Marocanité du Sahara : Le combat acharné de Rabat en Amérique Latine    American Leadership Academy : Formation de 32 jeunes à la 2ème édition du programme    Nucléaire: Téhéran envoie ses « propositions finales » à Bruxelles    Après plusieurs recherches, la police grecque retrouve 38 Syriens bloqués à la frontière avec la Turquie    Crise sino-américaine : Mise en garde US contre les manœuvres chinoises "irresponsables"    Palestine : Israël admet avoir tué 5 enfants lors d'un raid    Foot: le tirage au sort de la Botola Pro D1 et D2 prévu le 19 août    Lions de l'Atlas. Adil Ramzi: «Je contacterai Ziyech, une fois nommé adjoint de Regragui»    Feu de forêt Cabo Negro : Décès de 3 éléments de la Protection civile et interpellation de 4 individus    Festival d'Imilchil: Occasion de nouer des partenariats entre MRE et résidents    Leïla Slimani présidera le jury du prix international Booker 2023    Un voilier du haut Moyen-Âge découvert près de Bordeaux    Asantii, la mode africaine fait sa révolution !    Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    M'diq : Arrestation de quatre individus soupçonnés d'avoir délibérément déclenché un incendie en forêt    Revue de presse quotidienne de ce mardi 16 août 2022    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Jeux de la solidarité islamique : Deux médailles d'argent pour les judokas marocains    L'Arabie saoudite autorise tous les détenteurs de visa à accomplir la Omra    Tagzzayt : Un film documentaire d'Hussein Hanin qui déchiffre les symboles des tatouages Amazighs    Yessef appelle en Tanzanie au renforcement de la coopération entre les oulémas africains    Le CRI Béni Mellal-Khénifra lance une série de webinaires    Soutien public complémentaire aux partis politiques    Dette intérieure : Un encours de 666,1 milliards de dirhams à fin juillet    Casablanca : 2 ans de prison ferme pour un escroc récidiviste    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Ligue des champions d'Europe: Le PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers, le Benfica à Kiev    CAN Maroc U23 : Le Tirage au sort des éliminatoires jeudi au Caire    Hakim Ziyech toujours une priorité d'Erik ten Hag    Dounia Batma répond avec subtilité aux excuses de son mari (VIDEO)    Zina Daoudia exalte son milliard de vues    1er Festival «Phénomène des groupes musicaux» à Hay Mohammadi    «La femme au colt 45» de Nabyl Lahlou au Théâtre national Mohammed V de Rabat    L'agresseur de Rushdie métamorphosé après un voyage au Liban, selon sa mère    Feux : quatre suspects accusés d'être des pyromanes arrêtés au nord du Maroc    Visas refusés : quand Hélène Le Gal tombe dans son propre piège    HCP. 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes    Découvrez le Galaxy Z Flip4 et le Galaxy Z Fold4, les smartphones révolutionnaires de Samsung    Un tribunal condamne une militante à deux ans de prison pour insulte à l'islam    Incendies à Cabo Negro : trois pompiers décédés    Le Maroc félicité par l'Union Africaine    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    Cours des devises du mardi 16 août 2022    Job    Météo: les prévisions du mardi 16 août    Le Celtic pense toujours a Ryan Mmae    Maroc-UE: 500 millions d'euros pour faire barrage aux harragas    La récupération d'Oued Eddahab, une étape riche en nobles valeurs de patriotisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dr Imane Kendili : «Science sans conscience n'est que ruine de l'âme»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 08 - 2021

«Réduction des risques : le Manifeste» aux Editions Orion
Les Editions Orion viennent de publier un livre très attendu qui sort à un moment crucial pour analyser, expliquer et aider à comprendre les mécanismes mis en place pour la prévention et la gestion des graves crises que les êtres humains peuvent confronter. Faisant appel à 28 spécialistes, chacun dans son domaine, cet ouvrage collectif met toute la lumière sur la crise sanitaire mondiale qui affecte aussi d'autres domaines de la vie, de la politique à l'économie, en passant par la société, la culture et nos systèmes de valeurs.
Interview.
Pourquoi cet ouvrage et pourquoi maintenant ?
Dr Imane Kendili : Avec toutes les personnes engagées dans ce grand projet de livre collectif, nous avons longuement réfléchi, avec Abdelhak Najib, écrivain, philosophe et aussi éditeur du livre, et mon ami, le professeur Jallal Toufiq, pour lancer une profonde réflexion sur la question de la réduction des risques, qui part de nos réalités marocaines, pour embrasser d'autres expériences un peu partout dans le monde pour voir quelles sont les voies les plus balisées pour répondre avec efficacité aux crises, pas uniquement sanitaires, qui peuvent nous frapper de plein fouet. Certes, cet ouvrage est initié et édité au Maroc, mais il s'adresse à la communauté mondiale quelles que soient la région, la langue et l'identité. Le but est de nous inscrire dans l'universalité du propos en traitant de la réduction des risques dans tous les domaines de la vie humaine en proposant des réflexions humaines qui peuvent résonner au Maroc comme aux USA, en Grande-Bretagne, en Afrique, en Asie et ailleurs dans le monde, puisque nous sommes aujourd'hui tous confrontés à la même menace, à savoir la Covid-19.
