Parlement: Séance plénière lundi 25 Octobre pour présenter le PLF2022    Le Maroc et la Russie démentent les rumeurs sur un prétendu "refroidissement des relations bilatérales"    Tramway Rabat-Salé : Le contrôle du pass vaccinal commence dès vendredi    Covid-19 : Les vaccins Johnson & Johnson et Pfizer en rupture de stocks    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    Niger : Neuf gardes nationaux et deux gendarmes tués dans une attaque armée    Covid-19 : des chercheurs s'inquiètent d'éventuels dommages sur le cerveau [Etude]    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Dr. Abdelouahed Belkeziz    La République Dominicaine appuie les efforts du Maroc dans la recherche d'une solution politique    Le Maroc premier dans la région MENA    Otman Mouden: "Le gouvernement a une marge d'action très limitée dans le temps et sur le plan financier"    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    USA : Des emplois, des salaires qui flambent mais pas de postulants    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Donald Trump annonce le lancement de son réseau social et dénonce le règne unique des GAFAM    Racisme en France, ça continue    Akhannouch a-t-il les moyens de ses ambitions ?    Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 octobre 2021 à 16H00    Lutte contre les nuisibles : Comme Israël, le Maroc recourt aux rapaces    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »    Botola Pro D1 / RSB-OCK (3-3): Un match prolifique doublé d'une remontada!    Botola Pro D1 / MCO-RCA (1-3): Le Mouloudia victime de ses dirigeants et du Raja!    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Errachidia: 4 individus interpellés pour liens présumés avec un réseau de trafic international de drogue    Concours de police: les candidates et candidats appelés à présenter leurs passeports vaccinaux    Pass vaccinal. La légalité sacrifiée sur l'autel de l'efficacité    Fiscalité : le PLF-2022 veut réduire le taux marginal sur les sociétés à 27 %    Véhicules d'occasion. Autocaz lance une nouvelle offre innovante    Sahara marocain : Le SG de l'ONU met à nu, de nouveau, les violations et mensonges de l'Algérie et du Polisario    Trois membres du PJD «suspendus» de leurs fonctions exécutives chez le parti, dissentions internes    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Le diplomate Abdelouahed Belkeziz n'est plus    Explosion de gaz en Chine: au moins trois morts    Loi de Finances 2022: IR, douane, budgets sociaux…les dossiers chauds    Projet de loi de Finances 2022 : Les premiers détails    Liqah Corona : comment télécharger le pass vaccinal    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



El Gahs : «On ne discute pas avec les terroristes»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 05 - 2005

Le secrétaire d'Etat chargé de la Jeunesse affirme que pour contrer l'idéologie terroriste, il faut tout simplement promouvoir la vie et veiller au respect scrupuleux des règles de la démocratie.
ALM Pensez-vous que le terrorisme soit le fruit d'une dégradation des conditions sociales des populations ?
Mohamed El Gahs : Le raccourci entre l'idéologie terroriste et les conditions sociales sert à justifier les crimes terroristes. Tous les démocrates doivent comprendre que le terrorisme est un crime, un fascisme dont le but est de s'emparer du pouvoir en usant de la terreur et de la barbarie. Le terrorisme paralyse les sociétés et les Etats pour atteindre ces objectifs. En une phrase, c'est la négation de la vie.
Pourquoi, selon vous, certains jeunes sont-ils séduits par cette idéologie terroriste ?
Il est évident que le terrorisme prend le soin d'endoctriner les jeunes, qui sont de nature psychologiquement fragiles. Je ne dirais pas que ces jeunes sont séduits, mais qu'ils sont instrumentalisés. C'est le cas au Maroc, comme dans tous les pays du monde. L'idéologie terroriste possède des moyens d'endoctrinement redoutables. C'est une machine internationale de lavage de cerveaux et de manipulation. Les terroristes utilisent l'Internet, les journaux, les chaînes de télévision et de la radio. Ils sont présents partout.
Que faire alors pour contrer cette idéologie de la mort ?
Il faut commencer promouvoir la vie, avec ses grandeurs et ses misères. Il est évident que le combat est politique, mais il est également intellectuel, social, économique. Tous les démocrates doivent participer à cette lutte.
C'est également un combat de tous les jours. C'est justement le combat de la vie. Pour ce faire, chacun doit choisir son camp, aucune demi-mesure ne doit être tolérée. Aucune justification du terrorisme ne doit être acceptée. Il est scandaleux et triste de voir des gens instrumentaliser des notions nobles comme les droits de l'Homme pour justifier le terrorisme.
Certains estiment que l'idéologie terrorisme doit être endiguée par la force. Peut-on combattre la violence par la violence ?
Quand l'Etat, grâce à des moyens légaux, considère que la démocratie, l'ordre public et la vie des populations est menacée, il doit tout mettre en œuvre pour éradiquer ce danger. Il n'y a aucune contradiction sur ce point. Pour ce qui est des poches les plus fragiles et les plus exposées de la société, par exemple, l'Etat doit les traiter dans l'urgence.
Quelles conditions les démocrates doivent-il poser pour entamer un dialogue avec des extrémistes, voire des terroristes ?
Personne n'a besoin de discuter avec personne. On ne discute pas avec un terroriste. Quelqu'un qui veut votre mort ne mérite pas l'ouverture du dialogue. Mais à partir du moment où une mouvance respecte les institutions et les règles démocratiques, il n'y a pas besoin d'une autorisation pour participer à la vie politique et sociale du pays. On discute avec des démocrates et on polémique avec des démocrates. C'est vrai dans tous les pays démocratiques du monde. Quelqu'un qui a un projet de société et qui respecte les règles de la démocratie doit donc avoir le droit d'être en compétition avec tous les autres démocrates. A ce moment, la question du dialogue n'est que secondaire.
Vous êtes en rapport direct avec les jeunes Marocains. Pensez-vous qu'ils sont effectivement manipulables ?
Tous les spécialistes vous le diront: la jeunesse n'est qu'une période de la vie, un passage. Elle a des caractéristiques positives. Les jeunes veulent changer le monde, ils font preuve de spontanéité, de générosité et de curiosité. En même temps, toutes les jeunesses du monde sont caractérisées par une certaine fragilité. Car c'est l'âge des doutes, des conflits de générations, des mutations diverses. Dieu merci, la jeunesse marocaine est comme toutes les jeunesses du monde. Elle a ses qualités et ses faiblesses. Notre but, en tant que partis politiques, parents, écoles, médias etc, est de renforcer les aspects positifs et faire en sorte que les faiblesses passent le plus paisiblement possible. Encore une fois, c'est un combat de la vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.