Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'honorable défaite de Ségolène Royal
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 05 - 2007

Il aura fallu beaucoup de maîtrise de soi à Ségolène Royal pour conserver son éternel sourire et son calme devant son échec électoral.
Donc au final et après une longue et passionnante campagne, les Français n'ont pu accomplir cet exploit inédit de remettre les clefs de l'Elysée à une femme. Et Ségolène Royal, qui se trouvait à deux doigts de réaliser ce miracle, dut s'incliner devant un adversaire coriace qui avait patiemment tissé sa victoire.
Pourtant, il aura fallu beaucoup de maîtrise de soi à Ségolène Royal pour conserver son éternel sourire et son calme devant cet échec cuisant pour les uns, une défaite honorable pour les autres. Les analyses divergent avec un écart qui augure de la violence des affrontements à venir au sein de la gauche française. 47% est un chiffre qui suscite les polémiques les plus contradictoires. Entre amertume défaitiste et optimisme forcené.
Les détracteurs de Ségolène Royal lui reprochent de n'être pas parvenue à sortir le Parti socialiste du traumatisme de 2002 malgré une conjoncture favorable qui a vu la famille socialiste afficher une volonté de fer de renaître de ses cendres. Ils lui reprochent surtout de ne pas avoir été capable de battre le chef d'une majorité sortante, Nicolas Sarkozy, aux failles béantes et au bilan gouvernemental catastrophique. Si la bataille était gagnable et ne l'a pas été, c'est faute d'un combattant qui n'a pas été la hauteur de l'enjeu et qui n'a pas su ni trouver, ni exploiter les nombreux points faibles de son adversaire.
Les supporters de Ségolène lui accordent au contraire le bénéfice des circonstances atténuantes et la promesse d'un grand destin politique. Pour que le second tour puisse avoir une autre physionomie, il fallait une mobilisation sans faille de toute la gauche plurielle, que l'ensemble des voix centristes de François Bayrou ainsi d'une grande partie des voix du Front National de Jean-Marie Le Pen puissent se reporter sur la candidate socialiste. Ce qui était, sauf raz de marée à dimension historique, impossible à imaginer.
Il faut rajouter à cet insurmontable défi arithmétique le soutien à reculons, souvent nocif, apporté par des éléphants du Parti socialiste amers d'avoir été recalés aux primaires. La mauvaise volonté des uns et des autres était telle que la moindre apparition, sur un écran de télé ou dans un meeting, d'un Dominique Strauss Kahn, d'un Laurent Fabius ou d'un Jack Lang, eux mêmes non convaincus de la validité de leur «championne», était une invitation implicite à ne pas voter Ségolène. Que la candidate socialiste puisse réaliser ce score malgré les lourds handicaps qu'elle traine au sein de sa propre famille est déjà un petit exploit en soi.
C'est partant de cette équation qu'il faut comprendre le message que Ségolène Royal a tenu à adresser à ses fidèles :«Vous pouvez compter sur moi pour approfondir la rénovation de la gauche et la recherche de nouvelles convergences au-delà de ses frontières actuelles». C'est une posture qui a dû méchamment siffler aux oreilles de la vieille garde avec une nouvelle résonnance de changement et de recomposition.
Pour le Parti socialiste comme pour Ségolène Royal, les prochaines législatives s'avèrent être un dernier examen de rattrapage. L'enjeu est de taille, à la hauteur d'un troisième tour de la présidentielle. Il s'agit d'empêcher Nicolas Sarkozy, à la recherche d'une consécration parlementaire, de lancer sa vague bleue sur le Parlement. Les observateurs vont scruter à la loupe la stratégie que Ségolène Royal va mettre en œuvre dans les prochains jours pour s'imposer à un PS dont la direction historique est récalcitrante à la recomposition, à l'ouverture vers le centre, traversée par une guerre d'ego paralysante entre réformistes et partisans de l'union de la gauche. Le PS que Ségolène Royal rêve de reprendre en main, est à la recherche d'un cap politique et d'une nouvelle identité idéologique reconfigurée à la lumière du triomphe de Nicolas Sarkozy. Un immense besoin de rénovation.
Pour Ségolène qui croit que le «talisman» du succès est «l'unité», la bataille à venir consiste à trouver une traduction politique à ce «quelque chose (qui) s'est levé (et) qui ne s'arrêtera pas» pour reprendre son expression qualifiant ce vent de mobilisation et ce frisson d'enthousiasme qui ont failli la porter à l'Elysée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.