Comment réunir 28 sensibilités de bords très différents en gardant l'homogénéité de l'ensemble, ce qui est souvent le talon d'Achille des ouvrages collectifs, ce qui n'est pas le cas dans celui-ci parce que son point fort réside également dans sa profonde cohérence?
Vous avez tout à fait raison de souligner ce point. En effet, l'une des questions fondamentales de cet ouvrage est l'exigence de qualité et l'harmonie des points de vue pour réaliser un livre cohérent sur une question cruciale qu'est la réduction des risques dans la société humaine aujourd'hui. Dans ce sens, de nombreuses personnalités ont apporté leurs visions, leurs analyses, leurs approches et leurs points de vue. Et c'est cette diversité qui enrichit tout le propos de l'ouvrage. Chacun selon son expérience et son expertise, chacun selon la culture où il évolue, chacun selon ses référentiels à la fois humains et moraux, pour apporter un éclairage éclectique qui répond de manière pointue aux grandes préoccupations des humains aujourd'hui, face à un danger qui s'est installé dans la durée.
L'ouvrage est né au Maroc, mais il a un rayonnement international avec la participation de grands noms de la médecine, de la sociologie, de la philosophie, de l'anthropologie, de l'éthique, etc.
En effet, le livre réunit une pléiade de grands noms qui ont fait leurs preuves dans leurs domaines respectifs. Nous pensons à des valeurs sûres comme Toufiq Jallal, Abdelhak Najib, David Gruson, Martin De Duve, Peter Harper, David Khayat, Jean-Marie Heydt, Jean-François Clément, Zeina Moukarzel, Abdelaziz Alaoui, Gabriel Malka, Chakib Guessous, Myriam Bahri, Raja Aghzadi, Fabien Brisard, Anass Doukkali, Youssef Mohi, Fares Mili, Amahdou Mahater Ba, Anaïs Fossier, Mohamed Ibrahimi, Najib Bensbia, Saâd Taoujni et Mustapha Souieh. Ce sont là plusieurs sensibilités, chacune dans son domaine, chacune selon son expérience et son expertise qui sous-tendent ce projet pour soulever d'autres aspects de la réduction des risques, des intellectuels, des philosophes et des économistes qui décortiquent les urgences du monde dans lequel nous sommes obligés de vivre aujourd'hui, avec des menaces sanitaires, sociales, économiques et humaines de grande envergure qui peuvent remettre en cause tout notre système de valeurs et tout ce que nous considérons comme acquis.
L'ouvrage a un réel impact sur les réflexions en cours aujourd'hui surtout dans notre pays qui lutte avec ses moyens contre la pandémie…
En effet, ce que notre pays traverse depuis plus d'un an et demi, suite à cette pandémie planétaire qui frappe de plein fouet le monde entier, nous montre à quel point un ouvrage détaillé, sérieusement documenté, faisant intervenir les médecins les plus chevronnés sur la réduction des risques au Maroc et dans le monde, est d'actualité pour ne pas dire urgent. Aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin de nous pencher, avec rigueur, sur tous les aspects sanitaires dans notre pays pour faire le point de la situation actuelle, faire le diagnostic des urgences à mettre en place et surtout apporter des éléments de réponse concrets et fiables pour préparer le Royaume à faire face à des situations sanitaires de crise qui impliquent une meilleure gestion des risques en amont.
Nous l'avons vu et vécu, depuis le déclenchement de la pandémie au Maroc, il a fallu revenir sur ce qui nous semblait relever des évidences : l'hygiène au quotidien, la propreté des mains, la propreté du corps et la propreté des lieux et des espaces communs, sans entrer dans d'autres détails plus pointus qui relèvent de la médecine préventive à proprement dite. C'est dans cet esprit que cet ouvrage collectif donne la parole à de nombreuses sensibilités médicales, riche chacune de son expérience, pour traiter des problématiques primordiales, et ce par rapport à différents types de pathologies.
Cela va de la pneumologie aux cancers les plus graves, en passant par les problèmes respiratoires, les maladies sexuellement transmissibles, les différents types de diabète, les pathologies métaboliques, l'addictologie, la psychiatrie, la sexologie, la cardiologie, les maladies gastriques et la traumatologie. L'objectif de cet ouvrage est de répondre à de nombreuses questions que non seulement les malades se posent, mais également les spécialistes, chacun dans son domaine de maîtrise. À cette réflexion s'ajoutent le point de vue philosophique, l'analyse sociologique, l'aspect culturel et humain, la réflexion économique et financière, dans un monde en profondes mutations.
Réduction des risques : le Manifeste. Ouvrage collectif. Editions Orion. 400 pages. Août 2021.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.