PLF 2021 : voici le détail des amendements proposés par la CGEM    Décès d'Abarhoun: la FRMF prend en charge les frais de rapatriement de sa dépouille    Campagne de vaccination: forte mobilisation à Chichaoua    Provinces du Sud : 236 projets du programme de développement restent à réaliser    Abdelillah El Jawhari déplore la maigre production du cinéma arabe traitant de la cause palestinienne    Pour l'OSFI, la lutte contre la violence à l'égard des femmes est la bataille de tous les acteurs en vue d'instaurer une culture de l'égalité    Le ministère de l'Industrie prévoit un budget d'investissement de 1,2 MMDH en 2021    CFG Bank enregistre un PNB en hausse à fin septembre    Où va le Liban ?    Nasser Bourita : Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte de Marrakech    Marzouki appelle les séparatistes du polisario à regagner la mère-patrie    Malades du Covid-19 traités à domicile...ces laissés-pour-compte    L'UE souhaite améliorer le mécanisme des retours au Maroc des migrants irréguliers    "Le Miracle du Saint Inconnu " de Alaa Eddine Aljem représente le Maroc dans la présélection des Oscars    Philip Green, la chute du sulfureux roi de la mode britannique    Evolution du coronavirus au Maroc : 4346 nouveaux cas, 364.190 au total, mercredi 2 décembre à 18 heures    RNI : Le Comité de suivi de la cause du Sahara en visite à Guergarate    Jeux Olympiques de Tokyo 2021 : A la rencontre des quatre cavaliers du Royaume    Bruxelles: une manif du polisario fait pschitt    Le Maroc, sous la conduite de S.M le Roi, considère la cause palestinienne comme une question centrale    F1 : Russell remplace Hamilton chez Mercedes au GP de Sakhir ce week-end    Non à la suspicion meurtrière    Unesco: le Maroc soutient la candidature d'Audrey Azoulay pour un second mandat    Rachid Yazami, ce marocain qui entend révolutionner la recharge des batteries pour véhicules électriques    Décès de l'épouse du camarade Lemniddem    «La Covid-19 a grandement perturbé notre action»    Le président Tebboune va rentrer «dans les prochains jours»    Bill Barr n'a pas «vu de fraude» pouvant changer le résultat de l'élection    Vers un remaniement ministériel avant les élections ?    Une proposition de loi pour le transfert des actifs de la Samir à l'Etat    Loulichki: Le Maroc demeure un partenaire crédible pour les Etats-Unis    L'ONMT entame une tournée régionale pour amorcer le plan de relance    Ouverture des candidatures    Edition de livres: annonce de la prolongation des délais de soumission des candidatures    «Echo…Notations Cosmiques», nouvelle exposition de Azdine Hachimi Idrissi    Amical/U20: Match nul entre le Maroc et le Togo    DR Moncef Slaoui : « Une grande majorité de la population américaine pourrait être immunisée contre le Covid-19 d'ici juin 2021 »    Algérie: François Ciccolini suspendu 2 ans!    Zidane en danger, Liverpool qualifié, le Bayern stoppé    Régularisation fiscale : les textiliens aboutissent à un compromis    La RAM offre une couverture pour les dépenses liées au covid-19    Le vaccin anti-covid sera-t-il obligatoire ? Khalid Ait Taleb tranche (VIDEO)    Merendina parle le langage de l'amour    Dounia Batma et Mohamed Al Turk endeuillés (PHOTO)    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Séquestrées et violées par deux voyous
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 04 - 2005

Casablanca. Deux amies du quartier Sidi Bernoussi ont été attaquées par deux jeunes hommes qui les ont conduites dans une maison pour les violer. Une fois relâchées, elles ont dénoncé leurs deux violeurs, qui ont été rapidement arrêtés.
D'habitude, elles se rencontraient et faisaient de temps en temps un tour pas loin de chez elles au quartier Sidi Bernoussi à Casablanca. La première est âgée de trente-cinq ans et la seconde de vingt-quatre ans. Et quand elles ne sortaient pas, elles passaient ensemble l'après-midi chez l'une ou chez l'autre. Elles bavardaient, rigolaient, causaient.
