«Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Un acquis important pour relever les défis    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    Algérie : «L'autoritarisme et la politique du fait accompli ne mèneront que vers l'impasse»    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Un retournement de tendance en Bourse?»    Classe prolétaire    Près de deux millions de Marocains seront alimentés en électricité    Développement durable : Cette mobilité durable qui fait du sur-place    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Alerte météo: Chutes de neige et fortes averses orageuses du dimanche au mardi    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Mustapha Ramid opéré au lendemain de sa démission    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    Maroc-Tunisie: Aboub critique l'arbitrage (CAN U20)    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Plusieurs eurodéputés interpellent Josep Borrell sur la répression et la coercition politiques en Algérie    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Hirak, saison 2: Le Figaro fait le point sur la situation en Algérie    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Températures (par villes) prévues pour le dimanche 28 février 2021    Tendances déco 2021 : Les couleurs à adopter    Le groupe sanguin O, est-ce un rempart contre le Covid-19 ?    Mini Maghreb sans le Maroc et la Mauritanie? Un politologue démonte l'idée    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Deuxième anniversaire du Hirak : retour sur les faits saillants qui ont marqué les manifestations du 22 février    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Aït Oussa, gardiens de la foi et du territoire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 05 - 2005

La tribu des Aït Oussa est l'une des plus importantes du Sahara. Son chef spirituel est Tamekdi Idda Ouel Tamek, colonel dans les Forces armées royales et véritable symbole de l'attachement des Aït Oussa à la monarchie.
La Zaouiya d'Assa a été créée au 13ème siècle. Dès la fin du 17ème siècle et le début du 18ème siècle, cette Zaouiya a commencé à tisser des liens très étroits avec la tribu sahraouie d'Aït Oussa. Cette dernière est l'une des plus importantes composantes des célèbres tribus Teknas. Les Teknas sont originaires des populations arabes de Banou Hilal qui ont traversé le Touat pour atteindre par la suite l'Oued Noun.
La tribu des Aït Oussa, dont la démographie n'a pas encore été déterminée de manière fiable, est toutefois composée de deux grands groupes. Le premier comporte les factions d'Aida Ounguit. Ces factions sont au nombre de cinq: Ahl Msiîd Oussaîd, Agouarir, Ahl Hammou Ali, Ajouakine et Ahl Boujamaâ Oumessaoud. Quant au deuxième groupe des Aït Oussa, il s'appelle Aida Oumlil. Les factions qui composent les Aida Oumlil sont au nombre de six : Ida Outiya, Aït Boujemaâ, Anfalis, Imeghlay, Aït Idder et Aït Ouaâban. Même si toutes ces factions ont une consonance berbère, la langue parlée chez les Aït Oussa est le hassani. Leur chef spirituel incontestable est Tamekdi Idda Oueld Tamek, colonel dans les Forces armées royales et résistant de la première heure. Il appartient à la faction des Ida Outiya et à la sous-fraction Idiyoub.
En tout cas, son influence s'étend sur l'ensemble des fractions. C'est un homme respecté, écouté et capable de mobiliser l'ensemble des hommes d'Aït Oussa autour d'un seul mot d'ordre. C'est ce qui s'est justement passé dans le cas d'Ali Salem Tamek. Quand Idda a décidé que le jeune a dépassé toutes les bornes en s'attaquant aux valeurs de la famille et de la tribu, c'est-à-dire l'attachement à la monarchie marocaine, Ali Salem Tamek a été immédiatement banni de la communauté des Aït Oussa.
Il faut rappeler que la région d'Assa est une oasis où toute activité agricole est quasiment impossible à cause des rudes conditions climatiques. C'est la raison pour laquelle, les membres de la tribu des Aït Oussa se sont adonnés très tôt au nomadisme. Le phénomène de sédentarisation n'a en fait commencé que lors des dernières décennies. Les jeunes d'Aït Oussa ont ainsi massivement intégré les Forces armées royales et les Forces auxiliaires. Leur piété est reconnue à travers tout le Sahara. Après s'être illustrés dans le domaine religieux, les Aït Oussa sont devenus, en plus des gardiens de la foi, de véritable défenseur de l'intégrité territoriale. Séduites, d'autres tribus ont ainsi rejoint la Zaouia d'Assa, comme les Mribet, les Chorfa ou Lahratin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.