Réforme de la retraite : enfin le bout du tunnel ?    Le Nobel de chimie à un trio américano-danois    Le sélectionneur national vise une place au mondial    Le Bayern Munich explose le Viktoria Plzen et prend le large    Le Maroc en quarts de finale de la Coupe du monde de football pour amputés    SAR la Princesse Lalla Hasnaa inaugure le Parc de l'Oliveraie de « Ghabat Chabab »    «L'image et l'imaginaire dans le cinéma»    Le Nobel de médecine au Suédois Svante Pääbo    Une soirée littéraire à la Maison de la Poésie    Maroc : Une première réunion de la commission chargée de la réforme de retraite    Casablanca : Table-ronde sur la gestion de l'eau    Twitter : Métamorphose en «application à tout faire»    Le Ministère du Commerce et BIM Maroc signent un partenariat pour le développement du local sourcing    Forum mondial de l'Alliance des civilisations: Moratinos exprime ses remerciements au Roi    Regards croisés sur le partenariat euro-africain    Coupe du Monde 2030 : L'Ukraine rejoint la candidature de l'Espagne et du Portugal    Le ministre yéménite des AE dénonce le rôle de l'Iran dans l'émergence du séparatisme houthi    L'ambassadeur Samir Dhar : «Alger est obsédé par la question du Sahara mais assure ne pas se considérer comme partie prenante du dossier, cela fait sourire»    Attijariwafa bank et l'AMCI célèbrent les lauréats internationaux de la Coopération du Maroc    CPS de l'UA : Rabat a placé la protection des enfants parmi ses priorités, dit la délégation marocaine    Une star de la téléréalité française obtient la nationalité marocaine (PHOTO)    Nouveaux détails sur le démantèlement de la cellule terroriste à Melilla    Refus du visa Schengen: protestations devant le siège de la Délégation de l'UE à Rabat (VIDEO)    Coronavirus au Maroc: 24 contaminations enregistrées ce mercredi, toujours aucun décès    Mauvais traitements : l'administration pénitentiaire dément les allégations de l'entourage d'un ancien détenu    Casablanca : «WeCasablancaFestival» revient pour une 3e édition du 6 au 8 octobre    Leyton Maroc propose un emploi inédit à des étudiants d'Al Akhawayn    Migration : Deux embarcations transportant des Marocains atteignent les côtes espagnoles    Mondial de football pour amputés : Le Maroc étrille l'Argentine (4-0) et file en quarts de finale    Sahara : José Manuel Albares rencontre Staffan de Mistura    Belgique : Hassan Iquioussen pourrait «ne jamais revenir en France»    Pénurie de céréales : le Maroc pourrait se tourner vers la France    La problématique de l'eau au cœur de l'intrigue du roman de Siham Kartobi    Le Festival national du samaâ et de madih à Fès promet un show spirituel    Casablanca: arrestation d'une employée de pharmacie pour tentative d'achat d'un nourrisson    Algérie – Maroc, duel annoncé pour l'organisation de la CAN 2025    Valladolid : Jawad El Yamiq indisponible pendant un mois    Contribuables nouvellement identifiés:laDGI rappelle la prorogation des mesures d'encouragement    L'ANRAC délivre 10 autorisations d'exercice des activités de transformation et de fabrication du cannabis    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mercredi 5 octobre    La campagne de sensibilisation au dépistage précoce du cancer de sein lancée    Zelensky revendique des avancées « rapides » de ses troupes dans le Sud    La Bourse de Casablanca débute dans le vert ce mercredi    Maroc : Nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,8 degrés au large de Driouch    Algérie: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Espagne : feu vert du gouvernement au budget 2023    Production audiovisuelle : Mehdi Bensaid rencontre des responsables de Netflix    ONU : Une sahraouie dénonce la responsabilité de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le gouvernement prêt à mobiliser les ressources nécessaires pour faire face aux chocs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 04 - 2022

Changement climatique, crise géostratégique, situation épidémiologique...
Le maintien d'une certaine normalité dans un contexte de crises successives sans précédent est extrêmement coûteux. Une réalisation importante à mettre au crédit de l'Etat marocain de manière générale et de ce gouvernement en particulier.
A l'instar des autres pays du monde, le Maroc passe par des chocs exogènes qui pourraient impacter sensiblement les hypothèses de croissance. Guerre en Ukraine, flambée des matières premières, évolution incertaine de la situation épidémiologique ainsi que les conditions climatiques instables... Autant de facteurs qui menacent la reprise de l'activité économique aussi bien sur le plan local qu'international. Une conjoncture marquée par l'incertitude et la soudaineté et qui impose au Royaume de gérer «des crises totalement importées». C'est en ces termes que le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, qualifie la situation actuelle.
