CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    FIFM : Plusieurs projets récompensés dans le cadre des ateliers de l'Atlas    Un américain arrêté pour l'utilisation de Playstation pour son trafic de drogue    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    France : Des opérations escargots sur des routes à forte circulation    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constats chocs du PDG de la RAM
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 05 - 2019

Concurrence exacerbée d'autres compagnies aériennes, absence d'une visibilité sur le moyen terme, contrat programme non encore signé…
Le ciel africain suscite les convoitises. En effet, la concurrence bat son plein au sein du continent concernant le transport aérien. C'est ce qui ressort de l'exposé de Abdelhamid Addou, président-directeur général (PDG) de la Royal Air Maroc (RAM). Ce dernier était l'hôte de la commission permanente chargée du contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants en présence de Mohamed Sajid, ministre du tourisme, du transport aérien, de l'artisanat et de l'économie sociale. Addou a répété, tel un leitmotiv, son appel pour renforcer les investissements dans la RAM, notamment en ce qui concerne la flotte de la compagnie nationale. Et pour cause. La RAM fait face, selon la même source, à une rude concurrence de la part d'au moins trois acteurs et non des moindres sur les parts des marchés. Il s'agit de Turkish Airlines (Turquie), Ethiopian Airlines (Ethiopie) et Air Algérie.
Il semble ainsi que les Turcs se positionnent de plus en plus sur le marché africain ces deux dernières années forts d'une flotte d'avions importante et de connexions aériennes parmi les plus étoffées sur le marché international. Pour leur part, les Ethiopiens commencent à voir plus gros et semblent donc quitter leur zone d'influence dans l'Afrique de l'Est pour se renforcer de l'autre côté du continent, en Afrique de l'Ouest. Dans ce sens, l'exposé du top management de la compagnie nationale a révélé qu'Ethiopian Airlines vient de signer un accord avec les autorités du Ghana afin de faire de ce pays un hub pour la mise en place de connexions aériennes dans toute la sous-région. Il faut dire que de toutes les concurrences sur le continent, celle exercée par l'Ethiopie est la plus dangereuse. Il s'agit d'un véritable mastodonte du transport aérien à l'échelle du continent avec une centaine d'appareils sans oublier des dizaines d'autres qui font l'objet d'une récente commande de la part d'Ethiopian Airlines. Reste enfin les Algériens. Ces derniers sont plutôt dans une démarche de réaction.
Autrement, Air Algérie va «copier et coller» tous les plans et mesures prises par la compagnie nationale en ouvrant notamment les mêmes lignes et connexions à l'échelle continentale. Le risque avec cette démarche, c'est qu'elle génère un impact sur les prix et tarifs appliqués. Face à cette situation, Abdelhamid Addou a appelé à ne plus hésiter pour lancer les investissements nécessaires pour la RAM. Il est question notamment de doubler la flotte actuelle de la compagnie durant les dix prochaines années. Reste à savoir si l'Etat est prêt à suivre le transporteur aérien national dans cette entreprise. C'est d'autant plus vrai que le montant des investissements se chiffrerait au bas mot à plusieurs milliards de dirhams sachant que la marge de manœuvere du pays est plutôt limitée. Le prochain contrat programme devrait ainsi apporter les premières réponses avec celles déjà prises, notamment le remboursement des crédits TVA au profit de la RAM. Pour rappel, le dernier contrat programme avait expiré en 2016.
Le prochain doit consolider la position du Maroc en tant que hub sur l'axe europe-Afrique de l'Ouest tout en developpant d'autres zones. Il est également question de faire de RAM la compagnie numéro un en Afrique tout en accélérant le procesus de transformation numérique. A noter enfin que les députés ont prévu d'ailleurs une nouvelle réunion avec le management de la RAM ainsi que le ministère de tutelle afin de poursuivre le débat dans les prochains jours.
Un chiffre d'affaires de plus de 16 MMDH et 7,5 millions de passagers
La réunion organisée par la commission permanente chargée du contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants a été l'occasion pour analyser les indicateurs de performance de la RAM. Placée sous le thème «Gouvernance des établissements et entreprises publics, la RAM comme modèle», la rencontre a notamment été marquée par l'annonce de données sur la santé financière de la compagnie nationale. Dans les détails, le PDG de la Royal Air Maroc a fait savoir que la compagnie a transporté 7,5 millions de passagers en 2018, soit une hausse de 16%.
Le chiffre d'affaires de la compagnie a également bondi de 15% pour s'établir à 16,7 milliards de dirhams. Il faut préciser que la RAM compte pour le moment une flotte de 61 avions, ce qui fait d'elle l'une des compagnies les plus importantes à l'échelle continentale. Les responsables comptent notamment sur l'aéroport de Casablanca, véritable hub et porte d'accès au continent pour les compagnies de transport aérien en Europe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.