Entretien téléphonique entre Bourita et son homologue mauritanien    Maroc-Israël-USA : Un nouvel « Ordre régional » se dessine    Coupe du monde de futsal : Le Maroc et le Portugal se neutralisent (3-3)    LDC de la CAF : Le Raja face LPRC Oilers du Liberia, le WAC défiera les Ghanéens de Hearts of Oak    Rico refuse d'affronter Badr Hari « s'il continue de perdre ses matchs »    Mesures restrictives : Azeddine Ibrahimi plaide pour l'allègement    Bourse: Les comptes de Lydec retrouvent des couleurs au premier semestre 2021    Tarik Kadiri de l'Istiqlal prend la tête du conseil communal de Berrechid    Participation au gouvernement. Le Conseil National de l'Istiqlal donne son feu vert    OCP et l'Ethiopie signent un accord de 3,7 milliards de dollars pour une usine d'engrais    Le réseau EF&F lance un concours international de projets innovants    Hapag-Lloyd s'implante au Maroc    Naoufal El Heziti élu président    Les produits agricoles et halieutiques marocains à la conquête du marché américains    La production laitière, fer de lance du développement régional    Mohamed Benhammou désigné président de la Fédération africaine de cybersécurité    Mort d'Abdelaziz Bouteflika : l'ultime humiliation du pouvoir algérien au président défunt    Succès complet pour la première mission privée de SpaceX    Migration : Washington actionne les charters des expulsions    La CDG adhère au programme    La haine dans l'âme...que Dieu lui pardonne!    L'Opinion : L'Istiqlal, valeur sûre pour le prochain gouvernement    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Angleterre : Liverpool passe devant, Manchester City cale    La Jeunesse sportive Salmi continue sur sa lancée!    Casablanca : L'Eglise de Saint John fin prête pour accueillir les fidèles    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 septembre 2021 à 16H00    Etudes en Chine: Plus de 500 dossiers de bourses remis à des jeunes marocains (FUSAAA)    Qui sabote l'école publique à Essaouira?    Un acte scandaleux qui ne doit plus se répéter    Le « relooking » de l'Education nationale à l'ère du Covid    Kénitra : soupçonnés de corruption et d'extorsion, des policiers renvoyés devant le tribunal    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Afrique du Sud : le nouveau maire de Johannesburg mort dans un accident de la route    Nouvelle secousse de magnitude 3,9 ressentie à Driouch    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 2021 à 16H00    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Exposition: horticulteur attentionné    Décès de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika à l'âge de 84 ans    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 08 - 2021

Comment la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (Haca) contrôle-t-elle le passage des représentants des partis politiques sur les médias audiovisuels pour présenter leur programme électoral ?
La réponse à cette question, susceptible d'être posée par tout citoyen, est donnée, mardi à Rabat, par Latifa Akharbach, présidente de cette Autorité, lors d'une conférence consacrée au rôle et à l'action de la Haca en matière du pluralisme politique dans les radios et télévisions.
Un calcul de temps minutieux
«Nous calculons le temps donné à l'intervenant et nous voyons avec la chaîne si celui-ci a eu plus de temps par rapport à d'autres pour se rattraper par la suite», explicite-t-elle. Mieux encore, la présidente précise également que la structure qu'elle chapeaute dispose d'une «expertise pour calculer minutieusement la durée des interventions dans les journaux télévisés (JT) et les radios ainsi que les chaînes privées». En d'autres termes, c'est la seule Autorité qui peut dire qui dit quoi. Par l'occasion, elle s'exprime, entre-temps, sur un relevé du pluralisme qui détecte la durée d'intervention des personnalités politiques, syndicales et associatives. Le tout en détaillant le processus de contrôle.
De la pré-campagne jusqu'à la fin des élections
Tel que l'explique l'oratrice, l'intervention de la Haca commence, cette année, depuis la période de la pré-campagne, soit à partir du 1er août jusqu'au 7 septembre, la veille des élections. Aussi, la responsable, qui évoque les règles imposées sur les programmes de chaînes, s'exprime rappelle un décret du gouvernement qui décide des chaînes qui doivent diffuser les émissions sur les élections. «Les chaînes privées ne sont pas, cependant, tenues d'en parler. Si elles font ce choix, elles sont responsables devant la Haca. Nous allons suivre tous les programmes ayant trait aux élections pour garantir aux citoyens les bonnes conditions d'accès à l'information», ajoute-t-elle. Quant à la campagne officielle, elle démarre, comme elle en fait le rappel, du 26 août. A ce moment-là, la Haca «contrôle le respect, par les chaînes des règles réglementaires et du décret relatif à l'usage des mass médias lors des campagnes». «Nous ne sommes pas responsables des contenus mais nous les contrôlons quand même», enchaîne-t-elle. La présidente, qui énumère les passages des représentants des partis politiques dont la diffusion de capsules, indique que le temps de passage de ceux-ci lors des JT est également calculé en réponse à la durée fixée par ledit décret.
Taux de la durée de passage sur les chaînes
Selon Mme Akharbach, 50% de la durée consacrée, à un premier groupe, par les chaînes est partagée à égalité entre les partis politiques ayant un groupe dans les deux Chambres du Parlement. Quant au deuxième groupe, il compte les partis qui n'ont pas de groupe et se taille 30% de l'ensemble de la durée de diffusion. Au moment où le troisième groupe, composé des tous les partis politiques qui ne sont pas représentés dans le Parlement, dispose de 20% de la durée de diffusion.
Les recommandations de la Haca
«Nous recommandons aux chaîne d'accompagner les partis politiques en termes d'équité pour la représentation des femmes dans les émissions diffusées», avance la responsable qui énumère également les personnes en situation de handicap et les MRE ainsi que les jeunes. Aussi, elle relève la dimension régionale dans cette représentation et le pluralisme linguistique notamment l'amazigh. «Si des experts ont une appartenance politique, il vaut mieux qu'ils ne figurent pas sur les écrans», enchaîne-t-elle entre-temps. Le tout en révélant des nouveautés de la décision du Conseil relevant de la Haca. Entre autres, elle cite «le passage de personnalités à appartenance partisane dont le temps sera calculé bien qu'elles soient invitées à une soirée artistique sur une chaîne et bien qu'elles ne parlent pas d'élections». «Il faut aussi faire face aux fake news en période électorale», conclut-elle, en rappelant que le travail de la Haca se poursuit même après les élections et s'étale sur l'année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.