Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    El Mouloudi Benhammane, président de la FNBTP    L'Europe doit devenir une puissance climatique mondiale    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Scolarité des enfants : les conséquences de la pandémie relevées par la Fondation IPSOS    Hassan Baraka réalise une nage de 1.600 mètres en eau glacée    Le silence, quels bénéfices pour la santé ?    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Compteur coronavirus : 520 cas testés positifs et 22 décès en 24H    Une Marocaine tente de voyager avec un test falsifié    Calcio : L'AC Milan, championne d'hiver    Communication de marque : ce que cache le changement de logo des constructeurs    Mohamed Ayouch, le chanteur qui détricote les mensonges du Polisario    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    L'AMMC dévoile ses actions prioritaires pour 2021    Le Maroc se contente du nul face au Rwanda    L'UFC vire Azaitar!    En Nesyri surclasse Messi et Suarez    Ovnis : la CIA lève le voile sur ses dossiers secrets désormais librement disponibles au téléchargement    Céréaculture: Le baromètre de la réussite de la saison agricole    Bir Gandouz et El Guerguarat auront bientôt des zones de distribution et de commerce    Confessions dominicales : Un Président inapte et retour en force du «chibanisme»    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le dossier iranien au menu du premier contact entre l'Administration Biden avec Israël    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Moncef Slaoui : « la lenteur et la confusion autour du déploiement des vaccins ont frustré des millions de personnes dans le monde »    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    USA : Deb Haaland, une amérindienne ministre de l'Intérieur    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020    UNESCO et UE : Main dans la main pour lutter contre les contenus haineux sur Internet    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un sadique sodomite à Safi
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 05 - 2006

A Safi, Anouar, ferrailleur de son état, a abusé sexuellement d'un homme. Il lui a ôté ses vêtements, lui a ligoté les mains et les pieds avec deux cordes avant de le sodomiser.
Jrifate est l'un des principaux quartiers de Safi. En compagnie de sa petite famille, Mohamed. S, y demeure depuis belle lurette. Ce maçon d'une trentaine d'années, jouissant d'une bonne réputation, n'y passait pas beaucoup de temps. Car, il est absorbé toute la journée par son travail. Il sortait de chez lui le matin et n'y retournait qu'une fois la nuit tombée. Il n'avait même pas le temps pour converser et bavarder avec ses amis du quartier en sirotant des verres de thé dans un café de la ville. Rares sont les moments qu'il passe en compagnie de ses voisins.
« Ah ! ça va ? Je t'ai cherché depuis plus d'un mois, j'ai cru que tu as déménagé », lui a lancé un jour Anouar. B.
Anouar est un ferrailleur qui dispose d'un local situé non loin de la prison civile de Safi où il vend surtout les pièces détachées des voitures. En fait, il s'agit d'un père de famille irréprochable. Tout le monde le respecte et l'apprécie. Il connaît depuis longtemps Mohamed. Il n'a jamais eu de problème avec lui. Ils se respectent mutuellement.
« Ça va, je suis très occupé », lui répond Mohamed qui vient de rentrer au café du quartier et de commander du thé.
En sirotant leurs verres de thé, Mohamed et Anouar se sont engagés dans une conversation. Au bout d'une heure, ils ont parlé de tout et de rien. Et lorsque Mohamed s'est apprêté à partir, Anouar l'a sollicité de rester encore quelques minutes. Mohamed ignorait la raison. Et puisqu'il n'a pas d'autre occupation, il a décidé de rester quelques minutes de plus avant de rentrer chez lui. En principe, il ne reste pas à l'extérieur de sa maison au-delà de 21 heures. « Je veux que tu me rejoignes demain si tu n'as pas de travail pour faire du bricolage dans mon local», lui demande Anouar.
Mohamed qui vient de terminer sa tâche dans un chantier de construction n'avait pas de travail pour le lendemain. Il a alors accepté l'offre de son ami.
Ce dernier lui a remis aussitôt un billet de cinquante dirhams avant de payer les consommations. Plein de joie, Mohamed est rentré chez lui. Comme à l'accoutumée, il s'est réveillé tôt le lendemain et a pris son matériel de travail pour rejoindre son ami vers 8 h 30. Il lance un salamalec à Anouar qui prenait son petit-déjeuner.
Celui-ci lui a indiqué les coins du local à réparer et il lui a remis une somme d'argent pour acheter du ciment. 19 h a sonné. Mohamed est encore au travail. Vers 21 h, il a décidé de partir afin de reprendre le lendemain le travail.
« Il fait déjà nuit et je suis fatigué. Je reviendrai le lendemain pour achever le travail », dit-il à Anouar. Seulement, ce dernier a refusé. Il lui a demandé d'achever son travail la nuit même. Lorsque Mohamed a tenté de lui expliquer, il ne voulait plus l'entendre. « Non, je ne veux rien entendre, continue ton travail », lui dit-il. Mohamed a refusé. Anouar a insisté. Une violente dispute a éclaté entre les deux hommes.
Étrange ! Anouar s'est transformé en un monstre. Il a poussé violemment Mohamed à l'intérieur du local, lui a donné deux ou trois coups de poing. Mohamed n'a pas pu se défendre. Anouar a fermé les portes, a continué à le frapper jusqu'à l'évanouissement.
Un moment plus tard, Anouar lui a ôté ses vêtements, lui a ligoté les mains et les pieds avec deux cordes avant de le sodomiser.
Enfin, il a mis le feu à ses vêtements avant de l'abandonner. Ce n'est que vers l'aube que Mohamed est arrivé à se libérer des deux cordes, à défoncer la porte pour sortir tout nu. Il s'est précipité vers une pharmacie de nuit où il perd connaissance. Alertée, la police s'est dépêchée sur le lieu pour diligenter une enquête. Mohamed a été évacué vers l'hôpital Mohammed V pour subir les soins nécessaires. Anouar était en train de prendre son petit-déjeuner au moment où les policiers sont arrivés pour l'arrêter. Il faisait comme si rien ne s'était passé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.