Melilla : Le CNDH crée une mission d'information à Nador et environs    Affaire Fadel Breica contre Brahim Ghali : Le juge de l'Audience nationale rejette la demande loufoque de Ghali concernant ce qu'il nomme « un plan marocain pour « faire pression » sur l'Espagne », car sans preuve judiciaire    Maroc. Africa Motors lance officiellement la marque automobile Chery    Algérie: Oran frappée par un séisme    Une ministre israélienne brille en caftan marocain (PHOTOS)    African Lion 2022: une haute délégation maroco-américaine visite l'hôpital de campagne à Taliouine    Colombie : Des morts dans l'effondrement d'une tribune d'arène de corrida    Journée internationale contre la torture : Un fléau toujours présent    Migration illégale: Pedro Sanchez a évoqué le Maroc    Covid-19 au Maroc: pourquoi les cas vont continuer de grimper    Khouribga / 21ème édition du Festival des Abidat Rma : Art vivant et patrimoine éternel    El Jadida / Moussem Moulay Abdellah Amghar : 3600 cavaliers et 500.000 visiteurs sont attendus    Voici le prix de la dernière tenue de Saad Lamjarred (PHOTO)    Infrastructure: Biden annonce une initiative mondiale de 200 milliards $    Le CFCM 20 ans après : l'institution ressemble davantage à une vitrine qu'à une réalité    Migration illégale: Sanchez qualifie le Maroc de "partenaire stratégique" qui se bat contre les mafias internationales    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux de l'Atlas hérite du groupe 6    Oran. Des boxeurs croates victimes d'intoxication alimentaire    Migration: Des ambassadeurs africains expriment leur disposition à collaborer avec le Maroc    Maroc : Mise en échec d'une opération collective d'immigration près de la clôture de Ceuta    Allemagne/aéroports: des travailleurs étrangers pour pallier la pénurie de mains-d'œuvre    HealthTech: Southbridge A&I lancent I3, en faveur des startups africaines    L'ANRE et la PUA d'Israël jettent les bases d'une forte coopération dans le domaine de la régulation de l'électricité    Maroc : Six nouveaux monuments historiques d'El Jadida inscrits patrimoine national    Latifa Akharbach plaide pour un dialogue inclusif et égalitaire à Sofia    Le cri d'alerte de la société civile    Rapport : La baignade déconseillée sur 23 plages au Maroc    Centre national de l'arganier: Sadiki donne le premier coup de pioche    Tourisme : Rabat mise sur son attractivité culturelle    Festival Gnaoua : La 24ème édition à partir du 22 juin 2023 à Essaouira    6,17 millions DH accordés à 14 festivals    Marathon de pétanque de Casablanca: Le Stade Marocain (hommes) et Chabab Khénifra (dames) remportent le titre    RNI : les membres du parti de la colombe réitérent leur soutien à Aziz Akhannouch    BAM: Les exportations de la construction automobile prévues à 52,6 MMDH en 2022    Baccalauréat : 573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude (DGSN)    Botola: résultats complets et classement (28ème journée)    Classement mondial futsal : le Maroc se hisse à la 10e place (VIDEO)    Jeux Méditerranéens : La sélection marocaine de football U18 s'incline devant la France (1-0)    JM Oran 2022 : Les Lionceaux de l'Atlas battus par les Bleuets (vidéo)    À quoi s'attendre du sommet de l'OTAN à Madrid    L'AMIC publie son rapport sur l'impact du capital-investissement au Maroc    Des députés marocains arrivent en Afrique du Sud pour une session du Parlement panafricain    Cannabis médicinal: l'expérience israélienne rayonne à Casablanca    La récession serait inévitable pour certains pays, prévient la Banque mondiale    Météo: les prévisions du lundi 27 juin    TPME: Plus de 2.500 projets appuyés par Maroc PME en 2021    Drame migratoire : Accusé par l'Algérie et le Polisario, le Maroc communique avec des ambassades africaines    Quand Rabat vibre aux rythmes de Gnaoua et Musiques du monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entretien avec Mohammed Benouarrek, expert en RH : «Le visuel prend le dessus sur le narratif classique»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 05 - 2022

L'auteur du livre Les triangles RH : la pratique des ressources humaines réexpliquée, Mohammed Benouarrek, s'est livré à Aujourd'hui Le Maroc pour expliquer sa vision. Partant du constat qu'entre la pratique et la théorie il y avait un fossé énorme, le consultant international en GRH et en conduite du changement s'est livré comme exercice d'aborder la gestion des ressources humaines d'une manière très originale se basant sur le visuel et arborant la géométrie comme repère.
ALM : Pouvez-vous nous expliquer brièvement l'essence même de cette approche ?
