Parlement: Séance plénière conjointe des deux Chambres lundi pour présenter le PLF2022    Chambre des Conseillers: Après le choix de la démission, le PJD sanctionne les élus réfractaires    Evolution du coronavirus au Maroc. 255 nouveaux cas, 943.222 au total, jeudi 21 octobre 2021 à 16 heures    Covid-19 : des chercheurs s'inquiètent d'éventuels dommages sur le cerveau [Etude]    Casablanca: on connait la cause des embouteillages    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Dr. Abdelouahed Belkeziz    La République Dominicaine appuie les efforts du Maroc dans la recherche d'une solution politique    IS, IR, TVA, CPU… les propositions du PLF 2022    Pass vaccinal : Une nouvelle réalité s'installe après la décision du gouvernement    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    USA : Des emplois, des salaires qui flambent mais pas de postulants    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Donald Trump annonce le lancement de son réseau social et dénonce le règne unique des GAFAM    Racisme en France, ça continue    Otman Mouden: "Le gouvernement a une marge d'action très limitée dans le temps et sur le plan financier"    Ventes de voitures neuves. Bénéfices record pour Tesla au 3e trimestre    Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat    Lutte contre les nuisibles : Comme Israël, le Maroc recourt aux rapaces    L'Opinion : Le pass de la discorde    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Botola Pro D1 / MCO-RCA (1-3): Le Mouloudia victime de ses dirigeants et du Raja!    Espagne: Les Marocains en tête des travailleurs extra-communautaires cotisant à la sécurité sociale    Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »    Botola Pro D1 / RSB-OCK (3-3): Un match prolifique doublé d'une remontada!    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Errachidia: 4 individus interpellés pour liens présumés avec un réseau de trafic international de drogue    Concours de police: les candidates et candidats appelés à présenter leurs passeports vaccinaux    Pass vaccinal. La légalité sacrifiée sur l'autel de l'efficacité    Véhicules d'occasion. Autocaz lance une nouvelle offre innovante    5,7% de croissance en 2021 : Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Défense : Le Maroc augmente son budget    Sahara marocain : Le SG de l'ONU met à nu, de nouveau, les violations et mensonges de l'Algérie et du Polisario    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Le diplomate Abdelouahed Belkeziz n'est plus    Loi de Finances 2022: IR, douane, budgets sociaux…les dossiers chauds    Explosion de gaz en Chine: au moins trois morts    Nigéria : 14 voyageurs enlevées par des hommes armés    Le Maroc vise la réalisation de la souveraineté énergétique à travers un avenir vert    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Casablanca et Rabat, deux villes surendettées
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 05 - 2019

Elles génèrent 400 milliards de dépôts et consomment 600 milliards de crédits
Casablanca continue de vivre à crédit. C'est du moins ce que l'on peut constater des données arrêtées par la direction de la supervision bancaire relevant de Bank Al-Maghrib. Certes, aucun changement notable n'est à relever quant à la prépondérance financière de la métropole mais ce qui est à souligner est que le déséquilibre persiste toujours entre les dépôts collectés et les crédits distribués au niveau de cette localité. Un écart mesuré à environ 234,11 milliards de dirhams à fin décembre 2018. Les chiffres relevés à fin décembre 2018 à partir des déclarations de l'ensemble des guichets couvrant le territoire national font ressortir des dépôts d'un total de 929,34 milliards de dirhams contre un financement dépassant les 894 milliards de dirhams au Maroc.
Casablanca, de par sa taille, la capillarité de son réseau bancaire et son emplacement géographique se taille la part du lion. La métropole capte, à fin 2018, 33,7 % des dépôts collectés et 62 % des crédits distribués sur toute la période. En effet, Casablanca avec ses 1.375 guichets a réussi durant l'année 2018 à collecter des dépôts de 313,90 milliards de dirhams. Pour ce qui est des crédits, la métropole absorbe le plus grand encours.
