Coronavirus : la deuxième vague sera économique    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    L'homme de l'alternance n'est plus    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Tanger Med co-signe un engagement pour garantir la continuité des chaines logistiques mondiales    Communiqué du Bureau politique du PPS    OCP : Malgré la crise, le groupe confirme sa résilience    Bientôt un café. Expresso SVP !    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Coronavirus : 54 nouveaux cas, 7.697 au total, vendredi 29 mai à 10h    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Covid-19 : deux nouvelles régions dépassent la barre de 1.000 contaminations    Article 1062580    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Inde veut du concret
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 01 - 2002

Dimanche, l'Inde s'est déclaré satisfait par le discours du président Musharraf à la nation pakistanaise. New Delhi attend toutefois des « actions concrètes ».
Si la communauté internationale a observé avec attention - et accueilli favorablement - le discours du dirigeant pakistanais retransmis samedi sur les chaînes nationales, elle attendait aussi avec impatience la réaction de l'Inde. Celle-ci a d'ailleurs été assez positive. « Nous accueillons avec satisfaction l'engagement déclaré (du Pakistan) de ne plus soutenir ou permettre l'utilisation de son territoire pour le terrorisme n'importe où dans le monde, y compris dans l'Etat indien de Jammu-et-Cachemire », a alors affirmé dimanche le ministre indien des Affaires étrangères, Jaswant Singh. Le diplomate a cependant ajouté que son pays jugera sur des « actions concrètes », tout en excluant l'implication d'une troisième partie dans la résolution du conflit entre les deux puissances nucléaires. Un point suggéré par le président Musharraf dans son discours à la nation, et souhaité par Washington dont le secrétaire d'Etat Colin Powell est attendu dans la région.
Samedi, le président pakistanais a donc exhorté ses compatriotes à ne pas s'infiltrer dans des pays tiers, affirmant qu'aucune institution n'était autorisée à prétexter du Cachemire pour commettre des actes de terrorisme. Dans son allocution, le général Musharraf a aussi déclaré que l'Inde devait résoudre son différend sur le Cachemire de manière pacifique en sommant New Delhi, qui a massé ses troupes à la frontière, de ne pas franchir la ligne de contrôle.
Les forces d'Islamabad, elles aussi déployées dans la zone, sont, selon le chef d'Etat, « prêtes à de battre jusqu'à la dernière goutte de sang ». Fermes, les propos de Pervez Musharraf se sont aussitôt traduits par des actions concrètes avec l'interdiction de deux groupes extrémistes cachemiris basés au Pakistan, le Lashkar-e-Taib et le Jaish-e-Mohammad (accusés par l'Inde d'avoir perpétré l'attentat du 13 décembre contre son Parlement), celle des deux partis pakistanais, le Sipah-i-Sahaba Pakistan (SSP) et le Tehreek-i-Jafria Pakistan (TJP), ainsi que d'une organisation pro-Taliban, le Tehreek-i-Nifaz-e-Shariat Mohammedi (TNSM). Si le Pakistan a décidé de collaborer dans la lutte contre le terrorisme, il n'est cependant pas prêt à livrer ses citoyens inscrits sur la liste de vingt terroristes présumés réclamés par l'Inde. « La question de la remise de tout Pakistanais ne se pose pas. Nous ne le ferons jamais », a ainsi déclaré le dirigeant pakistanais, qui a aussi été clair sur un autre point : « le Cachemire coule dans nos veines. Nous ne bougerons jamais d'un centimètre par rapport à notre position de principe sur le Cachemire ».
Après l'arrestation par la police pakistanaise, samedi, de quelque 300 militants extrémistes, dans la région centrale du Pendjab, la tension restait quant à elle toujours vive sur le terrain. Dimanche, les forces indiennes ont ainsi indiqué avoir tué deux séparatistes dans la région de Srinagar (Cachemire), dont un ressortissant néerlandais, qui tentaient d'attaquer une patrouille…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.