Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Le retour au débat politique    Pour un nouveau contrat social [ Par Jamal Berraoui ]    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France : Fillon recadre le débat sur l'identité nationale
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 02 - 2010

François Fillon a été chargé par l'Elysée de reprendre les choses en main, de leur donner une tournure plus politique qui rassure davantage que celle qu'Eric Besson avait tenté de leur insuffler.
Il semble que la poire ait été coupée en deux. D'un côté, l'Elysée n'a pas répondu favorablement aux pressions au sein de la majorité présidentielle de reporter le bilan du débat sur l'identité nationale lancé par Eric Besson ministre de l'Immigration aux lendemains des élections régionales pour couper court aux accusations d'avoir dégoupillé une telle controverse à des fins seulement électoralistes. De l'autre, l'organisation d'un séminaire gouvernemental sur la question signe la reprise en main du sujet par le Premier ministre François Fillon lui-même. Eric Besson a beau argumenter devant les micros que, pour un ministre, le séminaire gouvernemental est l'ultime consécration, beaucoup plus prestigieux que le colloque d'étape qu'il devait organiser selon un calendrier établi à l'avance, l'impression qu'il a été furtivement écarté de la gestion politique et médiatique de ce sujet sensible à la vie dure. Sous prétexte de vouloir repenser le pacte républicain et le rapport à la nation dans un contexte de crises qui encourage les raccourcis et dissémine les préjugés, Eric Besson est ouvertement accusé d'avoir libéré la parole raciste et xénophobe. Sa frénésie à jouer au bulldozer sur un sujet qui exige la délicatesse des orfèvres a concentré sur sa personne un feu de critiques sans commune mesure. C'est ainsi que François Fillon, intronisé depuis peu comme le chef visible de la majorité pour ces élections régionales, hérite du débat sur l'identité nationale. Il réunit ses ministres ce lundi. Objectif : recadrer la parole gouvernementale sur ce débat. A l'évidence, il n'est aucunement question pour le Premier ministre d'annoncer l'abandon en rase campagne d'une telle initiative, ni même d'adresser la moindre critique publique à son ministre de l'Immigration Eric Besson. Ce serait de toute façon impossible à imaginer. Dans le premier cas, il contredirait publiquement Nicolas Sarkozy, dans le second, il désavouerait son ministre de l'Immigration. D'ailleurs, à observer la liberté d'action dont il a fait preuve jusqu'à présent et sa réelle marge de manœuvre, la conclusion est vite établie que François Fillon a été chargé par l'Elysée de reprendre les choses en main, de leur donner une tournure plus politique qui rassure davantage que celle qu'Eric Besson qui, dans son élan passionné de nouveau converti, avait tenté de leur insuffler. Il paraît aujourd'hui acquis que l'entrée en scène de François Fillon sur un sujet qui a longtemps été monopolisé par le duo Sarkozy-Besson est une incessante demande des pontes de la majorité présidentielle qu'un tel débat avait mis mal à l'aise. La crainte d'aboutir à un double échec, celui de ne pas réaliser de belles performances aux régionales et celui de booster le Front National de Jean et Marine Le Pen, ont été derrière cette volonté de confier au Premier ministre la gestion politique et médiatique d'un tel débat. François Fillon semble avoir une mission relativement confortable et qui sied à merveille à son tempérament d'institutionnel au verbe rond, allergique aux ruptures inutiles, celle de sauver les meubles et de rassurer les inquiets de sa famille politique, que de telles remises en cause lancées à l'improviste, ont poussé à l'angoisse.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.