« Corridor CGEM-DGI », un nouveau service pour réduire les litiges entre l'administration fiscale et les entreprises    L'ONEE désigné une nouvelle fois centre collaborateur de l'OMS    El Guerguerat : l'Azerbaïdjan soutient les efforts du Maroc    Tétouan : une nouvelle cellule terroriste tombe dans les filets du BCIJ    Maroc/Covid-19: près de 4.000 nouveaux cas ces dernières 24h    Covid-19 : le Maroc, désormais, parmi les pays à taux de contamination modéré    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 4 décembre    Pas moins de 300 médicaments manquent en Algérie    Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    Unesco. Le Maroc soutient Audrey Azoulay pour un second mandat    Porté disparu à Midelt, un technicien de 2M retrouvé sain et sauf    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    Automobile: les ventes du neuf en baisse    2M: voici le nouveau directeur de l'information    Le Syndicat national de la presse marocaine dénonce les insultes de Ziane contre les journalistes    Covid-19 : ce que l'on sait sur le vaccin qui sera administré au Maroc    Covid-19 : L'Etat soutient les traiteurs touchés par la crise    Le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance du secteur à Dakhla Oued Eddahab    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Une enveloppe de 400 millions de dollars pour une riposte sociale à la Covid    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Casablanca: décès suspect dans une clinique privée, la famille dénonce    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    Personnes en situation de handicap : l'accès à l'éducation et l'intégration professionnelle au centre de deux conventions interministérielles    Guergarat. L'Algérie ne lâche pas le morceau    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    Exclusif – Premières révélations sur l'opération anti-terroriste en cours à Tétouan (vidéo)    BCIJ : Démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Tétouan (photos)    ONU : Le cannabis sort de la liste des drogues les plus dangereuses    Sahara marocain : ARTE dévoile les Fake news du polisario    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Festival international Cinéma et migrations d'Agadir. Une édition 100% digitale    Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    Jamel Debbouze provoque Booba pour le buzz (Vidéo)    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il fallait soulager la caisse de compensation»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 02 - 2006

Pour Rachid Talbi Alami, ministre des Affaires économiques et générales, l'indexation de certains produits pétroliers sur les cours internationaux réduirait la pression sur le budget de l'Etat. Il précise que la variation des prix se fera également à la baisse, à raison de 2% du prix initial.
ALM : La décision d'un retour à l'indexation des prix de produits pétroliers sur les cours internationaux a été prise il y a plusieurs mois, mais son entrée en vigueur n'a eu lieu que jeudi 9 février 2006. Pourquoi ce retard ?
Rachid Talbi Alami : Le gouvernement a décidé, il y a plusieurs mois, de remettre en application le système d'indexation pour certains produits pétroliers. C'est une décision qui avait besoin d'une mûre réflexion. La commission interministérielle chargée de la révision des prix s'est réunie à plusieurs reprises, avec pour objectif de procéder à une indexation qui ne menacerait pas l'équilibre de l'économie marocaine. Il fallait étudier tous les tenants et les aboutissants de cette décision collégiale à laquelle ont été associés les ministères de l'Intérieur, des Finances, de l'Energie et des Mines. Le Premier ministre a voulu, par la suite, associer les départements de l'Agriculture et des Transports, puisqu'ils sont très touchés par les fluctuations des prix des produits pétroliers. Et ce n'est que lors de la réunion du mercredi 8 février que le gouvernement a décidé de remettre en application le système d'indexation pour certains produits pétroliers, trois sur un total de cinq, à savoir l'essence super, le gasoil 350 et le fuel industriel. Les autres produits restent soumis au système de compensation.
Sur quelle base s'est effectué le choix de ces produits ?
Ce ne sont pas des produits pétroliers qui concernent l'ensemble de la population ni la grande consommation. L'impact de l'indexation ne sera donc pas grand sur le pouvoir d'achat des Marocains. A titre d'exemple, le gasoil normal, qui représente 47 % de la consommation nationale en produits pétroliers, et le pétrole lampant ne seront pas soumis au système d'indexation. Les travaux de la commission interministérielle et sa décision se sont basés sur trois considérations : le pouvoir d'achat de la population, l'approvisionnement du marché national et l'équilibre budgétaire de la Caisse de compensation.
Quel sera le manque à gagner pour le budget de l'Etat ?
Difficile de le quantifier, tant que les cours du pétrole sont en perpétuelles fluctuations sur les marchés mondiaux. Le budget de la Caisse de compensation pour 2006 est de l'ordre de 12 milliards DH, pour l'ensemble de ces produits. En 2005, les produits pétroliers ont dévoré près des deux tiers de ce budget.
Il était impensable que l'Etat continue à réserver des sommes colossales à cette compensation. Le seul budget débloqué concerne la liquidation des arriérés des pétroliers qui, à fin 2005, était de l'ordre de 4,7 milliards DH. En outre, davantage d'arriérés compliqueraient la situation du marché et mettraient en péril l'équilibre de son approvisionnement.
La variation des prix se fera-t-elle également dans le sens contraire, celui de la baisse ?
En effet, qui dit indexation dit variation des prix à la hausse comme à la baisse. Pour vous situer dans le contexte de cette mesure, le système d'indexation consiste à répercuter sur les prix de vente, à la hausse ou à la baisse, les fluctuations des prix internationaux. Actuellement, les cours du pétrole sur le marché international se situent au niveau des 63-64 dollars le baril. C'est ce qui a justifié la hausse des prix. Si dans les mois qui viennent, les prix baissent, les prix à la pompe baisseront aussi. Et pour éviter un cafouillis dans ce changement continu de prix, le gouvernement a décidé l'indexation si la variation dépasse les 2 % du prix initial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.