Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    CAN 2021: le sélectionneur du Ghana licencié    Halilhodzic: « Le tirage aurait pu être pire » (VIDEO)    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    OMS :Un tiers de la population mondiale n'a pas accès à une cuisine propre    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Matières premières : une stabilisation des cours prévue en 2022    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Le temps qu'il fera ce samedi 22 janvier 2022    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie : la fonction publique paralysée
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 05 - 2006

La pression syndicale monte en Algérie où la fonction publique a été paralysée hier par une grève générale. Parmi les revendications, l'augmentation des salaires, mais aussi le respect du droit syndical.
En Algérie, le conflit entre le gouvernement, qui continue à jouer le sourd-muet, et le front syndical, qui refuse de céder, ressemble de plus en plus à une guerre sans fin. Hier, mardi 9 mai 2006, les syndicats sont montés d'un cran en appelant à une grève générale au sein de la fonction publique. Leurs principales revendications : l'augmentation des salaires, le respect du droit syndical et la révision du statut de la fonction publique.
« Devant le mutisme et l'indifférence affichés par le pouvoir public à l'égard des doléances des personnels de la Fonction publique et la fermeture de toutes les issues quant à un dialogue serein et constructif, l'intersyndicale appelle tous les travailleurs à se mobiliser pour exiger la satisfaction de leurs droits légitimes », affirme un communiqué des syndicats relayé par la presse algérienne. Il s'agit, d'après les syndicats, d'une première action d'un mouvement de protestation contre les conditions socioprofessionnelles jugées «précaires». La grève a été décidée par neuf syndicats autonomes s'activant au sein d'une coordination intersyndicale pour faire valoir leurs droits en tant que syndicats représentatifs. Ces syndicats contestent par la même «le monopole» de la représentativité syndicale conférée à l'Union générale des travailleurs d'Algérie (UGTA) soupçonnée d'être inféodée aux pouvoirs publics.
Les représentants de cette coordination intersyndicale (entre autres, le Syndicat autonome des personnels de l'administration publique, le conseil national autonome des professeurs de l'éducation et de la formation, le conseil national des enseignants du supérieur), ont souligné que le débrayage reste la seule voie pour faire entendre leurs doléances face au refus de dialogue opposé par les pouvoirs publics. Le gouvernement renvoie les protagonistes à la réunion tripartite, groupant l'administration, le patronat et l'UGTA, qui doit avoir lieu en septembre, pour discuter notamment de l'augmentation des salaires. Mais, les syndicats autonomes ne fondent pas d'espoirs démesurés sur cette prochaine rencontre, vu les résultats décevants des précédentes rencontres, l'UGTA se démontrant satisfaite, estiment-ils, d'un rôle très accommodant pour le gouvernement.
Ils appellent le gouvernement à accepter une réunion bipartite avec les syndicats autonomes pour un débat sur les questions qui préoccupent les travailleurs. Les personnels de l'administration publique se plaignent de la modicité de leurs salaires qui n'ont pas connu de valorisation depuis une longue période, malgré le renflouement des caisses de l'Etat à cause de l'augmentation des prix du pétrole. Le salaire national minimum garanti demeure fixé à 10.000 dinars (environ 100 euros). Le gouvernement s'est montré, à maintes reprises, réticent à toute augmentation de salaires, qui, selon lui, affecterait les équilibres financiers du pays, en l'absence d'une productivité conséquente des secteurs hors hydrocarbures.
Augmentation des salaires : le casse-tête
Quand le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, annonce une augmentation des salaires, le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem affirme que cette décision n'engage pas le gouvernement. Face aux déclarations contradictoires qui ne cessent de se multiplier, les Algériens ne savent plus à quel saint se vouer.
Pour les partis du FLN et du MSP et les organisations patronales, pas question d'augmenter les salaires. Le chef du gouvernement voit, lui, l'augmentation comme un éventuel issue. Au lieu de trancher, le président algérien, Abdelaziz Bouteflika laisse planer le doute. Alors que c'est lui qui détient toutes les cartes en main.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.