Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Le Maroc contribue à l'effort mondial    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    Un danger permanent à Casablanca    Salafin : recul de 13% du PNB en 2020    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Collectivités Territoriales: Avec la nouvelle loi, la représentation féminine dépassera 25%    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Sociétés cotées : les secteurs de l'automobile et des télécoms enregistrent une appréciation relative de leurs revenus    10.000 hectares d'arganier à planter à l'horizon 2022    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    De fortes averses orageuses attendues mardi et mercredi    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    L'agriculture marocaine se remet du choc de la sécheresse    Des bus "made in Morocco" bientôt déployés en Afrique    La CGEM veut promouvoir la R&D, l'entrepreneuriat et la formation    Driouech et El Homrani, Catalans et Marocains    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    Visa For Music 2021 : L'appel à candidatures est lancé !    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Prolongement du couvre-feu: les propriétaires des cafés en colère    Maroc: les mesures restrictives seront-elles renforcées pendant Ramadan ?    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    L'Irak reçoit ses premières doses de vaccin anti-Covid    Elections : ça chauffe au parlement    Edito : Régions centralisées    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à trois de prison dont un an ferme    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    Le premier ambassadeur émirati en Israël est entré en fonction    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Une toile de Winston Churchill représentant la mosquée Koutoubia présentée aux enchères à Londres    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fès : la faculté de droit en ébullition
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 12 - 2006

Emmenés par les militants islamistes de l'UNEM associés à une poignée de gauchistes radicaux, les étudiants de la Faculté de droit de Fès poursuivent leur mouvement de protestation tous azimuts.
L'année universitaire 2006-2007 démarre mal pour les étudiants de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Fès. Ils entament leur troisième semaine de grève après une série d'arrêts des cours qui a commencé en octobre. Hier, la cour du 20 Janvier était le cadre d'un sit-in de protestation des nouveaux étudiants, qui dénoncent le système d'attribution des bourses. Une marche des étudiants de toutes les sections est également prévue aujourd'hui, toujours pour ce même sujet.
M. Farissi Serghini, doyen de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Fès estime pourtant que les inscriptions pour cette année se sont bien déroulées. «Nous avons même accordé deux possibilités supplémentaires de rattrapage pour ceux qui n'ont pas été inscrits. Les cours ont repris normalement, mais nous avons été surpris par l'affichage d'un avis par quelques étudiants d'Al Adl Wal Ihssan indiquant que tous les bacheliers sont autorisés à être inscrits pour cette année universitaire 2006-2007 quelle que soit l'année d'obtention de leur diplôme de baccalauréat. L'avis annonce aussi que le délai d'inscription n'est pas limité. Il faut savoir que la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Fès est la seule faculté qui est ouverte à tous les étudiants des différentes branches. Nous faisons de notre mieux pour permettre l'inscription des bacheliers des années 2004 et 2005. Mais nous ne pouvons pas faire plus, surtout qu'un nombre important des étudiants ne se présentent pas pendant les examens de fin d'années. Nous estimons que c'est du gaspillage aussi bien au niveau des fournitures administratives que des ressources humaines» explique –t-il.
La grève a été déclenchée par les étudiants d'Al Adl Wa Ihssan mais d'après des militants islamistes au sein de l'UNEM, ce sont les gauchistes radicaux qui dirigent maintenant les manifestations de protestation. Farissi Serghini apporte une précision qui ne confirme ni n'infirme cela. Il se contente de souligner que : «C'est une minorité de 15 étudiants qui sèment la terreur. Ils obligent les autres étudiants à quitter les amphithéâtres en les menaçant verbalement ou en faisant usage d'armes blanches. Jusque-là, les grèves ne dépassaient pas trois jours mais celle du 27 novembre touche à sa troisième semaine. Je ne cesse de recevoir les doléances des parents qui sont pour la reprise immédiate des études. 90 % des étudiants sont sérieux et assidus mais ils sont terrorisés et contraints de ne pas assister aux cours.», souligne-t-il avant d'ajouter qu'il reçoit les grévistes «presque chaque jour bien qu'ils sont le plus souvent impolis et irrespectueux mais leurs revendications dépassent l'imagination. En plus de ce que je viens d'évoquer, ils exigents l'accès sans sélection aux Masteres !»
Mohamed Elyoubi, militant de l'Union nationale des étudiants du Maroc (UNEM), considère que les responsables de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales ne sont pas coopératifs.
Mohamed Benmessaoud, secrétaire général de l'UNEM, s'emploie à son tour à justifier la mauvaise humeur des étudiants qui n'est nullement le fruit, selon lui, de l'embrigadement orchestré par la quinzaine de meneurs dénoncés par l'administration : «L'Assemblée générale des étudiants de la Faculté de droit de Fès, encadrée certes par nos soins, s'est prononcée démocratiquement pour la grève ouverte. Nous rejetons les accusations de violence portées contre les militants adlistes au sein de l'UNEM, cela ne fait pas partie de nos traditions ni de nos valeurs… »
Reste la réalité du climat de violence psychologique, voire physique sur le terrain, qui n'augure de rien de bien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.