La différence d'âge n'était pas un obstacle à leur entente. Elles se sentaient comme si elles étaient de la même génération, comme des jumelles qui ont vu le jour à la même heure.
En ce dimanche 10 avril, l'une d'entre elles a rendu visite à l'autre. Une visite qui n'était pas due au hasard. Elles s'étaient déjà mises d'accord, la veille, pour se rencontrer et faire un tour comme à l'accoutumée. Elles n'étaient pas sorties ensemble depuis trois jours. Elles restaient chez l'une ou chez l'autre sans mettre le nez dehors, quand l'une d'elles s'apprête à retourner chez elle. Après les embrassades, l'aînée a mis sa djellaba. Alors que l'autre la portait déjà.
Quelques minutes plus tard, elles sont sorties. Elles marchaient lentement en causant. Elles ne pensaient pas trop s'éloigner de chez elles. Elles voulaient juste faire un tour comme à l'accoutumée pour retourner chez elles au maximum dans une heure et demie. Car elles passaient parfois deux à trois heures.
Certes, elles ne rencontraient ni filles ni garçons. Elles se contentaient de se promener dans les rues et fréquenter le marché et un parc. Elles ont été à maintes reprises sollicitées par des jeunes pour les accompagner à prendre un café au centre-ville. Mais elles refusaient. Aucune d'elles n'a jamais encouragé l'autre à les accompagner.
Une demi-heure plus tard, elles étaient assises dans leur endroit habituel au parc et ont commencé, tout en discutant, à regarder les passants, les enfants qui jouaient et leurs mères qui les suivaient du regard tout en causant entre elles. Tout à coup, deux jeunes hommes qui avançaient vers elles, leur ont adressé des sourires. Les deux amies ont échangé des regards et la plus jeune a demandé à l'aînée de partir. «Nous sommes entourées des femmes et de leurs enfants, ne crains rien», lui a chuchoté cette dernière.
Les deux jeunes sont restés plantés devant elles et se sont permis de s'asseoir près d'elles par la suite. Aussitôt, les deux jeunes filles se sont apprêtées à partir. Mais l'un des deux jeunes hommes leur a demandé de rester avec eux un moment, juste le temps de faire connaissance. Les deux amies étaient décidées à s'en aller. Chacun des deux jeunes hommes a tenu l'une des deux filles pour l'obliger à rester assise. L'un d'entre eux a même fait apparaître un couteau qu'il cachait sous ses vêtements. Bouleversée, l'aînée a tenté de lever sa main pour appeler quelques femmes pour les sauver des mains de leurs deux agresseurs. Mais en vain.
L'autre agresseur a brandi un couteau et les a menacées de les balafrer si elles criaient au secours. Les deux jeunes hommes ont obligé les deux jeunes filles à les accompagner sans réagir. Sinon, quelques coups de couteaux suffiraient à les anéantir. Les femmes qui occupaient les autres sièges ont remarqué le comportement étrange des jeunes hommes. Mais elles n'étaient pas certaines qu'il s'agissait d'une agression.
Les deux jeunes filles ont été conduites sous la menace des couteaux vers une maison pas trop éloignée du parc. Elles ont été obligées de partager le même lit avec eux. Les larmes aux yeux, les deux amies ont été maltraitées sauvagement. Une fois leurs besoins bestiaux satisfaits, les deux jeunes hommes les ont relâchées dans un état lamentable. Les deux amies se sont adressées aussitôt à la police de la sûreté d'Anassi. Sans perdre de temps, les éléments chargés de l'affaire se sont lancés à la recherche des deux violeurs. Ils les ont arrêtés au bout de quelques heures. Il s'agit de Mohamed, né en 1967 et de Kamal, né en 1980. Sans niveau scolaire et sans profession, ils se droguaient avant d'agresser les riverains.
Avant de violer les deux jeunes femmes, ils avaient perpétré plusieurs agressions. Après avoir avoué leurs méfaits, ils ont été traduits devant la cour d'appel de Casablanca poursuivis pour viol, séquestration et menace à main armée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.