Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales : Un bilan conséquent et des projets prometteurs en 2021    Liban: Saad Hariri annonce la "suspension" de son travail politique    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Maroc – Malawi : Achraf Hakimi présent pour les derniers réglages    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Environnement: HIT RADIO et l'UE récompensent les meilleurs projets (VIDEO)    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Turquie: l'aéroport d'Istanbul paralysé par la neige    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Passe Vaccinal : Entrée en vigueur dès ce lundi en France    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le bras de fer entre Abbas et le Hamas
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 10 - 2006

En usant de ses talents de politicien, le président Mahmoud Abbas n'a pas ménagé ses efforts pour sortir l'Autorité palestinienne de la plus grave crise financière de son Histoire. Mais le Hamas reste intraitable.
Nul ne peut nier la gravité de la situation que connaissent les territoires sous Autorité palestinienne. Le gel des aides occidentales octroyées au gouvernement palestinien a eu un effet de boule-de-neige. En Palestine, l'avalanche a donné le coup de grâce à une économie déjà mise à mal. Plusieurs ONG avaient tiré la sonnette d'alarme évoquant une catastrophe humanitaire. Dans la bande de Gaza, la dégradation de la vie s'accélère avec le siège imposé par l'occupant israélien. Que faire pour mettre fin au mal que vivent actuellement les Palestiniens ? Cela fait des mois que le président palestinien, Mahmoud Abbas, cherche une réponse.
Il a tenté en vain de désamorcer cette crise causée par les positions d'un mouvement islamiste à tendances suicidaires. Aveuglés par leur orgueil, les dirigeants du Hamas restent intransigeants et refusent même de couper la poire en deux. Pour eux, il est hors de question de reconnaître l'Etat d'Israël, même implicitement.
Le chef de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a multiplié les manœuvres qui furent toutes avortées par le mouvement islamiste. Car les amis d'Ismail Haniyeh sont convaincus par l'idée que le président Abbas s'allie avec les occidentaux pour renverser leur gouvernement élu démocratiquement. La fameuse théorie du complot !
Le ministre palestinien de l'Intérieur, Saïd Seyam, a d'ailleurs qualifié la tenue d'un référendum, une proposition avancée par Mahmoud Abbas, d'un coup d'Etat.
«Le référendum, en soi, serait un coup porté à la légitimité accordée à ce gouvernement par les élections législatives palestiniennes de janvier», a déclaré le ministre.
La situation se résume donc en un mot : légitimité. Le président palestinien l'avait déjà compris avant même l'enlèvement du soldat israélien Gilad Shalit. Le document rédigé par les détenus palestiniens devait en principe servir de base de tout accord entre le parti présidentiel, Fatah et le Hamas.
Le texte élaboré par des responsables palestiniens qui purgent des peines de prison en Israël avait quand même du poids. En Palestine, ces détenus sont très respectés et leur opinion compte.
Mahmoud Abbas avait renforcé sa légitimité avec le «document des prisonniers» approuvé en juin par la formation radicale moyennant quelques amendements. Mais après les déclarations émanant du Fatah et selon lesquelles le mouvement Hamas aurait reconnu implicitement l'Etat hébreu, les islamistes ont refait marche arrière.
Le même scénario s'est produit lorsque après des semaines de négociations, Mahmoud Abbas avait cru à un début de dénouement de la crise avant qu'Ismaël Haniyeh réaffirme que son gouvernement ne reconnaîtrait jamais Israël.
Pour lui comme pour la majorité des dirigeants du Hamas, la situation est simple : «on y est, on y reste». Ils se disent élus démocratiquement et donc rien ne leur fera quitter le pouvoir. Le peuple palestinien souffre le martyre. Et Israël profite de la situation pour étouffer davantage l'autorité palestinienne. Mais le Hamas continue à jouer au sourd-muet.
Efforts diplomatiques, grèves de fonctionnaires, protestations des citoyens… rien de cela n'a pu faire changer d'avis aux islamistes. Ils sont même contre l'idée d'élections anticipées. Visiblement, le Hamas a sa propre vision de la démocratie !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.