La CNSS et la Caisse de compensation mises sous tutelle du ministère de l'Economie et des Finances    Etudiants marocains en Russie : le désarroi continue    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    A quoi joue la Russie?    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tifinagh, le choix de la différence
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 02 - 2003

Les 30 et 31 janvier, les membres du conseil d'administration de l'Institut Royal de la Culture Amazighe ont adopté le tifinagh comme graphie de l'amazigh. Que signifie ce choix et quelles en sont les motivations ? Un éminent linguiste nous éclaire sur le bien-fondé de l'option tifinagh par rapport à l'arabe et au latin.
Au-delà de l'anecdotique, au-delà de l'ambiance dans laquelle s'est déroulée le vote des 32 membres du conseil d'administration de l'Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCA), au-delà des passions que peut engendrer le choix de cette graphie, l'adoption du tifinagh est une décision très importante dont les conséquences seront considérables sur le système éducatif au Maroc et sur la vie de près de la moitié des Marocains s'exprimant dans cette langue. Les militants de la cause amazighe se réjouissent ouvertement de cette adoption. « C'est une décision historique qui ne concerne pas seulement le Maroc, mais l'ensemble des pays du Maghreb.
Pour la première fois, l'amazigh a une graphie votée démocratiquement», nous déclare Brahim Akhiat, président de l'Association marocaine de recherches et d'échanges culturels (AMREC). Son enthousiasme devrait être tempéré, parce que les résultats des délibérations des membres du conseil d'administration de l'IRCA ne sont pas encore officiels.
Ils ne peuvent être rendus publics qu'après l'approbation de Sa Majesté le Roi, comme cela est clairement précisé dans le dahir se rapportant à l'IRCA.
Mais l'adoption du tifinagh par les 2/3 des membres du conseil d'administration de l'IRCA est une réalité, et il faut chercher à en comprendre le pourquoi, loin de l'enthousiasme des militants. Un éminent linguiste, membre de cet institut, défend ce choix. «Ce n'est pas un idéogramme !», dément-il, lorsqu'on se hasarde à dire que le tifinagh est constitué de dessins archaïques. «Il s'agit d'une graphie phonogrammatique», précise-t-il. En d'autres termes, chaque graphème exprime un son. Ce qui dissocie d'emblée le tifinagh des hiéroglyphes des Egyptiens, par exemple.
Au demeurant, des trois options, le tifinagh est l'unique alphabet qui est susceptible, à ses yeux, de couvrir les latitudes articulatoires de la langue amazighe. «Le tifinagh a une graphie qui est parfaitement conforme à la prononciation de l'amazigh», dit-il. L'adoption d'un autre alphabet risquerait de perturber l'enfant à l'école. À titre d'exemple, dans le latin, le “u” se prononce “ou”.
L'enfant qui apprend l'amazigh dans une grahie latine fera incessamment des transferts du français à l'amazigh. L'énoncé “il a lu” en français se dit “il a lou” en amazigh. Ce genre d'interférences va poser des problèmes dans l'apprentissage de la langue française. En ce qui concerne la graphie arabe, « il n'existe pas de voyelles », précise ce chercheur.
En fait, l'on sait que l'arabe porte des marques vocaliques “achakl”, ce qui rend difficile la lecture de cette langue pour des personnes qui n'en ont pas une bonne maîtrise. La chose se posera aussi pour l'amazigh : «Ecrire en arabe un mot amazigh comportant des voyelles va poser des problèmes à la lecture, parce qu'il n'existe pas de voyelles dans la graphie arabe». Cependant, présenter des difficultés de cette espèce ne signifie pas pour autant que le choix du tifinagh est sans problème. Son usage sur ordinateur, par exemple, est quasi-impossible. Les fontes du tifinagh n'existent pas sur des claviers, parce que cette police n'est intégrée par aucun logiciel de traitement de texte dans le monde. Pour y recourir, il faut consulter à chaque fois les caractères spéciaux. «Il faut arriver à convaincre une maison comme Microsoft du parti à tirer en introduisant le tifinagh dans les logiciels Windows», dit le chercheur. «Les questions techniques, c'est à nous de les résoudre.
Le tifinagh est appelé à évoluer, et l'on a toute l'énergie pour accompagner cette évolution», dit Brahim Akhiat. On comprend vite alors que la question identitaire est la pierre angulaire dans le choix du tifinagh. Les amazighophones traversent, dans la conjoncture actuelle, une période de valorisation et de consolidation de leur identité. Ceux qui ont voté à l'IRCA savent à quel point il faut distinguer cette identité de l'arabe et du latin. Ils savent aussi que ce choix implique des efforts considérables pour moderniser le tifinagh. Mais après tout, ils sont les premiers concernés, et le choix de leur différence est légitime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.