Algérie: Multiplication des emprisonnements de journalistes    Une nouvelle agence ANAPEC à l'Université Hassan II de Casablanca    Compensation: La charge décroche de 12%    La CGEM propose la création d'un "Label santé"    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    Covid-19-Cas suspects: des centres de santé dans les quartiers    Migration illégale: Interpellations à Tan-Tan    Transformation digitale : la CDG passe à la vitesse supérieure    Covid-19 : Pourquoi le vaccin russe a déclenché autant d'animosité en Occident ?    Ciments Modernes étend son voile en Cote d'Ivoire avec une nouvelle cimenterie    US Round Up du mercredi 12 août – Kamala Harris, Bill de Blasio, Restaurants/Bars    Coronavirus: nouveau record au Maroc avec 1499 nouveaux cas    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.499 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 36.694 cas cumulés, mercredi 12 août à 18 heures    Ecoles privées et parents d'élèves : La confrontation reprend de plus belle    Champions League: heure, chaines...le programme des matchs (quarts de finale)    Un camion dérape, le chauffeur légèrement blessé    Situation épidémiologique au Maroc : Les indicateurs s'affolent !    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Ali Yata, il y a 23 ans ...    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Coronavirus: l'artiste Abderrazak Baba est décédé à Marrakech    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Benchaâboun : 45 milliards de dirhams alloués au Fonds d'investissement stratégique    Absence de mesures de sécurité sanitaire    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Que vive le Liban des lumières !    «Ne touche pas à mon patrimoine»    Botola: résultats et classement de la 21e journée    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Le Bayern part favori face au Barça    Europa League : United et l'Inter au denier carré    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Entre Brad Pitt et Angelina Jolie, c'est à nouveau la guerre    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un sadique sodomite à Safi
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 05 - 2006

A Safi, Anouar, ferrailleur de son état, a abusé sexuellement d'un homme. Il lui a ôté ses vêtements, lui a ligoté les mains et les pieds avec deux cordes avant de le sodomiser.
Jrifate est l'un des principaux quartiers de Safi. En compagnie de sa petite famille, Mohamed. S, y demeure depuis belle lurette. Ce maçon d'une trentaine d'années, jouissant d'une bonne réputation, n'y passait pas beaucoup de temps. Car, il est absorbé toute la journée par son travail. Il sortait de chez lui le matin et n'y retournait qu'une fois la nuit tombée. Il n'avait même pas le temps pour converser et bavarder avec ses amis du quartier en sirotant des verres de thé dans un café de la ville. Rares sont les moments qu'il passe en compagnie de ses voisins.
« Ah ! ça va ? Je t'ai cherché depuis plus d'un mois, j'ai cru que tu as déménagé », lui a lancé un jour Anouar. B.
Anouar est un ferrailleur qui dispose d'un local situé non loin de la prison civile de Safi où il vend surtout les pièces détachées des voitures. En fait, il s'agit d'un père de famille irréprochable. Tout le monde le respecte et l'apprécie. Il connaît depuis longtemps Mohamed. Il n'a jamais eu de problème avec lui. Ils se respectent mutuellement.
« Ça va, je suis très occupé », lui répond Mohamed qui vient de rentrer au café du quartier et de commander du thé.
En sirotant leurs verres de thé, Mohamed et Anouar se sont engagés dans une conversation. Au bout d'une heure, ils ont parlé de tout et de rien. Et lorsque Mohamed s'est apprêté à partir, Anouar l'a sollicité de rester encore quelques minutes. Mohamed ignorait la raison. Et puisqu'il n'a pas d'autre occupation, il a décidé de rester quelques minutes de plus avant de rentrer chez lui. En principe, il ne reste pas à l'extérieur de sa maison au-delà de 21 heures. « Je veux que tu me rejoignes demain si tu n'as pas de travail pour faire du bricolage dans mon local», lui demande Anouar.
Mohamed qui vient de terminer sa tâche dans un chantier de construction n'avait pas de travail pour le lendemain. Il a alors accepté l'offre de son ami.
Ce dernier lui a remis aussitôt un billet de cinquante dirhams avant de payer les consommations. Plein de joie, Mohamed est rentré chez lui. Comme à l'accoutumée, il s'est réveillé tôt le lendemain et a pris son matériel de travail pour rejoindre son ami vers 8 h 30. Il lance un salamalec à Anouar qui prenait son petit-déjeuner.
Celui-ci lui a indiqué les coins du local à réparer et il lui a remis une somme d'argent pour acheter du ciment. 19 h a sonné. Mohamed est encore au travail. Vers 21 h, il a décidé de partir afin de reprendre le lendemain le travail.
« Il fait déjà nuit et je suis fatigué. Je reviendrai le lendemain pour achever le travail », dit-il à Anouar. Seulement, ce dernier a refusé. Il lui a demandé d'achever son travail la nuit même. Lorsque Mohamed a tenté de lui expliquer, il ne voulait plus l'entendre. « Non, je ne veux rien entendre, continue ton travail », lui dit-il. Mohamed a refusé. Anouar a insisté. Une violente dispute a éclaté entre les deux hommes.
Étrange ! Anouar s'est transformé en un monstre. Il a poussé violemment Mohamed à l'intérieur du local, lui a donné deux ou trois coups de poing. Mohamed n'a pas pu se défendre. Anouar a fermé les portes, a continué à le frapper jusqu'à l'évanouissement.
Un moment plus tard, Anouar lui a ôté ses vêtements, lui a ligoté les mains et les pieds avec deux cordes avant de le sodomiser.
Enfin, il a mis le feu à ses vêtements avant de l'abandonner. Ce n'est que vers l'aube que Mohamed est arrivé à se libérer des deux cordes, à défoncer la porte pour sortir tout nu. Il s'est précipité vers une pharmacie de nuit où il perd connaissance. Alertée, la police s'est dépêchée sur le lieu pour diligenter une enquête. Mohamed a été évacué vers l'hôpital Mohammed V pour subir les soins nécessaires. Anouar était en train de prendre son petit-déjeuner au moment où les policiers sont arrivés pour l'arrêter. Il faisait comme si rien ne s'était passé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.