Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La croissance au ralenti sous l'effet de la crise sanitaire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 04 - 2020

Elle s'établirait à -1,8% au deuxième trimestre 2020
La crise sanitaire impacte la croissance de l'économie nationale. Selon la note de conjoncture du 1er trimestre 2020 et les perspectives pour le deuxième trimestre 2020 délivrée par le HCP, celle-ci aurait ralenti à +1,1% et s'établirait à -1,8% respectivement, aux premier et deuxième trimestres 2020, au lieu de +1,9% et +2,1% en l'absence de l'effet Covid-19. Demande étrangère, consommation des ménages, crédits de la trésorerie des entreprises, investissements… les experts du Haut-Commissariat au Plan ont mesuré l'impact de la crise sur les composantes de l'économie nationale.
La demande étrangère adressée au Maroc en recul de 3,5%
Au premier trimestre 2020, la croissance de la demande étrangère adressée au Maroc serait en baisse de 3,5%, en variation annuelle (au lieu de 1,3% prévue en l'absence de l'effet de la crise du Covid-19), pâtissant du repli du commerce mondial et de la baisse de l'activité des principaux partenaires commerciaux, explique le HCP dans sa note. Dans ce contexte, les exportations en valeur seraient en recul de 22,8% (au lieu d'une augmentation de 1,1%). Du côté du secteur automobile, qui est le premier secteur exportateur avec 27% des exportations totales, il aurait le plus régressé.
«Le segment de la construction automobile, déjà en ralentissement en 2019 suite à l'atonie qui touche l'industrie automobile mondiale et européenne, aurait été impacté par la baisse de la production locale en raison de l'arrêt des activités des sites de Renault et PSA et de la baisse de la demande en provenance de l'Europe. Près de 97% des voitures nationales exportées vers le monde sont destinées au marché européen, notamment aux marchés français, espagnol, allemand et italien, fortement touchés par la crise sanitaire», précise le Haut-Commissariat au Plan. Concernant le secteur de l'habillement, les exportations en valeur des produits du textile auraient reculé de 4,3%, en variation annuelle au premier trimestre 2020, du côté des importations en général, elles auraient en baisse de 4,8%, au premier trimestre 2020. Concernant le déficit de la balance commerciale, il se serait creusé (+23,8%) au premier trimestre 2020 en raison de la diminution des exportations par rapport aux importations.
Ralentissement de la consommation des ménages
Au premier trimestre 2020, la consommation des ménages aurait subi un ralentissement affichant une hausse de 1,2%. «Cette décélération aurait, principalement, concerné les dépenses des ménages en biens durables, en habillement, en transport et tourisme. La consommation des administrations publiques se serait, à l'inverse, affermie de 3,2%, dans le sillage de la hausse des dépenses de fonctionnement», précise la même source. Pour sa part l'évolution de l'investissement aurait été sensiblement tempérée par le ralentissement de l'investissement en équipement industriel et le renforcement de l'atonie de l'investissement immobilier. Ainsi, la croissance de l'investissement se serait limitée à 1,2% sur la même période. Par ailleurs, les prix à la consommation seraient en hausse de 1,4%, en glissement annuel, au lieu de +0,7%.
Décélération des crédits de la trésorerie des entreprises
Dans sa note le HCP relève que la croissance des créances sur l'économie se serait modérée au début de l'année 2020. «Leur encours aurait augmenté de 4,8%, au premier trimestre 2020 et en glissement annuel, au lieu de +5,4% au dernier trimestre 2019. Cette évolution aurait été attribuable notamment à la décélération des crédits à la trésorerie des entreprises et à la consommation des ménages», précisent les experts du HCP notant également que les taux d'intérêt sur le marché interbancaire auraient baissé de 5 points de base, en glissement annuel, se situant à 2,22% au premier trimestre 2020, dans le sillage de la décision de Bank Al-Maghrib d'abaisser son taux directeur de 25 points de base au mois de mars 2020.
Marché des actions en baisse
Du côté du marché des actions, il aurait connu, au premier trimestre 2020, «l'une des plus grandes baisses réalisées au cours des vingt dernières années, suite aux incertitudes liées à la pandémie Covid-19 et son impact sur l'activité économie nationale, notamment au mois de mars», précise le HCP soulignant que les indices boursiers Masi et Madex auraient fléchi de 11,1% et 11% respectivement, en glissement annuel, après des hausses de 7,1% et 7,4%, au trimestre précédent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.