme les plus anciens prisonniers de guerre sur la planète. Au Maroc, les familles des victimes crient leur colère et leur détresse.
La dernière visite de James Baker dans la région du Maghreb, dans le cadre de sa mission de représentant personnel du secrétaire général des Nations unies au Sahara, aura au moins permis de dépoussiérer le dossier des prisonniers marocains à Tindouf.
M. Baker ne peut admettre qu'un calvaire puisse durer alors que l'on parle de tentative de règlement pacifique de la question. Il n'est pas exclu que le représentant onusien ait abordé cet épineux problème avec les dirigeants algériens et à leur tête le Président Bouteflika, sachant pertinemment que le lieu de leur détention est sur le sol algérien.
L'association des familles des martyrs, des disparus, des prisonniers et des détenus libérés, qui n'arrête pas de crier son indignation, quant au silence qui dure et au clavaire qui perdure, compte organiser, après-demain mercredi à partir de 17 heures, une manifestation devant le Parlement suivie d'une conférence de presse au siège du Syndicat national de la presse marocaine.
Ce regain d'intérêt pour les prisonniers de guerre marocains ne doit pas être épisodique et ne doit pas non plus être une affaire de conjoncture. Cela fait plus d'un quart de siècle que des militaires et des civils marocains ainsi que leurs familles endurent ce calvaire. Ils sont actuellement 1262 personnes encore séquestrées, selon les chiffres de l'association des familles des séquestrés de Tindouf. Ce chiffre est recoupé auprès du représentant au Maroc du HCR et militant actif de longue date pour la libération des prisonniers de Tindouf, Mohamed Mjid. « Nous avons pu libérer 290 en trois groupes: 80 pour le premier, 100 pour le deuxième et 110 pour le troisième. Les membres du HCR, qui ont pu visiter les lieux de détention à Tindouf, les considèrent comme les plus inhospitaliers au monde. Il fait plus de 30° à l'ombre à 5h du matin, racontent-ils », nous dit M. Mjid. La mobilisation actuelle coïncide avec deux actions européennes à relever. La première concerne la constitution d'une commission au niveau du Conseil de l'Europe. Une commission sous l'impulsion de la diplomatie française et dont le but est d'inciter la communauté internationale à œuvrer pour la libération des prisonniers marocains. Il s'agit d'une commission consultative qui proposera éventuellement des actions à mener pour atteindre son objectif. Des pressions sur l'Algérie ou toute autre partie qui ne veut pas accélérer ce processus sont envisagées.
La deuxième initiative est la mise en place d'une commission au niveau du Parlement européen. Elle est composée de dix sept députés dont la plupart sont des personnalités de renom. Il s'agit, entre autres, du général Philippe Morillon, ancien commandant des forces de l'ONU en Bosnie, Michel Rocard, ancien Premier ministre français, Mario Soarès, ancien Président portugais, Ema Bonino, ancien commissaire européen, Catherine Lalumière… Cette commission veut agir pour que la libération des prisonniers de Tindouf ne soit plus liée au processus politique en cours. Elle n'est pas tributaire de la proposition de M. Baker. Qu'elle prenne forme ou non, les séquestrés doivent être libérés et l'initiative Passeport pour la liberté, lancée par cette commission, s'inscrit dans ce sens. Cette tentative, qui reproduit des initiatives similaires ayant permis la libération de détenus politiques de par le monde, veut que la libération des prisonniers marocains ne fasse l'objet d'aucun chantage. Et que l'Algérie respecte ses engagements internationaux.
En effet, depuis la signature des accords de 1991 sur le processus de règlement référendaire au Sahara, les prisonniers devraient être déjà mis en liberté. C'est dans ce cadre que l'Algérie est considérée comme défaillante vis-à-vis des Nations unies en ce domaine. Elle ne respecte pas la convention de Genève de 1949 sur les prisonniers de guerre.
Selon un rapport de l'association des familles des disparus, les prisonniers marocains aux camps de Tindouf et aux geôles algériennes sont sujets à des violations sadiques et barbares de la part des dirigeants militaires algériens et des sbires séparatistes. De telles violations ne peuvent être qualifiées que de crime contre l'humanité.
Le nombre de détenus a dépassé le seuil de 2000. 803 d'entre eux ont été libérés, par étapes, par le biais du croissant rouge et par des médiations internationales. Il en reste encore 1261 détenus, parmi lesquels 815 ont dépassé plus de vingt ans d'emprisonnement. Le plus ancien détenu à fait 27 ans d'incarcération. Selon le rapport, il y a 16 officiers dont deux médecins militaires, 13 pilotes et 1216 soldats appartenant aux forces armées royales, à la gendarmerie royale et aux forces auxiliaires. Alors que les civils sont au nombre de 16, dont un médecin.
De l'avis général, il s'agit d'un cas unique au monde. Jamais détenu ou prisonnier de guerre n'a subi un sort pareil. Et il est temps plus que jamais de se mobiliser pour libérer les séquestrés de Tindouf. Les plus vieux prisonniers du monde. La conjoncture est propice aujourd'hui plus que par le passé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.