Service militaire : Plus de 900 candidats accueillis à Larache    Cinq morts dans une bousculade avant le concert de Soolking    Divided G-7 Leaders Headed for Clashes at Tense French Summit    Tétouan : Un jeune homme se donne la mort par pendaison    Casablanca : 3 ans de prison pour un escroc récidiviste    La première journée dominée par les Sud-africains : Le Maroc décroche la médaille de bronze au relais 4x100m nage libre    Vidéo : Luis Suarez poursuivi par des fans à Tanger…    Renaissance Sportive de Berkane : Fouzi Lekjaa quitte la présidence    Le troisième Festival national de Marmoucha du 30 août au 1er septembre    11ème Festival «Voix de Femmes» de Tétouan : Daoudia, Najat Rajoui et les autres    Le droit à la TERRE !    Jeux Africains: Les Lionnes font mieux que les Lionceaux    Belksiri : Arrestation d'un multirécidiviste apparu sur les réseaux sociaux en possession d'armes blanches    Label'Vie récompense les bacheliers    RFI : C'est un véritable défi que le Maroc a relevé    Actifs immobiliers. Baisse des prix d'environ 1% au 2e trimestre    Barid Al-Maghrib participe au concours du plus beau timbre-poste lancé par PUMED    Classe moyenne : Une reconnaissance royale    Cristina López Barrio: Tanger la «captivante»    Budget des régions. Le dispositif projeté pour 2020    Marquage fiscal : En cas de victoire, De La Rue peu soucieux d'honorer son contrat ?    La mode veut agir pour l'environnement, mais sans contraintes    Souss-Massa : Plus de 2 MMDH pour 83 projets au 1er semestre 2019    Edito : Rentrée    Le patron de la Fed joue gros avec son discours vendredi    Tensions et dissensions attendues au sommet du G7 qui s'ouvre samedi en France    Ocean Viking: Les réserves de nourriture s'épuisent (MSF)    Italie: le Premier ministre Giuseppe Conte démissionne…    «Les Forces Armées Royales, la Marche de la fidélité et l'esprit du renouveau» : Un livre qui traite de l'action royale permanente en faveur de la modernisation des FAR    Parlement. Vacances prolongées ?    Initiative «Cinéma sur la Muraille» : Le 7ème art à l'honneur à Essaouira    M'barek Boussoufa rejoint le club d'Al-Sailiya    Le régime syrien va permettre aux civils de sortir de la région d'Idleb    News    Le partenariat Afrique-Indonésie doit reposer sur une logique gagnant-gagnant    Vers le renforcement de la coopération entre le Parlement marocain et l'UIP    Mise en service à Rabat des nouveaux autobus    Féminicide à Sidi Slimane    Divers    Faire souvent la sieste, un signe précoce d'Alzheimer ?    Le Maroc et les Iles Fidji veulent booster leurs relations    Le Soudan se dote d'un nouveau pouvoir    L'ultime défi de l'Imperatore Franck Ribéry à la Fiorentina    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT gagne mais sa qualification reste compromise    Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe    Dwayne Johnson récupère sa place d'acteur le mieux payé au monde    Le Festival international de Volubilis de musique mondiale traditionnelle de retour à Meknès    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Inde veut du concret
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 01 - 2002

Dimanche, l'Inde s'est déclaré satisfait par le discours du président Musharraf à la nation pakistanaise. New Delhi attend toutefois des « actions concrètes ».
Si la communauté internationale a observé avec attention - et accueilli favorablement - le discours du dirigeant pakistanais retransmis samedi sur les chaînes nationales, elle attendait aussi avec impatience la réaction de l'Inde. Celle-ci a d'ailleurs été assez positive. « Nous accueillons avec satisfaction l'engagement déclaré (du Pakistan) de ne plus soutenir ou permettre l'utilisation de son territoire pour le terrorisme n'importe où dans le monde, y compris dans l'Etat indien de Jammu-et-Cachemire », a alors affirmé dimanche le ministre indien des Affaires étrangères, Jaswant Singh. Le diplomate a cependant ajouté que son pays jugera sur des « actions concrètes », tout en excluant l'implication d'une troisième partie dans la résolution du conflit entre les deux puissances nucléaires. Un point suggéré par le président Musharraf dans son discours à la nation, et souhaité par Washington dont le secrétaire d'Etat Colin Powell est attendu dans la région.
Samedi, le président pakistanais a donc exhorté ses compatriotes à ne pas s'infiltrer dans des pays tiers, affirmant qu'aucune institution n'était autorisée à prétexter du Cachemire pour commettre des actes de terrorisme. Dans son allocution, le général Musharraf a aussi déclaré que l'Inde devait résoudre son différend sur le Cachemire de manière pacifique en sommant New Delhi, qui a massé ses troupes à la frontière, de ne pas franchir la ligne de contrôle.
Les forces d'Islamabad, elles aussi déployées dans la zone, sont, selon le chef d'Etat, « prêtes à de battre jusqu'à la dernière goutte de sang ». Fermes, les propos de Pervez Musharraf se sont aussitôt traduits par des actions concrètes avec l'interdiction de deux groupes extrémistes cachemiris basés au Pakistan, le Lashkar-e-Taib et le Jaish-e-Mohammad (accusés par l'Inde d'avoir perpétré l'attentat du 13 décembre contre son Parlement), celle des deux partis pakistanais, le Sipah-i-Sahaba Pakistan (SSP) et le Tehreek-i-Jafria Pakistan (TJP), ainsi que d'une organisation pro-Taliban, le Tehreek-i-Nifaz-e-Shariat Mohammedi (TNSM). Si le Pakistan a décidé de collaborer dans la lutte contre le terrorisme, il n'est cependant pas prêt à livrer ses citoyens inscrits sur la liste de vingt terroristes présumés réclamés par l'Inde. « La question de la remise de tout Pakistanais ne se pose pas. Nous ne le ferons jamais », a ainsi déclaré le dirigeant pakistanais, qui a aussi été clair sur un autre point : « le Cachemire coule dans nos veines. Nous ne bougerons jamais d'un centimètre par rapport à notre position de principe sur le Cachemire ».
Après l'arrestation par la police pakistanaise, samedi, de quelque 300 militants extrémistes, dans la région centrale du Pendjab, la tension restait quant à elle toujours vive sur le terrain. Dimanche, les forces indiennes ont ainsi indiqué avoir tué deux séparatistes dans la région de Srinagar (Cachemire), dont un ressortissant néerlandais, qui tentaient d'attaquer une patrouille…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.