Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Maroc: les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    Botola Pro D2 : L'Union Touarga accompagne le MAT en première division    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Youssef En-Nesyri assure la qualification de Séville pour la Ligue des champions (VIDEO)    Avant le derby, le Raja ne se rassure pas face à Oued Zem (VIDEO)    Maroc : L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% du trafic aérien    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Coupe de la CAF : La Renaissance Berkane qualifiée pour la finale    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Le PIB agricole devrait baisser de 14% en 2022    Terrorisme : 6 morts dont 3 enfants dans un attentat-suicide au Pakistan    Al Hoceima / Communes : Remise de 18 bus scolaires et 7 ambulances    Sidi Kacem / CRM : La création d'un centre de formation requise    Maroc : la demande de sécurité et de l'ordre social en des mains sûres, grâce à la DGSN    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à SA Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane    «La voix de la Palestine», enterrée à Jérusalem    SM le Roi félicite le Président du Paraguay à l'occasion de la fête nationale de son pays    Réélection de Mohamed Khalidi à la tête du parti de la Renaissance et de la Vertu    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    Policy Center for the new south: La plus grande flambée des prix en 50 ans    Coronavirus au Maroc: 89 contaminations et zéro décès ce dimanche    DGSN: 66 ans de sacrifices et d'engagement renouvelé au service du citoyen et de la patrie    Températures prévues pour lundi    Voyages au Maroc. Levée de la double exigence « test PCR » plus « pass vaccinal » avant l'opération Marhaba 2022    Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»    Marathon de Marrakech : L'Ethiopien Dida et la Marocaine Gardadi remportent la 32ème édition    Le dirham se déprécie de 0,61% face à l'euro du 5 au 11 mai    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    France. Zouhair Bennani, « le prince du supermarché marocain » qui inquiète    Coupe de la CAF : La RSB veut rééditer son exploit de 2020    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    DGSN: 66 ans de sacrifices infinis au service du citoyen et de la patrie    Commémoration : Allal El Fassi, le leader à la pensée plurielle    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Paris: Rencontre sur les perspectives des écosystèmes économiques au Maroc    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    25.000 festivaliers et 5.000 écoliers à la 20ème édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sarkozy brandit la carte de l'égalité des chances
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 12 - 2008

Nicolas Sarkozy a choisi un angle d'approche original, susceptible de faire débat, celui de la diversité et de l'égalité des chances.
Alors que ses icones de la diversité politique commencent à battre de l'aile, Rama Yade aux Droits de l'Homme bousculée sans élégance par son ministre de tutelle Bernard Kouchner, Rachida Dati à la Justice quotidiennement houspillée par les magistrats, Fadela Amara à la Banlieue asphyxiée par la lenteur du Plan Espoir pour donner des couleurs aux quartiers difficiles…C'est ce moment précis que choisit Nicolas Sarkozy pour effectuer son grand retour sur la scène domestique après sa grande cavalcade planétaire pour sauver le capitalisme mondial.
Nicolas Sarkozy a choisi un angle d'approche original, susceptible de faire débat, celui de la diversité et de l'égalité des chances. Le chantre de «la discrimination positive» affirme sa détermination à faire bouger les lignes là où le confortable conservatisme les gèle. Avec cette profession de foi que ne renierait pas les plus intraitable de ses opposants : «C'est en rétablissant l'égalité des chances que la République fera circuler ses élites. C'est en rétablissant l'égalité des chances qu'elle fera droit à la diversité. C'est en rétablissant l'égalité des chances qu'elle viendra à bout de la tentation communautariste». Nicolas Sarkozy a identifié deux grands canaux à travers lesquels il est possible de huiler l'ascenceur social. L'éducation avec un accent particulier sur une ouverture maximale et souvent volontaire à travers des bourses des grandes écoles aux enfants des quartiers dits difficiles et le monde de l'entreprise où il est question de généraliser la pratiqué du CV anonyme et de créer un label «diversité» pour mieux contrôler et encadrer ces pratiques.
La nouvelle figure qui doit porter ce projet s'appelle Yazid Sabeg, un homme d'affaires de 58 ans d'origine algérienne. Il vient d'être désigné par Nicolas Sarkozy «Commissaire à la diversité et à l'égalité de des chances». S'inspirant de l'effet Obama, Yazid Sabeg a récemment rédigé «un manifeste pour l'égalité réelle».
Yazid Sabeg marche sur les traces d'un autre Français d'origine algérienne, l'écrivain et universitaire Azouz Begag qui avait été chargé de «l'Egalite des chances» dans le gouvernement de l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin. Entre Nicolas Sarkozy et Azouz Begag, auteur aux éditions Fayard d'un brûlot intitulé «Un mouton noir dans la baignoire», les relations tendues et explosives ont frôlé le pugilat.
Nicolas Sarkozy a profité de son grand discours sur la diversité pour tacler sans délicatesse Fadela Amara chargée de mettre en pratique le plan «Espoir Banlieue» : «Je vois que des ambitions ont été fortement réduites (...) Dans le dos des plus hautes autorités de l'Etat, on s'ingénie à réduire les ambitions qui ont été fixées (..) J'ai mis 18 mois pour m'en apercevoir mais je ne l'accepte pas». Fadela Amara n'eut d'autres bouées de sauvetage que de joindre sa voix à la curée dénonciatrice : «Moi aussi, je dis que ça ne va pas assez vite (…) Entre le discours politique, les décisions qui sont prises et les rouages administratifs, nous avons une certaine élite qui a pris de mauvaises habitudes qui font qu'un certain conservatisme existe». Dans le sillage des recommandations de la commission Veil de ne pas inscrire la discrimination positive dans le préambule de la constitution, Nicolas Sarkozy abandonne cette idée en rase campagne à la grande joie des certains députés de sa majorité comme l'original Jacques Myard qui affirme que : «La discrimination positive n'est pas de nature à faciliter l'intégration, bien au contraire, elle contribuerait à renforcer le communautarisme et à affaiblir notre vouloir vivre-ensemble, quelle que soit l'origine de chacun».
Le Parti socialiste avait subi de plein fouet le discours et les maneuvres de Nicolas Sarkozy sur le diversité. Une tentative de débaucher Malek Boutih, social annuel de ses actions, sur le sujet et un «label diversité» sera créé pour valoriser les meilleures pratiques.
Au passage, le chef de l'Etat a laissé entendre que la mise en œuvre de mesures favorables à la lutte contre la discrimination pourrait être un des critères pris en compte dans les appels d'offres pour les marchés publics. Quant à l'Etat, il a indiqué qu'il devait être «exemplaire» dans la nomination de hauts fonctionnaires. Si l'UMP a salué ces annonces, Razzy Hammadi, secrétaire national du PS, a estimé que ce discours relevait «de la com, du saupoudrage et de la récupération flagrante d'un pseudo-effet Obama au profit d'une politique qui accroît les inégalités entre les riches et les pauvres».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.