Elle ressort ainsi endettée à hauteur de 548,02 milliards de dirhams. La capitale administrative suit pour sa part la même tendance. Bien qu'elle ne capte que 13,6 % des financements alloués à l'échelle nationale, Rabat est sans conteste la deuxième ville la plus endettée du Royaume. L'écart entre les dépôts et crédits de la capitale administrative est estimé à fin décembre 2018 à 19,73 milliards de dirhams, soit 101,77 milliards de dirhams de collectes contre un financement de 121,50 milliards de dirhams.
La balance dépôt-financement déséquilibrée dans trois petites localités du centre
Il est évident que le rythme de crédits soit plus accéléré dans les grandes agglomérations mais des exceptions est à relever au niveau d'autres localités de taille moindre. Ce constat est fait dans la région de Rabat-Salé-Kénitra. Deux petites villes de ce territoire géographique recourent davantage aux crédits. Prenons le cas de Rommani où l'encours distribué constitue le double des dépôts collectés. Les crédits en cette localité contenant 6 guichets s'élèvent à 689,54 millions de dirhams à fin décembre 2018. Les dépôts collectés avoisinent, quant à eux, les 339 millions de dirhams.
A Tamesna, 121,330 millions de crédits ont été distribués à fin 2018 contre des dépôts de l'ordre de 110,935 millions de dirhams. La même cadence est observée dans la zone de Ouled Saleh où un encours de 125,49 millions de dirhams a été alloué tandis que les dépôts se situent autour d'une collecte de 117,06 millions de dirhams à fin décembre 2018. A l'exception de Rommani, Tamesna et Ouled Saleh, l'activité bancaire dans les petites et moyennes villes tend plus vers les dépôts. En effet, la moyenne des dépôts dans les petites zones demeure importante quant au volume des crédits.
Si l'on prend la région administrative de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, il ressort qu'à Beni Bouayach, localité située dans la province d'Al Hoceima, les dépôts dépassent les 1,27 milliard de dirhams contre des crédits de 77,62 millions de dirhams. La tendance est la même à Asilah. La collecte en 2018 porte dans cette cité sur un total de 1,23 milliard de dirhams au moment où le financement est estimé sur la même période à 184,52 millions de dirhams.
L'Oriental moins endetté
Pour ce qui est des villes les moins endettées, elles se situent en grande partie dans la région de l'Oriental. Il s'agit de localités de 3 à 4 guichets bancaires. Le plus faible encours a été distribué à Talsint. Ce village relevant de la commune rurale de la province de Figuig a vu ses crédits atteindre les 2,51 millions de dirhams à fin décembre au moment où les dépôts collectés frôlent le seuil de 93 millions de dirhams. Toujours dans l'Oriental, précisément à Debdou, une des localités des provinces de Taourirt, l'encours des crédits distribués sur ladite période s'est élevé à 3,55 millions de dirhams. La collecte se chiffre, quant à elle, à 32,03 millions de dirhams.
Au niveau de la province de Guercif, la direction de la supervision bancaire relève un encours de 4,29 millions de dirhams à Saka, une localité où la collecte a atteint fin 2018 les 126,83 millions de dirhams. Taferist, commune rurale de la province de Driouch, ne sort pas du lot. Les dépôts collectés dans cette zone se chiffrent à 317,38 millions de dirhams contre des crédits de 5,46 millions de dirhams. Dans le Rif, Tamsamane, une localité située entre Nador et Al Hoceima, a vu ses crédits atteindre à fin 2018 un encours de 7,64 millions de dirhams. Les dépôts collectés ont atteint pour leur part les 788,93 millions de dirhams. Du côté de la région Marrakech-Safi, Sid L'Mokhtar ressort à fin décembre 2018 avec une collecte de 62,72 de dirhams au moment où les financements distribués avoisinent les 7 millions de dirhams. Le même volume de financement a été observé à Jorf, soit un encours de 7,02 millions de dirhams contre des dépôts de 106,66 millions de dirhams.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.