Hajj 2021: nouvelle annonce du ministère des Habous    Équipe nationale : On tire la sonnette d'alarme !    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Variant indien au Royaume-Uni: Boris Johnson avertit    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    La Bourse de Casablanca en hausse    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Le quartier Cheikh Jarrah, centre de gravité du conflit israélo-palestinien    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    Euro 2021 : Programme et chaînes    Wikipedia en version Darija est désormais disponible    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Roland-Garros: Djokovic fait tomber Nadal et file en finale (VIDEO)    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 400 nouveaux cas, 523.165 au total, vendredi 11 juin 2021 à 16 heures    Crise migratoire Maroc/Espagne: réunion d'urgence du parlement arabe    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tifinagh, le choix de la différence
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 02 - 2003

Les 30 et 31 janvier, les membres du conseil d'administration de l'Institut Royal de la Culture Amazighe ont adopté le tifinagh comme graphie de l'amazigh. Que signifie ce choix et quelles en sont les motivations ? Un éminent linguiste nous éclaire sur le bien-fondé de l'option tifinagh par rapport à l'arabe et au latin.
Au-delà de l'anecdotique, au-delà de l'ambiance dans laquelle s'est déroulée le vote des 32 membres du conseil d'administration de l'Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCA), au-delà des passions que peut engendrer le choix de cette graphie, l'adoption du tifinagh est une décision très importante dont les conséquences seront considérables sur le système éducatif au Maroc et sur la vie de près de la moitié des Marocains s'exprimant dans cette langue. Les militants de la cause amazighe se réjouissent ouvertement de cette adoption. « C'est une décision historique qui ne concerne pas seulement le Maroc, mais l'ensemble des pays du Maghreb.
Pour la première fois, l'amazigh a une graphie votée démocratiquement», nous déclare Brahim Akhiat, président de l'Association marocaine de recherches et d'échanges culturels (AMREC). Son enthousiasme devrait être tempéré, parce que les résultats des délibérations des membres du conseil d'administration de l'IRCA ne sont pas encore officiels.
Ils ne peuvent être rendus publics qu'après l'approbation de Sa Majesté le Roi, comme cela est clairement précisé dans le dahir se rapportant à l'IRCA.
Mais l'adoption du tifinagh par les 2/3 des membres du conseil d'administration de l'IRCA est une réalité, et il faut chercher à en comprendre le pourquoi, loin de l'enthousiasme des militants. Un éminent linguiste, membre de cet institut, défend ce choix. «Ce n'est pas un idéogramme !», dément-il, lorsqu'on se hasarde à dire que le tifinagh est constitué de dessins archaïques. «Il s'agit d'une graphie phonogrammatique», précise-t-il. En d'autres termes, chaque graphème exprime un son. Ce qui dissocie d'emblée le tifinagh des hiéroglyphes des Egyptiens, par exemple.
Au demeurant, des trois options, le tifinagh est l'unique alphabet qui est susceptible, à ses yeux, de couvrir les latitudes articulatoires de la langue amazighe. «Le tifinagh a une graphie qui est parfaitement conforme à la prononciation de l'amazigh», dit-il. L'adoption d'un autre alphabet risquerait de perturber l'enfant à l'école. À titre d'exemple, dans le latin, le “u” se prononce “ou”.
L'enfant qui apprend l'amazigh dans une grahie latine fera incessamment des transferts du français à l'amazigh. L'énoncé “il a lu” en français se dit “il a lou” en amazigh. Ce genre d'interférences va poser des problèmes dans l'apprentissage de la langue française. En ce qui concerne la graphie arabe, « il n'existe pas de voyelles », précise ce chercheur.
En fait, l'on sait que l'arabe porte des marques vocaliques “achakl”, ce qui rend difficile la lecture de cette langue pour des personnes qui n'en ont pas une bonne maîtrise. La chose se posera aussi pour l'amazigh : «Ecrire en arabe un mot amazigh comportant des voyelles va poser des problèmes à la lecture, parce qu'il n'existe pas de voyelles dans la graphie arabe». Cependant, présenter des difficultés de cette espèce ne signifie pas pour autant que le choix du tifinagh est sans problème. Son usage sur ordinateur, par exemple, est quasi-impossible. Les fontes du tifinagh n'existent pas sur des claviers, parce que cette police n'est intégrée par aucun logiciel de traitement de texte dans le monde. Pour y recourir, il faut consulter à chaque fois les caractères spéciaux. «Il faut arriver à convaincre une maison comme Microsoft du parti à tirer en introduisant le tifinagh dans les logiciels Windows», dit le chercheur. «Les questions techniques, c'est à nous de les résoudre.
Le tifinagh est appelé à évoluer, et l'on a toute l'énergie pour accompagner cette évolution», dit Brahim Akhiat. On comprend vite alors que la question identitaire est la pierre angulaire dans le choix du tifinagh. Les amazighophones traversent, dans la conjoncture actuelle, une période de valorisation et de consolidation de leur identité. Ceux qui ont voté à l'IRCA savent à quel point il faut distinguer cette identité de l'arabe et du latin. Ils savent aussi que ce choix implique des efforts considérables pour moderniser le tifinagh. Mais après tout, ils sont les premiers concernés, et le choix de leur différence est légitime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.