Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Classe moyenne : Une reconnaissance royale
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 08 - 2019

Le Souverain a réservé une importance particulière à cette catégorie
Le rôle de la classe moyenne et sa place dans la société ont été mis en valeur dans le cadre du dernier discours royal. En effet, SM le Roi Mohammed VI avait adressé un discours à la Nation à l'occasion du 66ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple. Dans ce discours, l'accent a été mis notamment sur l'importance de la classe moyenne. «Tel un édifice, la société forme un tout cohérent, dont le soubassement est la classe moyenne, le reste de la structure étant composé des autres strates sociales.
Dieu soit loué, le Maroc a commencé, ces dernières années, à se doter d'une classe moyenne, qui constitue, désormais, un véritable levier de production et un vecteur de cohésion et de stabilité», a expliqué Sa Majesté le Roi. «Eu égard à la centralité de la classe moyenne dans le corps social, il convient d'en préserver les fondements et les ressources, en réunissant les conditions favorables à sa consolidation et à son élargissement, en ouvrant des perspectives de promotion à partir de- et vers elle. Ces défis ne seront relevés qu'en hissant le taux de croissance à des seuils plus élevés, en générant plus de richesses, en veillant à une redistribution équitable des fruits du développement», a ajouté le Souverain précisant qu'au cours «des deux dernières décennies, le Maroc a connu un taux de croissance économique qui incite à l'optimisme, bien qu'il soit classé selon les indicateurs et critères appliqués aux pays pétroliers et gaziers. Indépendamment du débat sur les chiffres et les taux de croissance, il importe de surmonter les obstacles à la réalisation d'une croissance économique élevée et durable, et partant, génératrice de prospérité sociale».
Par ailleurs, le discours royal a mis l'accent sur la mise en œuvre de la régionalisation avancée ainsi que la charte de la déconcentration administrative. «Nous considérons qu'une bonne et parfaite mise en œuvre de la régionalisation avancée et de la Charte de déconcentration administrative est l'un des leviers les plus efficaces pour rehausser le niveau de l'investissement territorial productif et promouvoir la justice spatiale.
Or, malgré tous les efforts consentis et les textes de lois adoptés, un constat s'impose : de nombreux dossiers sont toujours traités au niveau des administrations centrales à Rabat, au point que les projets programmés s'en trouvent ralentis ou retardés et, parfois même, abandonnés», a indiqué le Souverain exhortant le gouvernement à donner la priorité à cette question, en corrigeant les dysfonctionnements de l'Administration et en mobilisant les compétences qualifiées, aux niveaux régional et local. «La responsabilité est partagée. Au point où nous en sommes, toute réticence ou erreur est inadmissible.
Il est donc plus que jamais nécessaire de remédier aux problèmes qui entravent le développement de notre pays. A ce propos, nous ne devons avoir honte ni de reconnaître nos faiblesses ni d'avouer les erreurs qui ont entaché notre parcours. Nous devons, au contraire, en tirer les enseignements qui nous permettront de corriger les défaillances, de redéfinir le cap à suivre», a conclu le Souverain.
Formation professionnelle
Le secteur de la formation professionnelle est appelé à jouer un rôle important dans le nouveau modèle de développement. Le discours royal a été consacré en partie au secteur. «Je tiens une nouvelle fois à souligner l'importance de la formation professionnelle pour la qualification des jeunes, notamment en milieu rural et dans les zones périurbaines. Grâce à une insertion professionnelle réussie, ces jeunes deviendront productifs et contribueront au développement du pays. En effet, l'obtention du baccalauréat et l'accès à l'université ne constituent pas un aboutissement en soi. Ce sont des étapes dans le parcours académique. Ce qui importe vraiment, c'est d'acquérir une formation qui ouvre des perspectives d'insertion professionnelle et de stabilité sociale. Je ne me lasserai donc jamais de mettre en avant le rôle de la formation professionnelle, du travail manuel dans l'insertion des jeunes», a dit le Souverain expliquant que «la promotion de la formation professionnelle est désormais une nécessité impérieuse, non seulement pour créer de nouveaux emplois, mais aussi pour mettre le Maroc en capacité de relever les défis de la compétitivité économique, d'être en phase avec les nouvelles évolutions mondiales survenues dans divers domaines».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.