Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fès : la faculté de droit en ébullition
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 12 - 2006

Emmenés par les militants islamistes de l'UNEM associés à une poignée de gauchistes radicaux, les étudiants de la Faculté de droit de Fès poursuivent leur mouvement de protestation tous azimuts.
L'année universitaire 2006-2007 démarre mal pour les étudiants de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Fès. Ils entament leur troisième semaine de grève après une série d'arrêts des cours qui a commencé en octobre. Hier, la cour du 20 Janvier était le cadre d'un sit-in de protestation des nouveaux étudiants, qui dénoncent le système d'attribution des bourses. Une marche des étudiants de toutes les sections est également prévue aujourd'hui, toujours pour ce même sujet.
M. Farissi Serghini, doyen de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Fès estime pourtant que les inscriptions pour cette année se sont bien déroulées. «Nous avons même accordé deux possibilités supplémentaires de rattrapage pour ceux qui n'ont pas été inscrits. Les cours ont repris normalement, mais nous avons été surpris par l'affichage d'un avis par quelques étudiants d'Al Adl Wal Ihssan indiquant que tous les bacheliers sont autorisés à être inscrits pour cette année universitaire 2006-2007 quelle que soit l'année d'obtention de leur diplôme de baccalauréat. L'avis annonce aussi que le délai d'inscription n'est pas limité. Il faut savoir que la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Fès est la seule faculté qui est ouverte à tous les étudiants des différentes branches. Nous faisons de notre mieux pour permettre l'inscription des bacheliers des années 2004 et 2005. Mais nous ne pouvons pas faire plus, surtout qu'un nombre important des étudiants ne se présentent pas pendant les examens de fin d'années. Nous estimons que c'est du gaspillage aussi bien au niveau des fournitures administratives que des ressources humaines» explique –t-il.
La grève a été déclenchée par les étudiants d'Al Adl Wa Ihssan mais d'après des militants islamistes au sein de l'UNEM, ce sont les gauchistes radicaux qui dirigent maintenant les manifestations de protestation. Farissi Serghini apporte une précision qui ne confirme ni n'infirme cela. Il se contente de souligner que : «C'est une minorité de 15 étudiants qui sèment la terreur. Ils obligent les autres étudiants à quitter les amphithéâtres en les menaçant verbalement ou en faisant usage d'armes blanches. Jusque-là, les grèves ne dépassaient pas trois jours mais celle du 27 novembre touche à sa troisième semaine. Je ne cesse de recevoir les doléances des parents qui sont pour la reprise immédiate des études. 90 % des étudiants sont sérieux et assidus mais ils sont terrorisés et contraints de ne pas assister aux cours.», souligne-t-il avant d'ajouter qu'il reçoit les grévistes «presque chaque jour bien qu'ils sont le plus souvent impolis et irrespectueux mais leurs revendications dépassent l'imagination. En plus de ce que je viens d'évoquer, ils exigents l'accès sans sélection aux Masteres !»
Mohamed Elyoubi, militant de l'Union nationale des étudiants du Maroc (UNEM), considère que les responsables de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales ne sont pas coopératifs.
Mohamed Benmessaoud, secrétaire général de l'UNEM, s'emploie à son tour à justifier la mauvaise humeur des étudiants qui n'est nullement le fruit, selon lui, de l'embrigadement orchestré par la quinzaine de meneurs dénoncés par l'administration : «L'Assemblée générale des étudiants de la Faculté de droit de Fès, encadrée certes par nos soins, s'est prononcée démocratiquement pour la grève ouverte. Nous rejetons les accusations de violence portées contre les militants adlistes au sein de l'UNEM, cela ne fait pas partie de nos traditions ni de nos valeurs… »
Reste la réalité du climat de violence psychologique, voire physique sur le terrain, qui n'augure de rien de bien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.