Mauritanie: L'opposition conteste la victoire d'El Ghazouani    Encore une cellule terroriste démantelée    Eco-Médias remporte la Supradyn Cup    Enseignement: Les élèves condamnés à subir leur héritage social    MRE: Benatiq décline le dispositif 2019    L'université de Casablanca accélère son projet numérique    Musiques sacrées du monde: Bilan «très positif» pour la 25e édition    Mawazine: Une pluie de stars    Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Session de formation sur la démocratie participative    La communication publique stratégique : Une légitimation organisationnelle des réformes    Le Onze national poursuit sa préparation au grand complet    Atal, Monsieur "je donne tout"    Le Cameroun confirme et le Ghana rate son entrée    Insolite : Pirates informatiques    Bonne tenue de l'activité du secteur de la pêche    Rencontre entre la direction du parti et des acteurs associatifs, de différents horizons    Docteur Chafik Chraïbi, président de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin    Alzheimer La faute à la circulation sanguine ?    Baccalauréat 2019 : La meilleure note au niveau national enregistrée dans la région de Rabat-Salé-Kénitra    Bouillon de culture    Nucléaire, Golfe : L'Iran semble jouer l'apaisement    Avec ses cours de robotique, l'Arménie rêve d'un "futur hautement technologique"    Deux jours de fête sous le thème "La chanson marocaine, une expression esthétique et une identité"    Pour un développement de la culture de cinéma    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Le mal de maire!    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    SM LE ROI NOMME DE NOUVEAUX AMBASSADEURS : LA LISTE COMPLÈTE AVEC YOUSSEF AMRANI POUR UNE MISSION PRECISE    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Propreté à Casablanca : Ce qui va changer    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    ONMT. Que s'est-il passé lors du dernier Conseil d'administration ?    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rentrée littéraire : 40 livres prévus
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 30 - 08 - 2006

La rentrée littéraire est prévue pour octobre 2006. Une quarantaine de titres d'auteurs marocains sont attendus.
Les éditeurs marocains ont un mois pour préparer leur rentrée littéraire. Une rentrée qui, contrairement à celle de la France, commence à partir d'octobre. C'est-à-dire une fois que les libraires écoulent leurs stocks de livres scolaires.
Les directeurs de maisons d'édition sont unanimes à déclarer que la rentrée scolaire focalise tous leurs efforts durant le mois de septembre. «C'est à cause de la rentrée scolaire que nous évitons de mettre nos nouvelles parutions en librairie durant le mois de septembre», explique Leïla Chaouni, directrice de la maison d'édition « Le Fennec ». Son avis est partagé par le patron d'Eddif. Selon Abdelkader Retnani, «La rentrée littéraire au Maroc ne commence qu'une fois la rentrée scolaire achevée.
Ce n'est donc qu'à partir d'octobre qu'il y aura de nouvelles parutions». Ce retard rallonge le délai des éditeurs. Ils ont plus de temps pour organiser la sortie de leurs nouvelles parutions. Les quelques maisons d'édition existantes, une dizaine, ont déjà sélectionné les ouvrages qu'ils mettront sur les rayons des différentes librairies du Maroc. Pour certaines d'entre elles, la mise en place commence dès la première semaine d'octobre et pour d'autres, elle se fera vers la fin du même mois.
Chez Eddif, ce sont les romans historiques qui se tailleront la part du lion avec la sortie, entres autres, du roman «Le jardin andalou» d'Ahmed Tazi et «Si Mogador m'était contée» de Hamza Othmani.
Cette même maison d'édition prépare la sortie d'un ouvrage pour jeunes d'Assia Mseffer intitulé «Civisme et éveil des jeunes».
Dans la catégorie Beaux livres, les lecteurs pourront retrouver «Le cèdre de l'Atlas» édité par «la Croisée des chemins» et préfacé par SAR la Princesse Lalla Hasna et le Prince Laurent de Belgique. «Cet ouvrage est réalisé par un groupe d'ingénieurs de l'Institut agronomique de Rabat», précise son éditeur Abdelkader Retnani.
Chez Tarek Editions, la nouveauté, c'est «Le grand frère des banlieues» qui raconte, selon Marie Louise Belarbi, directrice de TE et de la maison «Afrique Orient», «l'histoire du champion du monde de full-contact Abel El Quandili telle que narrée par Hafid Hamdani».
El Quandili qui réside en France viendra au Maroc en octobre pour fêter son cinquantième anniversaire, une date qui coïncidera avec la sortie de son livre. Côté récits politiques, Tarek Editions va publier le livre «Sortir de prison, une autre alternative à la prison» du journaliste tunisien Ahmed Othmani décédé récemment.
D'autres ouvrages seront réédités. C'est le cas du récit « A l'ombre de Lalla Chafia» de Driss Bouissef publié en arabe par Tarek Editions. Suite au succès de la version originale, cette maison d'édition a décidé de le faire traduire en Français.
«Cet ouvrage s'est bien vendu, et les lecteurs en redemandent, ce qui nous a encouragés à le rééditer», indique Mme Belarbi. Se trouve également dans le même cas le roman «le Rouge du tarbouche» de Abdellah Taïa.
A noter enfin que la maison d'édition Marsam, portée le plus souvent sur les ouvrages pour enfants, prévoit la sortie des livres «Les portes du succès » de Abdelkrim Reddadi, «Dalal, mon amour» de Jean-Pierre Koeffel et «Les conspirateurs sont parmi nous» de Touria Ouerehri.
En tout, le nombre des nouvelles parutions des auteurs marocains ne dépassera pas la quarantaine de titres. Rien à voir donc avec les 683 ouvrages prévus pour la rentrée littéraire en France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.