Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales : Un bilan conséquent et des projets prometteurs en 2021    Liban: Saad Hariri annonce la "suspension" de son travail politique    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Maroc – Malawi : Achraf Hakimi présent pour les derniers réglages    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Environnement: HIT RADIO et l'UE récompensent les meilleurs projets (VIDEO)    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Turquie: l'aéroport d'Istanbul paralysé par la neige    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Passe Vaccinal : Entrée en vigueur dès ce lundi en France    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Driss Basri, l'«homme d'Etat» en exil
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 03 - 2006

Driss Basri vit, depuis plus de deux ans, en exil à Paris. Celui qui se considère toujours comme un «homme d'Etat» veille à s'afficher avec une grande assiduité.
À 68 ans, Driss Basri est actuellement en exil à Paris, où il s'est installé depuis janvier 2004. Il vit au quartier de La Muette, dans le très chic 16ème arrondissement.
Pour occuper ses journées, Driss Basri lit les journaux, regarde la télévision, téléphone souvent, se promène régulièrement et joue au golf à Saint-Germain-en-Laye. Driss Basri est loin de mener une vie de reclus. Même s'il ne se montre que rarement, dans quelques événements politico-mondains notamment, il veille à s'afficher le plus souvent en public, en fréquentant avec assiduité les grands restaurants parisiens.
Driss Basri s'affiche par ailleurs à travers les médias. Il se déchaîne en effet, depuis près de deux années, dans divers supports médiatiques. Chaînes de télévision arabes, journaux espagnols et algériens, radios internationales, périodiques marocains.
L'ex-ministre d'Etat à l'Intérieur ne cesse de clamer haut et fort qu'il n'a absolument rien à se reprocher en ce qui concerne les violations des droits de l'Homme et la répression violente de l'opposition qui ont été commis durant les trois décennies qu'il a passées à la tête du ministère de l'Intérieur. Après avoir été longtemps l'homme fort de l'Intérieur, Driss Basri est finalement réduit à ruminer son passé, jusqu'à développer un véritable sentiment de persécution. Rien de plus normal pour ce fils de Settat qui a intégré la Sûreté nationale en 1958 et dont le parcours fut pour le moins « exceptionnel ».
Driss Basri a obtenu sa licence en droit en 1968 et, parallèlement, il a poursuivi sa carrière au sein de la police : officier, puis commissaire. En 1971, Driss Basri intègre le cabinet du ministre de l'Intérieur et gravit vite les échelons. Une année plus tard, il est nommé directeur des affaires générales au ministère de l'Intérieur, puis directeur de la DST. En 1974, il est nommé secrétaire d'État à l'Intérieur.
Dès 1979, il occupe le poste de ministre, puis de ministre d'État à l'Intérieur (poste cumulé de 1985 à 1995 avec celui de ministre de l'Information). Plus d'un quart de siècle plus tard, la carrière de celui qui s'est toujours proclamé «homme d'Etat» prend fin. Le 9 novembre 1999, soit trois mois après son intronisation, SM le Roi Mohammed VI l'a limogé. Une décision qui a été unanimement saluée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.