Maroc : Les travaux de réalisation de l'usine de fabrication de vaccins anti Covid-19 lancés par le roi    Réouverture des frontières: une décision sera prise « dans les deux prochains jours » (Baitas)    Le PDG de Recipharm commente le lancement des travaux de l'usine de vaccins à Benslimane    Benslimane: Le Roi préside le lancement des travaux de réalisation d'une usine de fabrication de vaccins anti Covid-19    CAN 2021 : Reprise pour Fayçal Fajr et Nayef Aguerd, d'autres joueurs absents    CAN: Yassine Bounou s'exprime avant Maroc-Egypte (VIDEO)    Italie : Abdelhamid Sabiri aurait trouvé un accord avec un club de Seria A    Paxlovid: la pilule anti-Covid de Pfizer approuvée par l'EU    Casablanca : La galerie d'art ''L'atelier 21'' accueille Saïd Afifi    Justin Trudeau, cas contact testé négatif, à l'isolement pour 5 jours    Le CESE lance sa plateforme participative « Ouchariko »    Lois sur la concurrence : une mesurette en attendant la grande réforme    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 Janvier 2022 à 16H00    Wall Street ouvre en hausse, portée par de bons indicateurs et des résultats d'entreprises    L'artiste Abdellatif Hilal n'est plus    CAN: Derraji félicite les Marocains (PHOTO)    Burkina-Faso: Les militaires arrêtent le président    L'essentiel est de gagner et de passer au prochain tour    Mise en exergue de l'importance du projet de loi relatif aux droits d'auteur et droits voisins    BERD : le financement vert domine les investissements réalisés au Maroc en 2021    Alerte au phishing, une campagne use de documents powerpoint malveillants    Approbation d'une série de projets de développement social et humain pour un million de dollars    Alerte météo : fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    L'ONU salue le leadership du Maroc    La Guinée équatoriale et l'Egypte complètent le tableau des quarts de finale    USFP : Abdelkrim Benatiq retire sa candidature au poste de Premier secrétaire    Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Marrakech: le wali règlemente l'usage de l'eau courante et de la nappe phréatique    L'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi va dépenser 23 milliards d'euros pour promouvoir les véhicules électriques    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    Pegasus: Le tribunal de Paris va-t-il ouvrir le dossier ?    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 01 - 2020


Ils ont remporté 96,18% des voix
Le binôme Chakib Alj et Mehdi Tazi officiellement à la tête de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Bien que le résultat ait été connu d'avance du fait qu'il s'agissait d'une candidature unique, le nombre de voix remportées lors de cette nouvelle assemblée élective illustre la confiance que témoignent les membres de la confédération à l'égard du duo Alj-Tazi. En effet, le binôme a décroché 4.112 voix, soit 96,18% des votes. Un taux qui reste élevé par rapport aux élections de 2018 durant lesquelles Salaheddine Mezouar et son colisitier ont été élus à un taux de 77,96%. L'arrivée de Chakib Alj et Mehdi Tazi à la tête du patronat devrait insuffler une nouvelle dynamique au sein de la confédération ayant connu dernièrement des tiraillements internes.
Pour rompre avec le passé, le nouveau mandat 2020-2023 se place sous le signe de la confiance. D'ailleurs, Chakib Alj et Mehdi Tazi, respectivement président et vice-président de la CGEM, ont bâti leur vision autour de cette conviction. L'engagement étant de faire de la CGEM une entité forte, un partenaire de l'Etat qui joue pleinement son rôle et rehausse la contribution du secteur privé dans le développement du pays. Ces ambitions ont été réitérées lors de l'assemblée ordinaire élective de la CGEM, tenue mercredi 22 janvier à Casablanca en présence des «past présidents» dont Meriem Bensaleh-Chaqroun ayant conduit la confédération pour deux mandats successifs. «C'est avec une grande émotion que j'endosse aujourd'hui cette responsabilité de président de la CGEM. Ce moment marque la fin d'une campagne riche, enrichissante et efficace», s'exprime dans ce sens Chakib Alj. Le nouveau président a promis à l'assistance une CGEM forte, efficace et fédératrice. «Nous sommes là pour faire aboutir et porter la vision de tout le monde. Cette nouvelle étape commune s'inscrit sous le signe de la confiance dans l'avenir de notre pays», précise-t-il. Pour sa part, le vice-président Mehdi Tazi a rappelé les principaux chantiers prévus pour ces trois prochaines années.
Le programme établi se veut le fruit d'un travail d'équipe, de concertation et d'échange avec toutes les composantes de la confédération. «L'ambition de notre programme est très forte. Nous ne l'atteindrons que si nous changeons de paradigmes dans notre manière d'opérer. Nous devons revaloriser notre posture et renforcer notre capacité de production intellectuelle. Nous nous voulons une confédération d'entreprises responsables et citoyennes ancrées dans leur environnement et conscientes de leur rôle dans le développement socio-économique inclusif des territoires», assure Mehdi Tazi. Et d'insister sur le fait que «la CGEM doit se caler sur les grands chantiers de l'Etat avec un pouvoir accru sur les problématiques régionales et une responsabilité accrue des fédérations selon leurs spécificités sectorielles».
La feuille de route du binôme Chakib Alj et Mehdi Tazi s'articule autour de quatre blocs. Le premier axe porte sur la levée de contraintes qui pèsent sur les entreprises, notamment celles qui opèrent dans l'industrie. Une reconquête du marché marocain s'impose pour les entreprises industrielles. Toutefois des défis restent à relever, notamment la facilitation de l'accès au marché public et l'élaboration de solutions consensuelles pour l'intégration de l'informel dans le formel. Le nouveau binôme s'engage, par ailleurs, à améliorer les conditions dans lesquelles les entrepreneurs évoluent, et ce en apportant un intérêt particulier à la TPME. Parmi les chantiers prévus dans ce sens, le développement de solutions audacieuses pour le financement de la TPME, l'amélioration radicale des délais de paiement ainsi que la dématérialisation des procédures administratives pour simplifier davantage les démarches.
Le deuxième axe défini concerne l'ouverture sur des nouveaux marchés en mettant en place des dispositifs efficaces à l'export et en tirant profit des opportunités offertes par les nouveaux secteurs tels que l'économie sociale et solidaire, l'économie verte et la technologie 5G. Le secteur de la culture est également au cœur des préoccupations de la nouvelle équipe. De même, le nouveau binôme œuvre pour ce mandat à renforcer la compétitivité du secteur privé en relevant des défis de taille. Citons à cet effet l'alignement de la réglementation du travail avec les besoins de flexibilité des entreprises, la réflexion sur le code du travail ou encore sur la réglementation du droit de grève. Le binôme plaide, aussi, pour une politique fiscale qui favoriserait la compétitivité et permettrait de garantir des conditions équitables de concurrence, en encourageant davantage la transformation locale. L'enjeu étant également de réduire le coût logistique, d'impliquer davantage le secteur privé dans le volet formation ainsi que de miser sur l'innovation et la digitalisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.