Une phase qui, certes, met encore une fois à l'épreuve les systèmes économiques et sociaux du pays mais qu'affronte le gouvernement en toute confiance et détermination. «Notre volonté est forte de prendre tout ce qui est nécessaire pour alléger les charges des citoyens et citoyennes durant cette conjoncture», souligne M. Akhannouch lors de la séance plénière du lundi 18 avril consacrée aux questions orales mensuelles adressées au chef du gouvernement. Et de poursuivre que «le Maroc a fait preuve de résilience face aux crises successives au point d'en faire des opportunités de croissance et de développement». Répondant à une question centrale à la Chambre des représentants sur la situation de l'économie nationale à l'aune des changements climatiques et géostratégiques, le chef du gouvernement a réaffirmé que «les membres du gouvernement sont conscients de la délicatesse de cette phase que traverse l'économie marocaine».
Le gouvernement Akhannouch se déclare ainsi prêt à mobiliser les ressources nécessaires et prendre les décisions optimales pour faire face aux différents chocs que subissent l'offre et la demande tant sur le marché local qu'international.
Pas de recours à la loi de Finances rectificative
Pour Aziz Akhannouch, le maintien d'une certaine normalité dans un contexte de crises successives sans précédent est extrêmement coûteux. Une réalisation importante à mettre au crédit de l'Etat marocain de manière générale et de ce gouvernement en particulier. «Le gouvernement a eu le courage d'adopter des hypothèses réalistes lors de la préparation et de la ratification de la loi de Finances, qui a été déposée le 22 août. Il a mobilisé des ressources financières exceptionnelles, et a corrigé ses choix budgétaires avec justesse et célérité», indique-t-il. Et de poursuivre que «le gouvernement actuel sera en mesure de fournir les ressources financières nécessaires pour maintenir le coût de certains produits indispensables malgré leur hausse sur les marchés internationaux, tout en préservant les finances publiques et sans recourir à une loi de Finances rectificative».
Lors de son intervention, M. Akhannouch a indiqué que le gouvernement a répondu aux Hautes Instructions Royales ainsi qu'aux attentes des citoyens, déployant des efforts exceptionnels pour faire face aux répercussions de cette crise multidimensionnelle. «A cet égard, la consommation des ménages connaît une évolution positive, dans le sillage des déterminants du revenu, résultat des actions gouvernementales. En effet, l'équipe gouvernementale a accordé une priorité maximale au suivi de toutes les évolutions liées aux prix et a pris une série de mesures pour assurer la stabilisation du pouvoir d'achat des ménages marocains.
Le tissu entrepreneurial n'est pas en reste puisque le gouvernement s'engage à prendre les mesures nécessaires pour réduire les effets des prix élevés des matières premières sur les entreprises nationales, exploitées dans le cadre de marchés publics.
Un taux de croissance entre 1,5% et 1,7% en 2022
Lors de cette plénière, Aziz Akhannouch a dressé un premier panorama de l'évolution de l'économie nationale et mondiale en ces premiers mois de l'année. Il ressort que l'intensité de l'inflation, début 2022, s'est exacerbée sur fond d'escalade des troubles et des conflits géostratégiques et violents». Les tensions inflationnistes ont atteint des niveaux exceptionnels, tant dans les économies développées que dans celles en voie de développement», fait savoir M. Akhannouch. Une situation qui a imposé une révision à la baisse des projections de croissance. Le Fonds monétaire international prévoit dans ce sens une régression d'environ 1 point de la croissance mondiale comparativement aux perspectives dressées début janvier. Ainsi le taux de croissance mondial s'établirait à 3,5% contre 4,4% initialement prévu. Pour le Maroc, l'économie nationale devrait connaître selon le chef du gouvernement une croissance oscillant entre 1,5% et 1,7% en 2022 contre une estimation de 3,2% telle que prévue dans la loi de Finances 2022. Cette prévision est principalement influencée par la révision de la valeur agricole de 11%. En dépit de ces projections, l'économie nationale continue de résister. «Les indicateurs actuels confirment une économie nationale orientée positivement, compte tenu de l'amélioration des activités industrielles au cours des trois premiers mois de cette année», assure Aziz Akhannouch. Se référant au chef du gouvernement, le PIB non agricole maintient sa dynamique prévue dans le cadre de la loi de Finances 2022, et ce compte tenu de l'amélioration de l'activité industrielle au titre des trois premiers mois de l'année, notamment celle du secteur de l'énergie, du BTP, des mines, de l'agroalimentaire, du textile et de l'aéronautique.
L'investissement connaît également une bonne dynamique du fait de la hausse observée des importations de matières premières et de produits semi-finis ayant atteint respectivement 18,5% et 52% à fin février 2022. Pour ce qui est du secteur du BTP, les ventes de ciment ont crû de 5,8% à fin février. Aziz Akhannouch évoque par ailleurs la hausse soutenue des exportations marocaines à fin février 2022, notamment celle des phosphates (+96%), de l'agroalimentaire (+13,8%), du textile (+26%), de l'aéronautique (+53%), l'électronique (23%) et l'automobile (+4%). Notons qu'en dépit de ce contexte difficile, le Maroc a réussi à maintenir son classement à l'international. L'Agence internationale de notation Standard & Poor's a confirmé des perspectives stables des équilibres financiers du Royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.