Résidents étrangers au Maroc : Des titres de séjour de nouvelle génération    Vaccin anti-grippe : « Les britanniques d'abord ! »    La DGSN lance une nouvelle génération des titres de séjour des étrangers résidant au Maroc    Attentat de Nice: une troisième personne interpellée    Attentat de Nice: une deuxième personne placée en garde à vue    Sahara marocain : La France appelle à ne pas entraver le trafic commercial et civil à Guerguerat    Clusters dans les mosquées: la mise en garde d'un responsable    Disneyland Paris. Une fermeture qui annonce un autre confinement début 2021    Coronavirus : nouvelles mesures restrictives à Al Hoceima    Météo : ciel dégagé au Maroc ce samedi 31 octobre    Températures prévues pour le samedi 31 octobre 2020    Sahara Marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle le mandat de la MINURSO et félicite le Maroc    Sahara marocain : Les Américains reconfirment leur appui à l'initiative marocaine d'autonomie    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Grande Bretagne. Le Labour éjecte Jeremy Corbyn    Impôt sur les sociétés : une chute de 27,76% des recettes en 2021    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO    Le Conseil de sécurité salue le rôle des Commissions régionales du CNDH à Laâyoune et Dakhla    « Al Filahi Cash »: Le Crédit Agricole lance sa filiale de paiement    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    De nouveaux accords de coopération conclus entre le Maroc et Rwanda    Le Gabon réitère son appui à la marocanité du Sahara    Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires : Le Maroc, membre du Groupe consultatif    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Turquie : la nostalgie du Califat    La journaliste Kaima Belouchi endeuillée    Evolution du coronavirus au Maroc : 3256 nouveaux cas, 215.294 au total, vendredi 30 octobre à 18 heures    Al Hoceima : Un couvre-feu nocturne et de nouvelles mesures à partir de dimanche soir    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Réseau FCA Morocco : La Continentale s'implante à Dar Bouazza    Maroc-USA : Des relations plus fortes que jamais    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agressée, violée et rejetée
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 05 - 2006

Sous la menace d'un couteau, Laïla, une jeune fille casablancaise, a été violée par deux délinquants, des repris de justice. La Cour d'appel de Casablanca les a condamnés à quatre ans de prison ferme.
Le viol est incontestablement l'un des plus monstrueux crimes contre l'être humain. Laïla a lu des dizaines d'histoires dramatiques de viol dans les colonnes des journaux. Toutefois, elle n'a jamais pensé être un jour l'une des victimes. Agressée et violée sous la menace du couteau, par deux jeunes délinquants, la jeune fille n'est pas encore prête à oublier son expérience douloureuse.
Ce jour du mois d'avril 2006, les violeurs comparaissaient devant la chambre criminelle, premier degré, près la Cour d'appel de Casablanca. Ce jour-là, les deux jeunes hommes étaient au banc des accusés parmi d'autres mis en cause. Le président de la Cour leur a ordonné d'avancer.
Ils traînaient le pas tout en fixant du regard leur victime. Laïla qui se tenait devant les magistrats de la Cour a baissé ses yeux.
« Vous êtes accusés de viol sous la menace de l'arme blanche », lance le président de la Cour, en s'adressant aux deux mis en cause qui semblaient ne pas regretter leur acte criminel.
Samir, vingt-trois ans, a quitté tôt les bancs de l'école, au niveau primaire pour s'engager dans la voie périlleuse de la délinquance. Il s'adonnait à la drogue. Il a purgé deux peines d'emprisonnement. La première fois, il a été condamné à six mois de prison ferme pour trafic de drogue. Ses agissements lui ont valu une deuxième condamnation d'emprisonnement d'un an et demi pour complicité au vol qualifié, coups et blessures. Quant à Abdellah, son aîné de trois ans, qui est né dans un douar de la région d'El Jadida, n'a jamais mis les pieds à l'école. Analphabète, il est resté à son douar jusqu'à l'âge de l'adolescence. Après quoi, il s'est installé chez sa tante au quartier Sidi Othmane, à Casablanca. Au lieu de chercher un emploi et gagner sa vie honnêtement, il a rejoint une bande de délinquants. Comme Samir, il a été emprisonné à deux reprises pour consommation de drogue et pour vol simple. Après avoir purgé une peine de deux mois de prison ferme, il n'est pas rentré chez lui. Il alla chercher refuge dans les rues. Devenu SDF, il errait, dans les rues, sans but. Un jour, Samir et Abdellah se sont rencontrés par hasard au café Slavia, situé au centre-ville. Devenus amis, ils passaient leur temps à se droguer, à picoler et à agresser leurs victimes.
Un jour, ils ont remarqué Laïla marcher seule dans une ruelle au quartier Sidi Othmane.
Ce jour-là, ils visitaient la tante d'Abdellah. En sortant, ils ont avalé quelques comprimés psychotropes avant de prendre le bus. Seulement en croisant la jeune Laïla, âgée de vingt-six ans, ils ont changé de direction.
Ils l'ont guettée pendant quelques minutes. Près d'un endroit plus ou moins désert, ils l'ont abordée. Ils lui ont demandé de ne pas résister et de les accompagner gentiment. Elle a commencé à crier secours. Mais en vain. Les deux jeunes toxicomanes ont brandi leurs couteaux et l'ont menacée. Laïla n'avait plus de choix. Elle a cédé. Ils l'ont conduite vers un lieu loin des regards et l'ont obligée de baisser son pantalon. Bien qu'elle les a suppliés de la laisser tranquille, ils l'ont violée à tour de rôle avant de l'abandonner dans un état lamentable.
Laïla a fini par rejoindre sa demeure. Elle raconte toute l'histoire à sa famille, qui dépose une plainte auprès de la police. Les deux violeurs ont été arrêtés. Sans vergogne, ils ont clamé leur innocence devant la Cour. Cette dernière n'a pas cru à leurs déclarations et les a jugés coupable. Ainsi, Samir et son ami ont été condamnés à quatre ans de prison ferme chacun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.