Mohammed Benouarrek : Après plus de deux décennies de pratique RH, je me suis livré à la théorisation de la pratique. En effet, en tant que praticien de la RH et en tant qu'enseignant de cette discipline, je déplorais le fossé énorme qui sépare les écrits de la réalité ainsi que le manque de modélisation de la réalité d'une manière plus juste. Les récits et livres existants approchaient la GRH de la même façon en suivant presque le même script et la même configuration. Il fallait avoir beaucoup de courage afin de passer par un désapprentissage et se défaire des acquis et surtout les schématisations classiques de la fonction RH. Mon approche unique du genre approche la fonction RH via des triangles illustrant les multiples composantes RH ainsi que leurs interrelations. Cette approche géométrique se base sur le visuel, les illustrations et les effets échos. Il s'agit d'une re-présentation de la théorie RH via des triangles illustrant la démarche pour comprendre les composantes et interactions RH. Un triangle parent répartit le scope de la RH en trois volets. Par la suite, j'explique les différentes déclinaisons possibles des sous-triangles existants. Le visuel prend le dessus sur le narratif classique. Le volet analytique prend également le dessus sur l'approche descriptive classique. Le lecteur se voit dans un monde multidimensionnel avec des triades qui orbitent dans le cadre d'une approche systémique.
Vous parlez de ramification des concepts et outils phares dans le cadre de la Gestion des ressources humaines... mais encore ?
En effet, plusieurs ramifications existent dans le monde de la RH. Le fait d'opter pour des illustrations géométriques m'a permis d'illustrer d'une manière plus lucide l'ensemble des déclinaisons qui existent et les bifurcations. Au lieu de décrire les rubriques existantes au sein d'un aspect de la GRH (ndlr : par exemple le recrutement), j'aborde ce volet d'une manière non aplatie. Les illustrations dans l'espace géométrique m'ont permis d'explorer les liens infinis qui existent dans l'absolu avec une gymnastique d'analyse plus souple que celle habituelle dans les écrits classiques. Une extrapolation des techniques de géométrie illustrative était cruciale afin d'analyser d'une manière plus fraîche et révolutionnaire le contenu et le contenant de la fonction RH. Une rupture épistémologique en termes d'approche avec le passé.
Cet ouvrage a été écrit en pleine pandémie. Est-ce une manière de dire que plus rien ne sera comme avant en matière de Gestion de ressources humaines ?
Absolument pas. J'ai tout simplement profité du fait que je pouvais marquer une pause avec le quotidien. Prendre de l'altitude au lieu de ne prendre que du recul. Il était vital pour moi de me lancer dans cette aventure car je ne pouvais pas prédire son out come. Dans certains cas, le mal dissimule le bien. La crise Covid-19 m'a obligé à me retrouver plus en mode de réflexion que d'action. C'est exactement ce qu'il me fallait afin de compiler les centaines d'idées et d'outils RH et les revisiter autrement. Croyez-moi, il est plus difficile d'innover quand on découvre que quand on challenge ce que l'on sait déjà. Il fallait réellement, du think-outside-the-box afin de sortir du canevas prescrit depuis des années.
Si oui, quelle est l'attitude que devra désormais adopter un directeur des ressources humaines ?
Certaines choses vont réellement changer après la pandémie de Covid 19. A commencer par l'illusion que le travail est lié à la présence du corps au lieu du travail. Le présentéisme sera remis en cause. Egalement, le fait de se pencher sur les indicateurs classiques de performance sera de plus en plus abandonné pour adopter des indicateurs de résultats. Les repères classiques seront naturellement challengés. Le reste des changements ne sont que des déclinaisons. L'essentiel est le fait que le DRH devra se pencher plus sur la gestion des performances que des individus et leur discipline.
Quelle est votre évaluation de l'évolution de la Gestion des ressources humaines au Maroc ?
A mon humble avis, l'évolution de la gestion des ressources humaines au Maroc n'est pas homogène. Il existe plusieurs niveaux avec des décalages énormes et vertigineux. La réalité est que nous n'en avons pas UNE mais plutôt plusieurs. Il serait simpliste de vouloir modéliser la GRH comme pratique au Maroc car on constate des déphasages énormes, ce qui rend cet exercice impossible pour ne pas dire absurde.
Quels sont les points noirs qui nécessitent urgemment une opération coup de poing pour que cela change dans le bon sens ?
La mentalité de l'entrepreneur, la mentalité du salarié, la mentalité du syndicaliste. Bref, la mentalité. Le big challenge pour notre pays est d'oser une refonte de la relation juridico-légale entre l'employeur et l'employé et de revoir le code du travail. Les mesures incitatives à l'investissement étranger ne pourront plus suffire pour encourager les entrepreneurs à chercher une place. La dimension économique devra être déclarée avec plus d'audace. La compétitivité du marché de travail marocain tient beaucoup plus aux attitudes de nos salariés que du niveau (dit bas) du SMIG que nous pouvons assurer aux investisseurs.
Le mot de la fin …
Sans réforme et refonte de la relation employé-employeur, culture de travail, valeurs de travail, législation régissant les interactions entre les deux parties prenantes, rôles et limites de l'activisme syndical, nous n'irons pas loin. Sénèque l'a déjà dit : «Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, mais parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.