Maroc-Japon : Huit étudiants marocains sélectionnés au programme «African Business Education» 2020    PLF 2021: une batterie de mesures pour la généralisation de la couverture sociale    Relance économique: des mesures fiscales pour contrecarrer les répercussions du covid    Le match Zamalek-Raja sera-t-il reporté ? Les explications d'un ancien membre de la CAF    Les mesures restrictives prolongées à Jerada    Anass Benzaaboune, quand le talent passe de YouTube au grand écran    Droits de l'Homme : La CRDH de Guelmim-Oued Noun tient sa première réunion ordinaire    Nouveau consul espagnol à Rabat    Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    De nouvelles annonces sur le renforcement du partenariat stratégique Maroc/Etats-Unis    Investissements publics : une enveloppe globale de 230 milliards de DH en 2021    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    PLF 2021: plus de 20.000 postes budgétaires prévus    L'ONMT reprend les Fam Trips    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    Le HCP compte réaliser une nouvelle enquête nationale sur la famille    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    Ahmed Dgharni tire sa révérence    La FIFA lance son programme exécutif de lutte contre le dopage    La RSB qualifiée pour sa deuxième finale consécutive    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    L'Atletico Madrid privé de Diego Costa face au Bayern Munich    Sahara: l'Alliance du Pacifique réitère son appui à l'initiative marocaine d'autonomie    Un premier centre de campagne privé au quartier Derb Sultan à Casablanca    El Otmani: les mesures prises ont démontré leur efficacité    Agriculture sans glyphosate : Les Domaines agricoles avant-gardistes    Le fructose peut causer le trouble bipolaire    Coronavirus : des conseils pour passer le test PCR sans danger    La rentrée décisive    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Alerte météo : Fortes rafales de vent mardi dans plusieurs régions    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    Dakhla : Mise en échec d'une tentative d'émigration illégale    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Coronavirus : Badr Hari testé positif    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une beuverie qui tourne au drame
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 04 - 2008

Sous l'effet de l'alcool, Abdelilah a tué son ami Farid. Pourquoi? Il l' accuse d'avoir tenté d'abuser de lui.
Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. A la salle d'audience, Abdelilah se tenait au box des accusés.Perturbé, il n'arrivait pas à se calmer pour écouter attentivement les questions du président de la Cour. Il n'hésitait pas à dire à chaque moment : «Je n'avais pas l'intention de le tuer M. le président…». C'est une phrase que répètent souvent les mis en cause impliqués dans les affaires de meurtre. En plus, son intention de tuer ou de ne pas tuer n'avait pas eu d'importance pour la famille de la victime.
Pour elle, ce qui était important est qu'il soit lourdement châtié. «Le juge d'instruction t'accuse de coups et blessures ayant entraîné la mort et non pas pour homicide volontaire ou involontaire, alors réponds à nos questions…», lui a demandé le président de la Cour. Âgé de vingt-six ans, Abdelilah était un jeune homme sans problème. Après avoir abandonné l'école aux classes secondaires, il a rejoint un mécanicien. Il a effectivement appris le métier. Et son salaire a commencé à grimper au fil du temps. Sa vie s'est améliorée. Une amélioration qui avait eu un effet positif sur la vie de sa famille. D'un jeune homme qui ne fumait pas de cigarettes, Abdelilah est devenu un soûlard. C'est à l'âge de vingt- trois ans qu'il a goûté son premier verre en compagnie de ses trois amis, Saïd, Farid et Nabil .Ces trois jeunes hommes l'ont encouragé à boire avec eux. Très rapidement , il a découvert le plaisir de picoler. Et depuis, il n'a pas cessé de profiter du week-end pour chercher le plaisir de voler au ciel en se soûlant. «Nous n'avions jamais de problèmes, M. le président…», a déclaré Abdelilah à la Cour. De coutume, ils se rencontraient chez Nabil qui avait un studio.Ils y passaient la nuit du samedi au dimanche, parfois en compagnie des filles de joie. «Nous étions ensemble sans être accompagnés de filles…», a-t-il précisé devant la Cour. C'était à 2h du matin du jour du drame quand Abdelilah semblait avoir perdu toutes ses pédales. Il n'avait plus la force de faire le moindre pas. Bref, il s'est jeté dans un profond sommeil. «Je ne sais pas à quel moment j'ai dormi, M. le président…J'ai perdu connaissance…À un moment donné, je me suis réveillé sur quelqu'un qui tentait d'abuser de moi…», a-t-il affirmé. Qui était-il ? «Il faisait obscur pour que je sache pas de qui il s 'agissait, M. le président…», a-t-il répondu à la cour. Abdelilah a commencé à crier. La lumière s'est allumée. «Je ne lui est rien fait…», a répété Farid tout en essayant de s'enfuir. Hors de lui, Abdelilah qui était encore sous l'effet de l'alcool a mis la main sur un couteau déposé sur la table et est avancé rapidement vers Farid. Il lui a asséné deux coups mortels. Saïd et Nabil, les deux témoins dans l'affaire, ont attesté devant la Cour que : «Nous ne savions pas ce qui s'est passé, nous avions entendu Abdelilah qui criait…».
Abdelilah a été jugé coupable pour les accusations que lui a attribuées le juge d'instruction et a été condamné à dix ans de réclusion criminelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.