Club Med et Madaëf investissent plus de 274 millions de dirhams en projets touristiques    Le PLF 2021 propose la création de près de 21.000 nouveaux postes    Météo: le temps prévu ce mardi au Maroc    Coopération sécuritaire: Rabat et Washington affichent leur volonté commune de renforcer leur partenariat stratégique    3ème session CAFRAD : Formation des élites de demain    Africa Security Forum : L'adéquation difficile entre climat, sécurité et population    Bilan quotidien: 2.117 nouveaux cas, dont 651 à Casa-Settat    PLF2021 : Voici l'intégralité des mesures approuvées en Conseil de gouvernement [Document]    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Stage des U20 à Maâmoura    L'Australie assène une claque au Polisario devant l'ONU    Installation des membres de la Commission régionale des droits de l'Homme dans l'Oriental    Interpellation de quatre individus à Dakhla    Agadir : Un premier groupe de touristes britanniques    Expulsion de 231 étrangers fichés pour radicalisation à caractère terroriste    El Otmani: « Des négociations en cours avec trois nouvelles sociétés pour un vaccin »    Examens de la 1ère année Bac: avis aux candidats qui s'étaient absentés    Usine de PSA au Maroc : Barid Al-Maghrib passe commande de 225 Citroën Ami    La Tunisienne des Arts et des Lettres    «Relégation logique, politique et sport ne vont pas de pair»    Casablanca: le Barcelo Anfa organise son premier Afterwork post-covid !    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    Coronavirus : Badr Hari testé positif    El Arabi signe un magnifique hat-trick !    Couvre-feu, cafés, commerces…le gouvernement prolonge les mesures à Casablanca    Mettre en place une véritable culture du don    Tannane voit rouge !    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Amina Agueznay, Joana Choumali et Ghizlane Sahli explorent le Jardin en soi    Les artistes de la halqa: les oubliés!    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    Alerte météo: fortes rafales de vent attendues au Maroc    Pêche. Le Brexit rapproche le Maroc et l'UE    Le Financial Times accorde une place importante à Tanger-Med    Notre jeunesse s'entre-tue…    Privé de revenus importants, Maroc Telecom s'adapte à la crise (Résultat)    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    La chanteuse Najat Atabou surprend ses fans (PHOTO)    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Festival d'El Gouna. « Mica » d'Ismail Ferroukhi sélectionné en compétition officielle    USFP. Le grand fleuve déborde à Marrakech    2021 l'année de tous les télescopages    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    Demi-finale de la Ligue des Champions / Raja-Zamalek (0-1) : L'arbitrage injustement décisif !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un vendredi par moi
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 12 - 2006

Pour notre part, nous sommes preneurs puisque nous avons été plus de deux cent cinquante intellectuels marocains à adresser aux intellectuels espagnols en juillet 2005 un appel les invitant à plus de conséquence et une mise en cohérence de leurs principes.
Bernabé Lopez Garcia est professeur d'études arabes et islamiques en Espagne. Il passe généralement pour un spécialiste du Maroc. Auteur d'ouvrages sur les relations entre Rabat et Madrid, il a une lecture globalement recevable des relations maroco-espagnoles à travers l'histoire. Il reste, naturellement, mais moins que d'autres bien sûr, captif des réminiscences qui commandent la perception qu'ont les uns des autres sur les deux rives de la Méditerranée occidentale. Sans rien oublier de ce soubassement, il a publié le 17 décembre sur les colonnes du quotidien «El Pais» une tribune qui laisse à la souveraineté marocaine sur le Sahara sa chance. Car, dit-il, «l'autogouvernement ne veut pas dire nécessairement l'indépendance.»
Cette vérité énoncée, l'universitaire espagnol souligne, même si c'est sur le ton interrogatif, que la présence de l'Algérie dans le dossier n'est pas étrangère à l'attractivité exercée par le Polisario sur une bonne partie de la gauche espagnole. Il assure, en le reprochant à ses concitoyens, que «l'apparition d'un parti nationaliste [le Polisario] ne fait pas de lui du jour au lendemain "le représentant unique et légitime" de tout un peuple.» Il affirme, enfin, non sans amertume, que la politique de distinction entre les Sahraouis, ceux du Polisario donc des Espagnols et «les autres» ne «les a pas aidés à construire un futur» ensemble. Plus loin il ajoute : «On n'a même pas travaillé pour maintenir l'enseignement de notre langue [l'espagnol en l'occurrence]. Avec la solidarité discriminatoire orientée vers l'une des parties, nous avons renforcé le dogme du parti unique, sans soutenir d'autres visions qui tendraient des ponts devant la réconciliation.»

De cette manière, Barnabé Lopez Garcia n'est pas loin de nos préoccupations. La tribune présente évidemment des idées à boire sans réticence, d'autres à ne pas gober, quelques-unes à discuter. Mais, et c'est son grand mérite, son auteur présente une offre nouvelle de débat minimal qui, pourtant, ne lui vaudra pas que des amitiés aussi bien à Alger que du côté des cercles espagnols à la marocophobie incurable.
Pour notre part, nous sommes preneurs puisque nous avons été plus de deux cent cinquante intellectuels marocains à adresser aux intellectuels espagnols en juillet 2005 un appel les invitant à plus de conséquence et une mise en cohérence de leurs principes. Nous avons considéré qu'il n'était pas admissible de combattre le séparatisme en Espagne et de le soutenir au Maroc. Qu'il n'était pas juste de dénoncer un prétendu fait colonial marocain au Sahara et valider, en une appréciation inique, le colonialisme espagnol en terre marocaine à Sebta et Mellilia. Qu'il n'était pas enfin logique de réduire une population séquestrée à la misère humaine par un soutien inconsidéré à un mouvement séparatiste illégitime. Nous avions ajouté que par milliers, d'authentiques Sahraouis ont fui souvent au risque de leur vie les camps de Tindouf. Parmi eux de nombreux militants de base mais aussi beaucoup de cadres et de responsables y compris des fondateurs historiques du mouvement. Prisonnière de la pensée unique qu'elle applique à la question, l'intelligentsia espagnole ne leur accorde aucun intérêt comme s'il suffisait qu'ils se libèrent de la grande supercherie de la libération pour qu'ils deviennent inaudibles.
Au lendemain de cet appel, Bernabé Lopez Garcia avait estimé, en substance, que Marocains et Espagnols avaient tout à gagner en discutant sereinement de ces questions. C'était le sens et l'essence même de notre appel. Nous sommes prêts et disposés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.