Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hicham Bahloul, le vrai dans la sincérité
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 03 - 2008

Hicham, un petit raisin sec, à ne croquer s'il vous plaît, que sur les planches ou les grands écrans ! Un regard vert noisette d'où émerge un cocktail de fluidité, de sincérité et de spontanéité extrême qui rappelle l'enfance nue.
Nul n'est besoin d'avoir lu Freud ou d'avoir souffert sur un divan pour comprendre les métaphores de cet artiste pleinement vrai. Rares sont ceux qui savent que Hicham, le comédien et l'acteur est ex-champion du Maroc en lutte romaine et ex-champion du Maroc en sambo, amateur en équitation, natation et football …
Enfant, il adorait interpréter à l'école les chansons de Marcel Khalifa. Il effleura la scène, précisément, en 1992, l'année du Bac à El Jadida où il décrocha un rôle dans une pièce retenue pour le premier Festival scolaire du théâtre à Taza : «J'étais heureux de recevoir le prix du meilleur comédien».
Si un jour vous l'invitiez, préparez-lui un bon tagine de poissons ou un régal de couscous purement marocain, il en raffole. Après son Bac, en vrai passionné de l'art de la scène, il voulait être comédien. Il décida alors de passer le concours de l'ISADAC ; «que l'on m'a fait rater. C'est un échec que je n'ai jamais réussi à gober. J'avais pourtant réussi tous mes examens. C'est alors que j'ai décidé de pénétrer l'univers du théâtre par mes propres compétences», se remémore Hicham Bahloul.
En 1993, il décide de s'inscrire, à la Faculté de Droit à Casablanca. Il en sort avec une Licence en 2000. S'entame alors une carrière de comédien au sein du théâtre amateur avec l'Association «Fawanis» : «Il m'arrivait aussi de tourner dans des productions étrangères, italiennes, françaises... Mes études, ainsi que le théâtre, la télé et le cinéma, je les fais par passion, mais aussi par conviction. J'ai réussi à convaincre ma famille que jamais la pratique du théâtre ou du cinéma n'a été et ne sera un obstacle pour réussir des études. C'est vrai que pour avoir ma Licence, il m'a fallu... sept ans, au lieu de quatre!».
Pour toucher son public, le pousser à croire en lui, en tant que personne et en tant que personnage, Hicham a toujours été conscient qu'il faut être sincère avec soi-même, servir, intelligemment son rôle, ne pas forcer ou exagérer son jeu et ne jamais chercher à épater le spectateur. Son premier télé feuilleton : «Alf Dâira» où il incarne le personnage de l'avocat. «Je remercie beaucoup Si Abderrahmane Lemrabet, troisième élève arabe de Stanislavsky, qui m'a beaucoup appris».
Hicham compose et sculpte son parcours artistique et professionnel en décrochant des rôles dans de grandes productions internationales, mais surtout en étant présent au niveau de la production nationale aussi bien télévisuelle que cinématographique.
Méticuleux et minutieux dans le choix de ses rôles. Il adore subir la métamorphose d'un rôle à l'autre : «Figer un comédien ou un acteur dans un rôle constant et redondant, c'est le condamner à vivre dans une réclusion où nulle évolution, ne se pointe». Hicham est une sonate de rôles. Suivez son parcours professionnel et vous le verrez, tantôt roi Akhad dans «Iliya» (2007), une production américano-hollandaise, tantôt guide égyptien dans «Prisoners of the sun» production américaine. Grâce à la sincérité et la finesse de son interprétation, plusieurs réalisateurs nationaux lui ont confié le premier rôle. Dernier en date «Les cœurs brûlés» d'Ahmed El Maânouni, actuellement en compétition officielle à la 9-ème édition du Festival international du cinéma de Las Palmas et où Hicham excelle dans le rôle de Amin, un jeune architecte résidant à Paris et qui rentre précipitamment pour revoir son oncle mourant.
Un retour des plus tragiques qui le projette dans sa mémoire d'enfant battu, inhumainement maltraité et ravive en lui des souvenirs refoulés aux goût terriblement amer. L'occasion de voir l'ardeur, l'aura, la fureur, la justesse et surtout la sincérité avec lesquelles Hicham Bahloul interprète son personnage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.