Mohamed Jdira du PI, réélu à la tête du conseil communal de Benslimane    Un premier semestre dans le vert pour CIH Bank    Marché de change: Adjudications d'achat de devises à partir du 20 septembre (BAM)    Washington se félicite de la mort du terroriste et mercenaire du polisario Walid Al-Sahraoui    Exposition: horticulteur attentionné    Le Conseil national du PAM approuve la participation du parti au prochain gouvernement    Samir Goudar élu président de la région Marrakech Safi    Formation du gouvernement: le Parti de l'Istiqlal acceptera l'offre d'Akhannouch    Décès de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika à l'âge de 84 ans    Afghanistan : Les collèges et les lycées rouvrent uniquement pour les garçons    Les ministres israéliens de la défense et de l'économie bientôt au Maroc    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    Derrière l'arrêt du « Doing Business », un rapport gonflé en faveur de la Chine    Prévisions météorologiques pour ce samedi    Washington : 6 lions et 3 tigres du zoo ont été testés positifs au Covid-19    Assouplissement des mesures restrictives au Maroc: ce qu'en pense un expert    Université Abdelmalek Essaâdi: Création de 10 nouvelles filières du Bachelor    Production des vaccins au Maroc: la fabrication des substances actives démarre dès le début 2022    Archives du Maroc signe un mémorandum de coopération    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Abdelaziz Boutelfika est mort    Le torchon brûle : Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    Championnat arabe de judo : La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Coupe du monde de futsal : le Maroc se qualifie pour les huitièmes de finale    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    Bourita : La reprise des relations maroco-israéliennes se fera ressentir dans le futur    Deux Marocains remportent le prix « IEC 1906 Award» 2021    Elections communales 2021. Abdellah Hinti du RNI élu président du Conseil communal de Ouarzazate    Classement THE : 6 universités marocaines dans le top mondial    Une alliance entre le Parti de l'Istiqlal, le RNI et le PAM pour diriger les conseils élus    Nouveauté Volkswagen Golf 8. Elle prend de la hauteur    Exportations de fruits : Le Maroc devance l'Espagne dans la vente de pastèques dans l'UE    Exposition : l'art à travers trois générations    Mondial de futsal : le Maroc devant un exploit historique    Emprunts extérieurs: gare au revers de l'alourdissement de la dette    Stations-service : Yoom obtient la certification ISO 9001    Arrivée à Agadir des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Imane Feriani dévoile sa nouvelle série à la galerie Bab El-Kebir    Maroc: des doses du vaccin Pfizer attendues cette semaine    Gouvernement: le groupe parlementaire du PAM charge Ouahbi de poursuivre les consultations    CIH Bank: l'activité repart de plus belle au premier semestre 2021    Prix de l'année 2021 / La championne Dina Asher-Smith et sa chronique gagnante sur le racisme : « C'est ma première médaille pour l'écriture »    Mise en échec d'une tentative d'immigration à Mellilia : l'Espagne loue les efforts du Maroc    Attente...    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rama Yade sommée de se taire ou de partir
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 11 - 2009

Quand Nadine Morano s'est permise de demander à Rama Yade de se taire ou de partir, elle était manifestement porteuse d'un message de l'Elysée à l'encontre d'une personnalité du gouvernement, portant haut les couleurs de la diversité
S'il y avait un infime doute sur la disgrâce présidentielle qui frappe Rama Yade, la secrétaire d'Etat aux Sports, il vient d'être levé avec une rusticité toute particulière par Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la Famille, baptisée par ses amis «la Madame sans gêne du gouvernement» à cause de son langage fleuri et sa démarche nonchalante. Elle vient tout simplement et à la surprise générale d'adresser un avertissement publique à Rama Yade sur le ton: «Quand on n'est pas d'accord avec la politique menée par le gouvernement, c'est simple, ou on ferme sa gueule ou on démissionne». L'étincelle du délit est la prise de position de Rama Yade qui contredit celle de sa ministre de tutelle Roselyne Bachelot sur la suppression d'un avantage fiscal pour les sportifs. Face à ce violent tacle de Nadine Morano, la chronique politique s'attendait à un savoureux crêpage de chignons. Rama Yade l'a joué avec une certaine hauteur : «Je dis simplement que répondre, ce serait descendre à un niveau très bas, et je ne veux pas».
Nadine Morano est suffisamment proche de Nicolas Sarkozy pour conclure, sans risque de se tromper, que ce genre de déclarations ne fait pas partie d'une libre inspiration du moment ou d'une improvisation de dernière minute. Quand elle s'est permise de demander à Rama Yade de se taire ou de partir, elle était manifestement en service commandé, porteuse d'un message de l'Elysée à l'encontre d'une personnalité du gouvernement, portant haut les couleurs de la diversité et campant le rôle tant envié de la personnalité politique préférée des Français.
Preuve supplémentaire que l'attaque de Nadine Morano contre Rama Yade est coordonnée par la prise de position d'un autre proche de Nicolas Sarkozy, Frédéric et son tacle : «Quand on est membre d'un gouvernement (...), on est contraint à un minimum de solidarité gouvernementale».
Forte de ce statut particulier, Rama Yade a voulu jouer sa propre partition. Sur de nombreux sujets, elle s'était démarquée de la discipline imposée par Nicolas Sarkozy à ses troupes. Des couacs diplomatiques qui datent de sa période de secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, en passant par son refus de prendre la tête de liste des européennes, de l'affaire Fréderic Mitterrand, puis celle de Jean Sarkozy à l'égard desquelles elle a exprimé sa propre originalité face à l'unanimité gouvernementale.
Rama Yade s'est construite un personnage de rebelle qui ose enfoncer les portes interdites et franchir les lignes jaunes. Un personnage si marqué et si présent dans l'actualité que sa marionnette vient de faire son entrée dans le théâtre politique des Guignols, l'émission politique satirique de Canal+ à laquelle on prête un pouvoir d'influence de plus en plus grand dans la formation des opinions.
En plus des nombreux dysfonctionnements que connaît sa majorité, Nicolas Sarkozy a un vrai problème qui s'appelle Rama Yade dont il ne supporte plus la liberté de ton et l'indépendance revendiquée. L'ire présidentielle est si perceptible que son entourage laisse déjà répandre comme une rumeur confirmée la prochaine entrée au gouvernement du nouveau député, le champion du Judo, David Douillet, au poste de secrétaire d'état aux Sports, un profil jugé plus professionnel, plus discipliné et plus docile que ne l'est actuellement cette tête brulée qu'est l'actuelle secrétaire d'état aux Sports. Rama Yade semble devoir payer pour l'ensemble de son œuvre. Pour ne pas avoir pu observer l'obéissance opportuniste de Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la Banlieue ou la discrétion forcée de Nora Berra, secrétaire d'état aux personnes âgées, elle s'est attirée les foudres de Nicolas Sarkozy et de son équipe qui rêvent de lui faire connaître le sort peu enviable de Rachida Dati exilée à Strasbourg.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.