Ciment : Légère hausse des ventes à fin mai    Doctorat : L'UIC s'associe à ESC Clermont    Finance participative : Bank Al Yousr décortique les enjeux    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Bac : Le taux de réussite en hausse de 20% à Casa-Settat    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Groupe Al Omrane. Une nouvelle stratégie marketing pour les MRE    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constats chocs du PDG de la RAM
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 05 - 2019

Concurrence exacerbée d'autres compagnies aériennes, absence d'une visibilité sur le moyen terme, contrat programme non encore signé…
Le ciel africain suscite les convoitises. En effet, la concurrence bat son plein au sein du continent concernant le transport aérien. C'est ce qui ressort de l'exposé de Abdelhamid Addou, président-directeur général (PDG) de la Royal Air Maroc (RAM). Ce dernier était l'hôte de la commission permanente chargée du contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants en présence de Mohamed Sajid, ministre du tourisme, du transport aérien, de l'artisanat et de l'économie sociale. Addou a répété, tel un leitmotiv, son appel pour renforcer les investissements dans la RAM, notamment en ce qui concerne la flotte de la compagnie nationale. Et pour cause. La RAM fait face, selon la même source, à une rude concurrence de la part d'au moins trois acteurs et non des moindres sur les parts des marchés. Il s'agit de Turkish Airlines (Turquie), Ethiopian Airlines (Ethiopie) et Air Algérie.
Il semble ainsi que les Turcs se positionnent de plus en plus sur le marché africain ces deux dernières années forts d'une flotte d'avions importante et de connexions aériennes parmi les plus étoffées sur le marché international. Pour leur part, les Ethiopiens commencent à voir plus gros et semblent donc quitter leur zone d'influence dans l'Afrique de l'Est pour se renforcer de l'autre côté du continent, en Afrique de l'Ouest. Dans ce sens, l'exposé du top management de la compagnie nationale a révélé qu'Ethiopian Airlines vient de signer un accord avec les autorités du Ghana afin de faire de ce pays un hub pour la mise en place de connexions aériennes dans toute la sous-région. Il faut dire que de toutes les concurrences sur le continent, celle exercée par l'Ethiopie est la plus dangereuse. Il s'agit d'un véritable mastodonte du transport aérien à l'échelle du continent avec une centaine d'appareils sans oublier des dizaines d'autres qui font l'objet d'une récente commande de la part d'Ethiopian Airlines. Reste enfin les Algériens. Ces derniers sont plutôt dans une démarche de réaction.
Autrement, Air Algérie va «copier et coller» tous les plans et mesures prises par la compagnie nationale en ouvrant notamment les mêmes lignes et connexions à l'échelle continentale. Le risque avec cette démarche, c'est qu'elle génère un impact sur les prix et tarifs appliqués. Face à cette situation, Abdelhamid Addou a appelé à ne plus hésiter pour lancer les investissements nécessaires pour la RAM. Il est question notamment de doubler la flotte actuelle de la compagnie durant les dix prochaines années. Reste à savoir si l'Etat est prêt à suivre le transporteur aérien national dans cette entreprise. C'est d'autant plus vrai que le montant des investissements se chiffrerait au bas mot à plusieurs milliards de dirhams sachant que la marge de manœuvere du pays est plutôt limitée. Le prochain contrat programme devrait ainsi apporter les premières réponses avec celles déjà prises, notamment le remboursement des crédits TVA au profit de la RAM. Pour rappel, le dernier contrat programme avait expiré en 2016.
Le prochain doit consolider la position du Maroc en tant que hub sur l'axe europe-Afrique de l'Ouest tout en developpant d'autres zones. Il est également question de faire de RAM la compagnie numéro un en Afrique tout en accélérant le procesus de transformation numérique. A noter enfin que les députés ont prévu d'ailleurs une nouvelle réunion avec le management de la RAM ainsi que le ministère de tutelle afin de poursuivre le débat dans les prochains jours.
Un chiffre d'affaires de plus de 16 MMDH et 7,5 millions de passagers
La réunion organisée par la commission permanente chargée du contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants a été l'occasion pour analyser les indicateurs de performance de la RAM. Placée sous le thème «Gouvernance des établissements et entreprises publics, la RAM comme modèle», la rencontre a notamment été marquée par l'annonce de données sur la santé financière de la compagnie nationale. Dans les détails, le PDG de la Royal Air Maroc a fait savoir que la compagnie a transporté 7,5 millions de passagers en 2018, soit une hausse de 16%.
Le chiffre d'affaires de la compagnie a également bondi de 15% pour s'établir à 16,7 milliards de dirhams. Il faut préciser que la RAM compte pour le moment une flotte de 61 avions, ce qui fait d'elle l'une des compagnies les plus importantes à l'échelle continentale. Les responsables comptent notamment sur l'aéroport de Casablanca, véritable hub et porte d'accès au continent pour les compagnies de transport aérien en Europe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.