Le RNI convoque son «parlement»    Comité des représentants permanents de l'UA : Le Maroc présent à la 41ème session ordinaire    HCP : La confiance des ménages toujours en berne    Accord sur l'organisation de la 24ème assemblée générale de l'OMT à Marrakech : La signature est prévue début février    SM le Roi reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères et de la Coopération internationale    Détournement de fonds publics : Enquête judiciaire à l'encontre d'un policier à Beni Mellal    L'émission «Ahssan Pâtissier» débarque sur 2M    Programme Intelaka : Des financements de 1,25 milliard DH alloués par Attijariwafa Bank    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    La proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres de l'ONU    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien    Anasse Bari: Gagner les élections dans un monde propulsé par l'IA est un "jeu de chiffres" qui se déroule sur les médias sociaux    Distinction du tandem marocain du FC Séville    Mondial des clubs : Un adversaire arabe pour le Bayern au dernier carré    Réunion de la Fédération Royale marocaine de basketball: Le Cinq national et les préparatifs au lancement des championnats à l' ordre du jour    Le Maroc dénonce le dévoiement des décisions du Sommet extraordinaire de l'UA par l'Afrique du Sud    Cher vaccin, cesse de nous faire languir !    Abdelkrim Meziane Belfkih: Le taux de reproduction de la Covid-19 se stabilise à 0,88    Evolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4 62. 542 au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures    Top 10 des applications les plus téléchargées en 2020    Le portefeuille de BMCE Capital Research tire son épingle du jeu en 2020    Netflix dépasse les 200 millions d'abonnés payants dans le monde    Chauffe-eau : Le tueur silencieux a fait 9 morts    El Guergueret : L'hommage du Groupe Sentissi    Casablanca : Une collecte de dons lancée en faveur des migrants sans-abri    Groupe Renault. Un bilan 2020 positif malgré la crise    Coronavirus : le SIAM 2021 annulé    Honorable distinction d'un militant amazigh    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Une démocratie, comme les auatres...    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure     Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    L'équipe nationale en stage de préparation à Maâmora    Les Etats-Unis ouvrent un nouveau chapitre    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    Edito: Le maire doit partir    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour une maternité sans risques
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 03 - 2003

Chaque année, 600 000 femmes meurent de complications liées à la grossesse. Ces défaillances entraînent le décès de milliers d'enfants à la naissance ou durant la première semaine de leur vie.
Selon des chiffres de l'UNICEF, chaque jour, environ 1400 femmes et filles meurent de causes liées à la grossesse. Et chaque année, pas moins de 600.000 femmes décèdent de complications liées à la grossesse.
Plus de 6 millions d'enfants en perdent la vie à la naissance ou tout juste après. La grande majorité des décès maternels survient chez les femmes très pauvres. Pour les femmes âgées de 15 à 49 ans résidant dans des pays à revenu faible et intermédiaire, les complications liées à la grossesse et à l'accouchement constituent la principale cause de décès et d'infirmité. Ces décès peuvent être attribués, non seulement aux défaillances des systèmes de soins, mais aussi à la discrimination à l'égard des femmes.
En Afrique subsaharienne, par exemple, une femme sur treize risque de mourir lors de l'accouchement ou peu après. Alors que dans les pays industrialisés, ce risque n'est que de 1 sur 4085. Et pourtant, l'Unicef souligne que les décès maternels ne révèlent pas l'ampleur de la tragédie. En réalité, indique l'institution mondiale, pour chaque femme qui meurt de complications liées à la grossesse, trente autres souffrent d'infections ou subissent des blessures ou des handicaps qui sont rarement soignés et dont personne ne parle. Aujourd'hui, ajoute l'Unicef, quelque 300 millions de femmes, soit un quart des femmes vivant dans les pays en développement, ont connu des problèmes, qui ont profondément changé leur vie pendant la grossesse ou durant l'accouchement.
Selon l'UNICEF, les mesures destinées à réduire ces types de mortalités sont très simples. « Il faut certainement investir, a affirmé Mme Carol Bellamy, directrice générale de l'UNICEF. Mais il faut surtout se concentrer sur le droit des femmes à bénéficier des soins de santé maternelle les plus élémentaires. Les gouvernements et les communautés ne doivent pas considérer cela comme un luxe mais comme un des éléments essentiels de la santé des femmes, des enfants, de la famille tout entière. » Aux termes des normes internationales contraignantes des droits humains, les femmes peuvent prétendre aux soins de santé et aux conseils nécessaires durant la période de grossesse et accoucher sans encourir les risques des maladies et des infirmités graves.
L'accès des femmes à ces conditions dépend essentiellement de l'engagement des gouvernements à assurer cet accès.
La santé de la procréation est un domaine de la santé publique qui prend en charge l'accès aux soins pour la grossesse, l'accouchement et la contraception, ainsi que l'éducation sanitaire et la prévention de l'avortement, du SIDA et des maladies sexuellement transmissibles.
Il faut dire que la maternité sans risques est de garantir à ce que toutes les femmes reçoivent les soins dont elles ont besoin pour être en bonne santé et à l'abri de risques tout au long de la grossesse et de l'accouchement. Chez nous, dans le monde rural notamment, le chemin, pour y arriver, s'annonce long et laborieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.