ADD: Tout savoir sur les initiatives digitales en faveur de l'administration publique    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Coronavirus : 49 nouveaux cas confirmés, 691 au total, ce jeudi 2 avril à 18h    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Fonds Spécial Covid-19    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Brèves Internationales    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Les réserves des centrales syndicales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Séquestrées et violées par deux voyous
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 04 - 2005

Casablanca. Deux amies du quartier Sidi Bernoussi ont été attaquées par deux jeunes hommes qui les ont conduites dans une maison pour les violer. Une fois relâchées, elles ont dénoncé leurs deux violeurs, qui ont été rapidement arrêtés.
D'habitude, elles se rencontraient et faisaient de temps en temps un tour pas loin de chez elles au quartier Sidi Bernoussi à Casablanca. La première est âgée de trente-cinq ans et la seconde de vingt-quatre ans. Et quand elles ne sortaient pas, elles passaient ensemble l'après-midi chez l'une ou chez l'autre. Elles bavardaient, rigolaient, causaient.
La différence d'âge n'était pas un obstacle à leur entente. Elles se sentaient comme si elles étaient de la même génération, comme des jumelles qui ont vu le jour à la même heure.
En ce dimanche 10 avril, l'une d'entre elles a rendu visite à l'autre. Une visite qui n'était pas due au hasard. Elles s'étaient déjà mises d'accord, la veille, pour se rencontrer et faire un tour comme à l'accoutumée. Elles n'étaient pas sorties ensemble depuis trois jours. Elles restaient chez l'une ou chez l'autre sans mettre le nez dehors, quand l'une d'elles s'apprête à retourner chez elle. Après les embrassades, l'aînée a mis sa djellaba. Alors que l'autre la portait déjà.
Quelques minutes plus tard, elles sont sorties. Elles marchaient lentement en causant. Elles ne pensaient pas trop s'éloigner de chez elles. Elles voulaient juste faire un tour comme à l'accoutumée pour retourner chez elles au maximum dans une heure et demie. Car elles passaient parfois deux à trois heures.
Certes, elles ne rencontraient ni filles ni garçons. Elles se contentaient de se promener dans les rues et fréquenter le marché et un parc. Elles ont été à maintes reprises sollicitées par des jeunes pour les accompagner à prendre un café au centre-ville. Mais elles refusaient. Aucune d'elles n'a jamais encouragé l'autre à les accompagner.
Une demi-heure plus tard, elles étaient assises dans leur endroit habituel au parc et ont commencé, tout en discutant, à regarder les passants, les enfants qui jouaient et leurs mères qui les suivaient du regard tout en causant entre elles. Tout à coup, deux jeunes hommes qui avançaient vers elles, leur ont adressé des sourires. Les deux amies ont échangé des regards et la plus jeune a demandé à l'aînée de partir. «Nous sommes entourées des femmes et de leurs enfants, ne crains rien», lui a chuchoté cette dernière.
Les deux jeunes sont restés plantés devant elles et se sont permis de s'asseoir près d'elles par la suite. Aussitôt, les deux jeunes filles se sont apprêtées à partir. Mais l'un des deux jeunes hommes leur a demandé de rester avec eux un moment, juste le temps de faire connaissance. Les deux amies étaient décidées à s'en aller. Chacun des deux jeunes hommes a tenu l'une des deux filles pour l'obliger à rester assise. L'un d'entre eux a même fait apparaître un couteau qu'il cachait sous ses vêtements. Bouleversée, l'aînée a tenté de lever sa main pour appeler quelques femmes pour les sauver des mains de leurs deux agresseurs. Mais en vain.
L'autre agresseur a brandi un couteau et les a menacées de les balafrer si elles criaient au secours. Les deux jeunes hommes ont obligé les deux jeunes filles à les accompagner sans réagir. Sinon, quelques coups de couteaux suffiraient à les anéantir. Les femmes qui occupaient les autres sièges ont remarqué le comportement étrange des jeunes hommes. Mais elles n'étaient pas certaines qu'il s'agissait d'une agression.
Les deux jeunes filles ont été conduites sous la menace des couteaux vers une maison pas trop éloignée du parc. Elles ont été obligées de partager le même lit avec eux. Les larmes aux yeux, les deux amies ont été maltraitées sauvagement. Une fois leurs besoins bestiaux satisfaits, les deux jeunes hommes les ont relâchées dans un état lamentable. Les deux amies se sont adressées aussitôt à la police de la sûreté d'Anassi. Sans perdre de temps, les éléments chargés de l'affaire se sont lancés à la recherche des deux violeurs. Ils les ont arrêtés au bout de quelques heures. Il s'agit de Mohamed, né en 1967 et de Kamal, né en 1980. Sans niveau scolaire et sans profession, ils se droguaient avant d'agresser les riverains.
Avant de violer les deux jeunes femmes, ils avaient perpétré plusieurs agressions. Après avoir avoué leurs méfaits, ils ont été traduits devant la cour d'appel de Casablanca poursuivis pour viol, séquestration et menace à main armée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.