3ème Edition de la conférence « Parlons Développement » : Faire des jeunes les moteurs du développement durable    Sensibilisation sur le civisme fiscal en RDC : Instituer une culture fiscale dans le pays    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Industries manufacturières: Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    CIH Bank : Renouvellement de la quadruple certification ISO 9001 version 2015    Flambée des prix : des augmentations abusives ?    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Vaccination volontaire des adolescents de 12 à 17 ans : plus d'un million d'injections administrées    Prévisions météorologiques pour ce jeudi    Vladimir Poutine annonce que des dizaines de personnes de son entourage ont le Covid    Les contours de la majorité gouvernementale seront probablement dévoilés la semaine prochaine    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    La DGM célèbre la Journée météorologique arabe 2021    Téhéran, l'AIEA et la surveillance du programme nucléaire iranien    Les premiers touristes spatiaux prêts à décoller mercredi    Eyal David rejoint la mission israélienne à Rabat en tant que chef adjoint    Sahel : Des opérateurs Wagner au Mali ?    Un RNPG déficitaire au 1er semestre    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Botola Pro D1 et D2 "Inwi" (2ème journée): Le programme    Le modèle marocain cité en exemple par un nouveau rapport    Disparitions forcées : le Maroc soumet sa copie préliminaire à l'ONU    Formation du gouvernement. Aziz Akhannouch boucle aujourd'hui le premier round des consultations    Le roi Mohammed VI nomme le général Belkhir El Farouk inspecteur général des FAR    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 septembre 2021 à 16H00    La vaccination des 12 à 17 : Plus d'un million d'élèves ont reçu la première dose    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Le festival JIDAR fait sensation sur les réseaux    Echange culturel pour lutter contre les idées extrémistes    New District présente son premier artiste Hassa1    Hicham Lahlou invité au Salone Del Mobile 2021, à Milan    ART: Des projets communs lancés par l'IMA et la FNM    Espagne: négociations sous haute tension entre Madrid et les séparatistes catalans    La nomination de Staffan de Mistura en tant qu'Envoyé Personnel au Sahara, se fera dans les prochains jours    DataPathology : Witamax injecte 2 MDH    Plafonnement des prix des tests PCR : les laboratoires demandent une baisse des coût des réactifs    La Burundaise Niyonsaba bat le record du monde 2000 m en athlétisme    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France : Le charme rompu de Rachida Dati
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 07 - 2007

Rachida Dati, le plus flamboyant sourire du gouvernement Sarkozy-Fillon est l'objet d'une curiosité sans limites. Les télévisions et les news magazines en ont fait une icône séduisante et mystérieuse.
Les Français s'apprêtent-ils aujourd'hui à brûler avec frénésie ce qu'ils ont adoré hier avec passion ? La calèche magique de l'ouverture ethnique et politique que conduit avec fougue Nicolas Sarkozy est-elle en train de se transformer en citrouille ? La question se pose avec acuité, surtout dans le cas du Garde des Sceaux Rachida Dati, après la série de déboires qu'elle vient de vivre depuis sa nomination surprise à la tête d'un ministère régalien.
Rachida Dati, le plus flamboyant sourire du gouvernement Sarkozy-Fillon est l'objet d'une curiosité sans limites. Les télévisions et les news magazines en ont fait une icône séduisante et mystérieuse. Un mélange d'une Cosette fragile et d'un Rastignac sans scrupule. Propulsée à la Une de l'actualité par son projet de réforme du traitement pénal des mineurs, elle fut le premier membre du gouvernement à subir le baptême du feu réformateur que prétend porter Nicolas Sarkozy.
Les malheurs de Rachida ont commencé par les fissures que son équipe ministérielle a vécues dès les premiers jours de son existence. La démission de son chef de cabinet Michel Dobkine donna le signal à une cascade de départs des magistrats de son premier cercle. Il s'agit de Philippe Lagauche, conseiller pour les questions pénales, Xavier Samuel, conseiller pour les libertés publiques et les questions constitutionnelles et Françoise Andreo-Cohen, conseillère pour le droit des mineurs. Pour le chef de cabinet qui avait inauguré cette hémorragie, l'explication officielle de son départ selon laquelle une prenante future vie conjugale l'empêcherait d'assumer ses fonctions, avait suscité quelques œillades ironiques.
Ces secousses répétitives ont secrété une nouvelle image de Rachida Dati. On la décrit autoritaire, cassante, incapable de mener une réflexion commune et un travail en groupe sans cabrer ses partenaires. Une image qui tranche violement avec sa posture séductrice et pédagogue de porte-parole du candidat Sarkozy.
L'autre malheur de Rachida Dati provient de sa propre famille. Deux de ses frères, Jamal et Omar, sont impliqués dans des affaires de trafic de drogue.
Jamal doit comparaître ce17 juillet devant la Cour d'appel de Nancy, après avoir été condamné en première instance pour trafic de stupéfiants. Quant à Omar, il est placé sous contrôle judiciaire depuis juin 2005, après avoir été interpellé dans le cadre d'une enquête portant sur un trafic de haschisch dans la région châlonnaise. La tentation est grande pour les langues perfides de susurrer : «si l'on appliquait à la lettre le projet Sarkozy-Dati sur les multirécidivistes, Jamal Dati devrait être condamné lourdement».
La famille Dati surgit brusquement dans la rubrique Fait divers et jette un voile sombre sur la carrière ministérielle à peine entamée de Rachida Dati. Le mystère demeure entier sur les véritables raisons qui ont empêché Madame la ministre, connaissant le problématique casier judiciaire de ses frères et l'usage que la presse allait en faire, de crever l'abcès quand la conjoncture le permettait encore et de communiquer intelligemment sur le sujet. Devant ces complications qui menacent la carrière de Rachida Dati, le couple Sarkozy a volé promptement à son secours. Quand Nicolas affirme que : «Rachida Dati a une obligation de réussite, parce que sa présence est un message adressé à tous les enfants de France», Cécilia ne lésine pas sur les superlatifs de la solidarité : «C'est plus qu'une amie, c'est ma sœur. Je ne la lâcherai jamais. Je connais tout d'elle, elle est de la race des seigneurs». L'affaire Rachida Dati et le discrédit qui la menace occupent les esprits avec une insistance qui a nécessité l'intervention de deux poids lourds de la lutte contre la discrimination : SOS-Racisme et de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA). La première a estimé que «Rachida Dati paie, dès son arrivée, le prix fort d'être la première personne issue de l'immigration maghrébine à accéder à une telle responsabilité gouvernementale» alors que la seconde affirme que Rachida Dati «est victime, du fait de la consonance de son patronyme, d'une campagne injuste».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.