Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ségo-Sarko : L'ultime combat de la belle et la bête
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 05 - 2007

Pour Nicolas Sarkozy, en position inconfortable de favori, le débat avec Ségolène Royal peut être l'occasion de confirmer son entêtante avance dans les sondages.
S'il fallait une preuve supplémentaire de l'intérêt planétaire suscité par ces présidentielles françaises, la multidiffusion inédite sur de nombreux bouquets de télévisions à travers le monde du débat Sarkozy-Royal en est une, vivante et indéniable. Ségolène Royal croise le fer avec Nicolas Sarkozy sur un plateau de télévision, dans le seul moment crucial de l'entre deux tours, celui qui vient synthétiser devant les Français encore hésitants, ou prompts à changer d'avis, la quintessence de cette campagne électorale.
Ultime combat donc de la belle et la bête. Affrontement sans merci entre la belle Ségolène qui a su au fil d'un long chemin de sélection et d'élimination imposer, aux siens d'abord et la France entière ensuite, l'extraordinaire nouveauté de sa démarche et de sa posture de Première dame socialiste briguant, avec une audace non dénuée d'une certaine candeur, la magistrature suprême. Et la bête de scène, de communication et de show politique qu'est devenu Nicolas Sarkozy qui, au fil d'un parcours sinueux fait de coïncidences favorables, s'est imposé comme l'incontestable champion de la droite pour cette course présidentielle.
Pour l'une comme pour l'autre, les enjeux sont énormes pour l'issue décisive. Il s'agit pour Ségolène Royal, en position de challenger, de confirmer ses prétentions à devenir la présidente de tous les Français, elle, dont les farouches et machiavéliques adversaires se sont échinés à mettre en valeur les vertus de la féminité pour mieux pointer ses incompétences structurelles et lui dénier des capacités propres à briguer l'Elysée.
Une candidature de communication, un coup de pub de l'appareil socialiste en panne d'idées originales, une bulle artificielle sans contenu sérieux… telles étaient les allusions qui émaillaient l'argumentaire-réquisitoire contre Ségolène Royal au fil de son ascension et qui plombe son envolée dans les sondages. Et comme pour se donner du courage avant de rentrer sur le ring, la candidate socialiste affirme : «J'ai mon expérience politique de longue date. Je suis au contact des problèmes qu'il y a à régler en France. J'ai été la première à comprendre la profondeur de la crise démocratique. J'ai mené pendant de longs mois une campagne participative. Je sais quelles sont les inquiétudes des Français, quels sont leurs espoirs». Bref, elle dit ne pas être «inquiète en quoi que ce soit» et être «prête par définition».
Pour Nicolas Sarkozy, en position inconfortable de favori, ce débat peut être l'occasion de confirmer son entêtante avance dans les sondages. Avec son bagout naturel, sa parfaite maîtrise du phrasé politique, sa virtuose connaissance de l'outil de télévision peuvent l'aider à faire la différence. Mais, une fois accusé par ses adversaires d'être «l'homme du passif et du passé» avec tout l'argumentaire de la culpabilisation et de la responsabilité, Nicolas Sarkozy subira la difficile épreuve de devoir se démarquer du bilan des années Chirac après avoir été une pièce maîtresse de son dispositif gouvernemental. Voilà en tout cas comment il se définit à la veille de ce débat crucial : «j'ai voulu être le candidat d'une droite républicaine enfin décomplexée de ne pas être la gauche, d'une droite sûre de ses valeurs: le travail, l'autorité, la primauté de la victime sur les délinquants, l'effort, le mérite, le rejet de l'assistanat, de l'égalitarisme et du nivellement par le bas. Cela fait-il de moi un homme de la droite dure?»
Mais l'écurie présidentielle de Sarkozy est hantée par une autre obsession, celle de voir son champion céder à la moindre provocation, sortir de ses gonds, perdre les nerfs, redevenir devant des millions de téléspectateurs, le Sarkozy craint, irresponsable, autoritaire, cassant, menaçant, bref le Sarkozy qui fait peur à la gauche sans rassurer la droite.
Instant décisif de cette campagne, révélateur de caractères, ce débat comme tous ceux qui l'ont précédé, ne manquera pas d'étincelles. Le combat se livre entre deux projets de société contradictoires, deux tempéraments marqués par une inextinguible ambition, travaillée en profondeur par la hargne de gagner et la rage de faire perdre l'adversaire. Un cocktail qui promet un feu d'artifice d'une grande intensité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.