Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales : Un bilan conséquent et des projets prometteurs en 2021    Liban: Saad Hariri annonce la "suspension" de son travail politique    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Maroc – Malawi : Achraf Hakimi présent pour les derniers réglages    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Environnement: HIT RADIO et l'UE récompensent les meilleurs projets (VIDEO)    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Turquie: l'aéroport d'Istanbul paralysé par la neige    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Passe Vaccinal : Entrée en vigueur dès ce lundi en France    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le PJD minimise ses capacités électorales
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 04 - 2006

Près d'un mois après la publication du sondage de l'IRI, le PJD revoit ses ambitions à la baisse. Ses leaders se démènent pour exclure un raz-de-marée islamiste en 2007. Un gouvernement PJD ? Abdellah Baha en doute fort.
Il est difficile d'affirmer que le PJD (Parti de la Justice et du Développement) puisse être l'auteur d'un raz-de-marée lors des élections législatives de 2007 et cela semble encore improbable d'avoir un Premier ministre islamiste après cette échéance. C'est ce que l'on peut tirer de l'entretien accordé, jeudi 13 avril 2006, à la publication officieuse du PJD (Attajdid) par le député islamiste Abdellah Baha, bras droit de Saâd Eddine El Othmani.
Pour le vice-secrétaire général du PJD, les projecteurs sont braqués sur le parti islamiste à cause des défaillances des autres formations partisanes qui meublent et qui ont longtemps meublé le paysage politique national.
Le PJD se fait peur. Mais les attentes des citoyens, affirme le deuxième responsable de ce parti, lui font peur également. "Nous ne cherchons pas à vendre des illusions. Les attentes des citoyens n'ont pas trouvé réponse chez sept partis formant le gouvernement et elles dépassent ce que pourrait supporter une seule formation politique y compris le PJD", affirme Abdellah Baha. On pourrait lire ces précisions comme un appel aux électeurs potentiels du PJD à ne pas trop exagérer l'utilité du parti islamiste si toutefois il arrive aux affaires. Baha explicite encore plus son propos quand il affirme que le rôle d'opposition de son parti cristallise, en quelque sorte, ces attentes, surtout que le PJD n'a pas eu de véritable expérience en matière de gestion si ce n'est celles, "réussies et encourageantes", à la tête de quelques communes. "Notre parti est pleinement conscient de ses moyens, de ses capacités et de l'étape qu'il atteinte dans son évolution politique. (...) Toute prétention à détenir des solutions prêtes et extraordinaires renferme beaucoup d'exagération", précise le chef en second du parti islamiste. Selon Abdellah Baha, il faut aller au-delà des sondages et des clivages partisans pour servir un unique objectif : l'intérêt général de la Nation.
C'est l'occasion aussi pour Abdellah Baha de s'en prendre à ceux qui avaient profité du sondage de l'IRI pour s'attaquer au PJD, une catégorie que le vice-secrétaire général du PJD qualifie d'"éradicateurs", terme à la mode chez les islamistes depuis le 16 mai 2003.
Le PJD minimise ainsi les résultats du sondage de l'IRI le donnant largement vainqueur aux élections législatives si ces dernières arrivaient à être organisées maintenant. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que les responsables du PJD tiennent ce discours. Dans un précédent entretien de Saâd Eddine El Othmani à un hebdomadaire casablancais, ce dernier affirmait qu'"on a amplifié ce résultat qui ne veut rien dire sur le terrain". Le patron du PJD y déclare également que son parti n'est pas seul dans le paysage politique à être capable de mobilisation. Cela n'empêche pas le PJD de rejouer sur la corde de la moralisation, le respect de la démocratie et de la volonté des électeurs.
En relation avec ledit sondage, Baha affirme que faire le lien entre ce dernier et la visite programmée aux Etats-Unis n'est que le fruit d'analyses superficielles et hâtives avant de rappeler tous les griefs que formule son parti à l'encontre de l'administration américaine.
En mars dernier, l'IRI (Institut républicain international), que préside le sénateur John McCain, avait publié un sondage attribuant 47 % des voix aux élus PJD si le scrutin se tient avant 2007, contre 17 % pour les socialistes de l'USFP et 12 % pour le Parti de l'Istiqlal. C'est le résultat, pour nuancer, des réponses recueillies auprès des "indécis" qui représentent 78 % des 1.500 personnes sondées. Vote-sanction ? Tout porte à dire qu'il en sera question lors des législatives de 2007. Toutefois, il faudra attendre l'adoption de la nouvelle loi électorale et la fin des tractations entre divers partis politiques concernant les alliances possibles et envisageables. Car, comme dirait Abdelouahed Radi, en politique, rien n'est impossible. Le PJD, lui, semble penser au faisable dans un accès de soudaine lucidité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.