Amendes transactionnelles forfaitaires: 24 H pour payer    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Béni Mellal : les autorités durcissent les mesures de contrôle    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Etes-vous gaucher ? C'est votre journée    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Conseil de la concurrence : une institution stratégique incontournable    Le fonds spécial mis en place par S.M. Le Roi recueille 33,7 MMDH à fin juillet    Fès : le non-respect des mesures sanitaires sévèrement sanctionné (Vidéo)    Messi s'est entraîné normalement avant le Bayern    Les Sévillans Bounou et En-Neysiri en demi-finale de Ligue Europa    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    Ouezzane : Un nouveau complexe intégré de l'artisanat voit le jour    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    Wafa Assurance enregistre une baisse de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre    Khalid Ait Taleb : Des centres de santé seront mis à disposition dans les quartiers pour accueillir les cas suspects de Covid-19    Le retour des castors    Tout un quartier de Hay Mohammadi confiné    Dakhla : Le Pavillon Bleu hissé sur la plage Oum Labouir    Météo Maroc : averses et « nuages tropicaux » dans des régions ce jeudi    E.E.P gloutons : Benchaâboun soucieux de mettre de l'ordre dans ces établissements et entreprises publics budgétivores pour pas grand-chose    Lancement d'une initiative d'appui à l'évaluation des politiques de l'emploi et du marché du travail    Ligue des champions : A Lisbonne, un "Final 8" sous bulle sanitaire    Hassan Diab, le "professeur", jette l'éponge après des crises à répétition    "365 jours" Un film entre succès et polémique    La gastronomie marocaine à l'honneur à Bogotá    Semaine culturelle marocaine dans les centres commerciaux «El Corte Ingles» du sud d'Espagne    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Algérie: Multiplication des emprisonnements de journalistes    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    US Round Up du mercredi 12 août – Kamala Harris, Bill de Blasio, Restaurants/Bars    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Ali Yata, il y a 23 ans ...    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Botola: résultats et classement de la 21e journée    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Post-scriptum : Répondre ou se taire ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 11 - 2007

Tel est le dilemme qui doit se poser à toute personne diffamée de façon anonyme. Répondre ou se taire? Se taire c'est prendre le risque que cela passe pour de la faiblesse ou de la crainte; répondre c'est prendre celui de descendre au niveau de celui qui insulte... c'est-à-dire le caniveau !
Je ne pense pas avoir jamais utilisé cette chronique à des fins personnelles ; permettez-moi cette fois-ci de le faire! Je ne vous ferai pas l'injure de vous mener jusqu'au caniveau dans lequel on veut me traîner, mais j'ai choisi aujourd'hui d'écrire ce que j'ai sur le cœur. Pourquoi demander à quelqu'un d'autre de le faire puisque j'ai mon stylo, mon papier, cet espace médiatique et surtout ma conscience. A plusieurs reprises, ces derniers mois, des SMS injurieux à mon égard et bien sûr anonymes ont été envoyés aux jeunes avec lesquels je milite au sein du mouvement associatif —j'ai fait face, heureux des marques de confiance que les jeunes m'envoyaient en retour— Peut-être ai-je eu tort puisque depuis quelques jours des jeunes de Rabat, puis de Casa, mais aussi de Béni Mellal et Meknès ont reçu un nouveau message... ainsi que des amis, des proches, des connaissances.
L'objectif de cette manipulation est clair... Spontanément tous ceux-ci m'ont appelé, envoyé des textes de soutien, proposé de réagir : mais à nouveau, je me disais que cela n'en valait pas la peine, que ceux qui me connaissaient n'en croiraient pas un mot et que rien n'empêcherait ceux qui voulaient croire ces horreurs d'y prêter foi. Et puis non, j'ai décidé de réagir, pour moi tout d'abord, et puis aussi parce que je sais que ce phénomène de diffamation anonyme touche bien d'autres personnes et qu'à un moment ou à un autre il faut bien «ruer dans les brancards». Je suis sûr que vous vous demandez ce que peuvent bien contenir ces foutus messages, et bien allons-y : on m'y traite tout d'abord de «voleur» je sais ce n'est pas très original - ensuite de «profiteur de la jeunesse», arguant que je me ferais une réputation sur le dos des jeunes issus des quartiers ; que j'utiliserais leur détresse, leurs maux à des fins personnelles, que je gagnerais en notoriété et en espèces sonnantes et trébuchantes à leur détriment. A tout cela, j'opposerai que je suis militant associatif depuis l'âge de 20 ans, que j'ai une histoire, un vécu qui parlent pour moi au sein de la communauté immigrée, au cœur du gouvernement français auprès de ministres réputé(e)s. Oh bien sûr, je n'ai pas tout réussi et il y a bien des choses que je ne referais pas à l'identique si je le pouvais... mais je n'ai pas à rougir de mon parcours - Particulièrement d'avoir été l'un des protagonistes de «la Marche des beurs» contre le racisme en 1983, qui allait ouvrir pour les immigrés et leurs familles - au droit à la carte de séjour de 10 ans... ou encore d'avoir reçu un Ouissam de feu Sa Majesté Hassan II, pour mes actions. Depuis 5 ans, car je suis rentré au pays, volontairement, j'œuvre, avec mon expérience, auprès de la jeunesse des quartiers populaires, au sein du réseau Maillage afin que nos jeunes prennent leur destin en mains. Certes, notre action est modeste mais elle est faite de volonté, de courage, d'honnêteté, de conviction.., et tous ces jeunes n'en manquent pas. Toujours est-il que nous ne sommes pas restés les bras croisés, que nous avons bougé et tenté de «faire bouger» et que nous continuons. Qu'en cela, nous -et plus particulièrement moi-même, je me suis fait des ennemis, et suscité des jalousies, des rancunes, des mécontentements, que j'ai pu décevoir certains, déranger d'autres... cela me semble évident. N'est-ce pas inhérent à tout engagement, toute action publique? Cela autorise-t-il pour autant la diffamation ordurière? Certes non, car au cœur de ces messages, «on» glisse que je serais un «débauché» (je n'emploierai, ici, pas leurs mots) car c'est là qu'intervient l'abject : sachant très bien que je travaille majoritairement avec des jeunes entre 20 et 25 ans, l'insinuation est pernicieuse.., et répugnante.
L'ignominie n'a donc pas de limites, car au-delà de ma personne, ce sont ces jeunes que l'on prend soit pour des naïfs, soit pour des «gigolos»... que c'est mal connaître. Alors bien sûr, «diffamez, diffamez, il en restera toujours quelque chose», et face à la rumeur, nous sommes souvent désarmés. Pourtant, ce sont les réactions, les témoignages, les messages de ces jeunes qui m'ont réconforté et donné la force de réagir. Voilà... c'est fait ! je n'ai l'ambition de passer ni pour un martyr, ni pour un saint, tout simplement pour un militant qui croit en ce qu'il fait; qui aime son pays, son Roi, ses compatriotes, les jeunes de cette nation. Dieu merci, j'ai en moi des valeurs qui ne me permettent pas ce déshonneur d'avoir ne serait-ce que l'idée de profiter d'eux financièrement, moralement... ou encore plus sordidement... Aurai-je dû me taire, certains le penseront peut-être, toujours est-il que j'ai écrit en conscience. Les gens de bonne foi me comprendront.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.