ONU: L'Arabie Saoudite réaffirme son soutien à la souveraineté du Maroc sur son Sahara    Education en Algérie : Grève de deux jours dès le 02 novembre    Gazoduc Maghreb-Europe : Le Maroc veut importer du gaz de l'Espagne après le retrait algérien    Crise Maroc-Algérie : le nouvel ambassadeur d'Israël apporte son soutien à Rabat    Des stars de LaLiga prêtes pour leur premier ElClasico    «Delta plus», le nouveau variant qui menace le monde    Khalid Ait Taleb : La troisième dose est indispensable pour la validité du pass vaccinal    Covid-19 : Vers la fabrication du vaccin russe Sputnik V au Maroc    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Le gouvernement français dissout l'association «Coordination contre le racisme et l'islamophobie»    PLF 2022 : Net rebond des recrutements au sein de l'administration de la Défense nationale    Désintox. Les images d'une chaîne algérienne montrant une situation de pénurie de gaz au Maroc sont fausses    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Santé: Akdital se mobilise dans la lutte contre le cancer du sein    PLF-2022: Voici le nombre de postes budgétaires prévus    Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Botola Pro D1 / IRT-FAR (2-0) : Une victoire dopante des Militaires avant le décisif match « retour » de la Coupe de la CAF    CAN féminine 2022 : Ce mercredi, ouverture des qualifications    Budget de l'Etat: ce que dit la note de présentation PLF 2022    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    EEP: Le montant des programmes d'investissement (PLF 2022)    Impôt sur les sociétés: le PLF propose une nouvelle mesure    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    L'ONU désigne Omar Hilale co-président d'un groupe sur les ODD    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Covid-19 : Le pass vaccinal invalide sans la troisième dose    Attentat à la bombe en Syrie: 13 morts à Damas    Le Maroc à l'expo 2020 dubai: Cap sur l'émergence    Afghanistan: une grenade vise un véhicule de police    Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Les vandales des Consulats du Maroc à Utrecht et Den Bosch condamnés par la Justice néerlandaise    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    Le détail du Projet de loi de finances 2022 [Document]    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    L'OCS accède à la première division    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Claude Allègre, figure imposée de l'ouverture
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 03 - 2008

Le nom qui circule le plus comme pouvant personnifier cette seconde phase d'ouverture est Claude Allègre, l'ancien ministre de l'Education nationale du gouvernement Jospin.
Quels que soient les résultats des municipales, l'ouverture politique est une pratique que Nicolas Sarkozy compte poursuivre. Le président de la république n'a raté aucune occasion de le décliner sur tous les tons : l'ouverture, la gauche en a rêvé, lui, l'a faite avec éclat et audace et souvent avec un zeste d'aventurisme. Et à voir avec quel enthousiasme il en parle, Nicolas Sarkozy donne l'impression qu'il compte rentabiliser ce filon jusqu'à la lie.
Le nom qui circule le plus, comme pouvant personnifier cette seconde phase d'ouverture est Claude Allègre, l'ancien ministre socialiste de l'Education nationale du gouvernement Lionel Jospin. Ce professeur émérite de géophysique, connu pour son langage cru et ses prises de positions arrêtées, a été une des premières personnalités à naviguer dans la galaxie électorale UMP à la veille des présidentielles.
Au soir du 4 mai 2007, il a été surpris par des caméras indiscrètes en train de quitter en douce le siège de campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Et depuis, la question qui se posait était moins, s'il allait rejoindre l'équipe gouvernementale de François Fillon mais à l'occasion de quel remaniement. Un véritable coup de lustrage a été donné à cette question par la déclaration de Nicolas Sarkozy le 26 février dernier en parlant de Claude Allègre : «C'est un homme avec qui j'aimerais un jour travailler».
Claude Allègre est en rupture de ban avec sa propre famille politique. Longtemps proche de l'ancien Premier ministre Lionel Jospin, les deux hommes scellèrent publiquement leur divorce à l'occasion de la campagne des présidentielles, incapables qu'ils étaient d'accorder leurs violons sur une même stratégie pour faire gagner la candidate des socialistes.
Même si Claude Allègre affirme publiquement qu'il n'a plus «aucune réserve» à l'égard du programme et des choix politiques de Nicolas Sarkozy, il continue d'afficher, à sa manière, sa mine boudeuse d'enfant gâté. Il se permet le luxe d'exprimer à haute voix ses conditions pour rejoindre l'équipe de François Fillon : «Si j'y vais- ce qui n'est pas fait - ce sera pour revaloriser les salaires et les conditions de travail des professeurs d'universités et des chercheurs».
Avant même d'entrer au gouvernement sur les traces d'un Bernard Kouchner ou d'un Eric Besson, Claude Allègre fait déjà débat. D'un côté, ses anciens camarades socialistes se gaussent de ce qu'ils perçoivent comme la démarche d'un éléphant dans un magasin de porcelaine.
De l'autre côté, les équipes gouvernementales, notamment à l'Education nationale et à l'Elysée, qui voient d'un très mauvais œil ce débauchage qui risque de coûter à Nicolas Sarkozy plus cher qu'il ne lui apporte. Jean-François Copé, le président du groupe parlementaire UMP à l'Assemblée nationale joue les oiseaux de mauvais augure : «Allègre pourrait être le nom de trop».
L'opposition à son entrée au gouvernement touche de plein fouet le milieu de la recherche scientifique comme en témoigne la prise de position remarquée du climatologue français Jean Jouzel, membre du Groupe international d'experts sur le climat (Giec) : «on ne peut pas avoir un ministre qui nie la réalité du changement climatique, qui nie les résultats de toute une communauté scientifique». Ce refus fait écho à une prise de position tranchée de Claude Allègre sur le sujet : «la climatologie n'existe pas comme discipline scientifique, (…) On ne peut pas prévoir le réchauffement climatique». Au lendemain des élections municipales, le débat sur l'ouverture va reprendre une intensité inhabituelle à tel point que les chances de Claude Allègre d'intégrer le gouvernement risquent de s'amenuiser devant la grogne de l'UMP. Celle-ci est illustrée par cette formule ironique de son secrétaire général, Patrick Devedjian, lorsqu'il fait ce constat : «On passe peut-être un peu de la période baroque à la période classique».
S'il est prouvé que, contrairement aux apparences, l'ouverture pratiquée par Nicolas Sarkozy est pour beaucoup dans la phase de désamour qu'il vit avec les Français, il y a de fortes chances que des voix au sein de la majorité présidentielle se lèvent, avec froncements de sourcils à l'appui, pour demander, sinon une pause effective du moins un réel changement de cap. Nicolas Sarkozy orientera alors les canons de son ouverture vers la droite extrême, familiale et conservatrice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.