Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    Activité monétique: 245,5 millions d'opérations pour 200,6 MMDH au S1-2022    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    Météo Maroc: persistance du temps ce samedi 13 août    E-commerce au Maroc: 12,8 millions d'opérations à fin juin    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Tennis : Le Maroc passe au Groupe ll de Coupe Davis... One, two, three en Algérie !    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Amérique : Biden se prépare aux élections présidentielles de 2024    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La revue de presse du vendredi 12 août    USA: la quarantaine n'est plus obligatoire après une exposition au Covid    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abou Hafs et Kettani devant les juges
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 08 - 2003

Abdelwahab Rafiki, alias «Abou Hafs», et Hassan Kettani, deux théoriciens de la Salafiya Jihadia, doivent comparaître ce lundi à Casablanca. Dans le même temps, les procès et les comparutions devant les juges d'instructions se poursuivent.
Les deux théoriciens de la Salafiya Jihadia, Abdelwahab Rafiki, alias «Abou Hafs» et Hassan Kettani, doivent comparaître ce lundi 4 août devant la Chambre criminelle près la Cour d'Appel de Casablanca.
Un moment fort dans le déroulement du procès de la Salafia, du fait de l'envergure des deux hommes et de l'ascendant qu'ils avaient sur leurs disciples.
Autres révélations-clé, celles de Saïd Akmir, qui doit comparaître mardi devant la même Chambre. Celui-ci avait affirmé aux enquêteurs de la Police Judiciaire qu'une scission avait eu lieu, en 1997, dans les rangs du courant «Assirate Al Moustakim» («Le Droit Chemin» de Zakaria Miloudi)». C'est ce qui a été révélé par Saïd Akmir devant les enquêteurs de la Police Judiciaire. Akmir a précisé aux policiers que la scission a été menée par un groupe de «takfiristes» à la tête duquel se trouvait Abdelali Kricha. Ce dernier comparaît, aujourd'hui lundi, devant la même Chambre, en compagnie de 24 mis en cause. Saïd Akmir, né en 1977, cordonnier de son état, marié et père d'un enfant, a affirmé aux enquêteurs que le nouveau groupe a proposé de constituer un «Conseil de coordination» avec les Cheikh de la Salafiya Jihadia dans l'intention de former un nouveau noyau de ce courant intégriste.
A ce propos, le chef de la scission, Abdelali Kricha, a partagé le Grand Casablanca en six régions, dont chacune est présidée par un chef ; régions des carrières Sekouila, présidée par un certain Saïd, celle de Lahraouiyine, présidée par Mohamed Bejaoui, celle d'El Oulfa, présidée par un certain Abou Kaâkaâ, celle de Hay Mohammadi, présidée par Abdessamad Moubkar et enfin la région d'Aïn Sebaâ présidée par Abdellah Brahma. Un tel partage avait pour objectif d'accueillir des Cheikhs de la Salafiya, tels que Mohamed Fizazi, Îssam Bachir, Abou Hafs et d'autres encore pour l'encadrement des nouvelles recrues qui viendraient renforcer les rangs des «takfiristes» et leur préparation à perpétrer des attentats-suicide au nom du Jihad.
Par ailleurs, la même Chambre entame, aujourd'hui, l'interrogatoire de 24 nouveaux mis en cause dont Youssef Oussaleh, alias «Sahraoui», entrepreneur, trésorier du Parti de la justice et du développement (PJD), à la section de la commune Sidi Taybi, dans la province de Kenitra. Ayant assisté aux cours de Abdelwahab Rafiki, alias «Abou Hafs», de Îssam El Bachir, Hassan Kettani, Abdelaziz Berraq, Mohamed Fizazi et Omar Haddouchi, et influencé par leurs idées appelant au Jihad et prônant la violence, Oussaleh a commencé à soutenir matériellement et moralement le courant de la Salafia Jihadia.
Un soutien qui n'était pas arbitraire, mais qui avait pour objectif de financer et de faciliter à ce courant intégriste les attentats terroristes contre des sites dans diverses villes marocaines telles que Casablanca, Essaouira, Agadir, Tanger et Marrakech. On compte également parmi ces 24 mis en cause 21 kamikazes de réserve. Il s'agit de Abdelhaq Hamdi, alias Abdelhaq Al Kharraz, Hassan Bakkouch, Khalid Nkiri, Saîd Faris, Rachid Riahi Idrissi, M'hamed Mamouni, Driss Boukheir, Youssef Makour, Zouheir Alouat, Saîd Nkiri, Mohamed Sadouk, alias «Abou Bilal», Rachid Abdellah, alias «Ouled Maskini», Lahcen Boukafaoui, Hicham Ouafik, alias «Al Kazdiri», Jaouad Chahid, alias «Abou Salama», Othmane Fares, alias «Othmane Sebbagh», Abdelhamid Farki, Abbès Lamkharbech, alias «Chouay», Driss Naouri alias «Abou Zoubair» et Adil Tamnaoui, âgés entre 20 et 36 ans.
D'un autre côté, la même Chambre a achevé, vendredi dernier, l'interrogatoire de Hassan Taoussi, l'un des kamikazes qui a renoncé à se faire exploser lors du vendredi 16 mai, et 18 kamikazes de réserve. Si Hassan Taoussi a reconnu être parmi les 14 kamikazes de ce vendredi sanglant avant de renoncer, les kamikazes de réserve ont tous nié s'être préparés à commettre des attentats-suicide comme ceux de Casablanca. Certes, ils n'ont pas nié avoir des relations entre eux. Seulement, expliquent-t-ils, ce sont des relations de voisinage qui ne dépassent pas les salutations lors de leurs rencontres à la mosquée en fin de la prière.
La Cour, qui entamera le 11 août courant les plaidoiries des avocats soutenant Mohamed Omari et Rachid Lahnech, deux des kamikazes qui ont renoncé à se faire exploser le 16 mai, a reporté le dossier du Hassan Taoussi et des 18 kamikazes de réserve au 12 courant également pour les plaidoiries des avocats de la défense.
Signalons enfin, que les investigations concernant les attentats du 16 mai se poursuivent encore. A ce propos, un ressortissant britannique répondant au nom de Jansen Antonny Perry, a été arrêté et déféré devant le juge d'instruction près la Cour d'appel de Fès. Converti à l'islam en 1994, et âgé de 37 ans, ce natif de Londres, arrivait de Grande-Bretagne lorsqu'il a été arrêté en juin dernier à l'aéroport Fès-Saïss pour être déféré en justice à Rabat et à Casablanca, souligne la MAP. Jansen A.
Perry est soupçonné d'appartenance au mouvement radical islamiste international et aurait des contacts avec les chefs de file marocains du mouvement de la Salafia Jihadia.
Par ailleurs, le juge d'instruction près la Cour d'appel de Rabat a interrogé, vendredi dernier, 34 mis en cause dont le Français Pierre Robert, impliqués dans les attentats de Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.